Un robot pour assister la chirurgie des cancers

Publié le 09/02/2011 - 20:36
Mis à jour le 09/02/2011 - 20:36

La clinique St-Vincent de Besançon est le premier établissement en Franche-Comté doté du robot « Da Vinci » utilisé pour des chirurgies mini-invasives dans le traitement des cancers. À quelques mètres de la table d’opération, le médecin pilote avec minutie ses instruments depuis une console avec vision 3D. Installé le 15 décembre 2010, ce nouvel outil de vidéochirurgie assisté par ordinateur est opérationnel depuis le début de l’année.
Qui pourra en bénéficier et pour quels avantages ? Réponses du Dr Clément Darq. Il a été le premier chirurgien à utiliser le Robot da Vinci dans la région.

10 janvier 2010 : l’urologue Clément Darcq a la primeur de manipuler le « Robot Da Vinci  S HD » pour une prostatectomie. L’intervention a duré 4h alors qu’une célioscopie, plus classique, dure 1h30. « Il faut un peu de temps pour s’habituer à cette nouvelle technique. J’ai suivi une formation de deux jours à Strasbourg. Un chirurgien expert, habitué au dispositif, m’a également accompagné pour cette première à Besançon. Aujourd’hui,  après une dizaine d’expériences avec le robot, je suis à 2h30 environ par intervention. Pour moi, cette technique représente l’avenir : on peut  imaginer opérer à distance, mais le plus important c’est qu’elle apporte plus de confort aux  patients ».

Avantages pour les patients…

Serge Delagrange, 68 ans, a donc été le premier à passer sous le bistouri du robot.  Un mois après, en bonne forme,  il n’hésite pas à montrer ses 5 petites cicatrices. « J’ai déjà été opéré et je dois dire que les suites opératoires sont beaucoup plus faciles à vivre ». La chirurgie assistée par robot permet en effet de limiter les saignements et les douleurs. La récupération est plus simple, plus rapide. « L’hospitalisation est raccourcie. Environ 6 jours de l’arrivée à la sortie contre 7 à 8 jours auparavant » explique le Dr Darcq.

…et pour les chirurgiens

Utilisé depuis 10 ans aux États-Unis où il est fabriqué par « Intuitive Surgical », c’est le 40e robot de ce type en France et le premier en Franche-Comté. On en trouve un à Nancy et un autre  à Dijon depuis un an. « Da Vinci » permet donc  une alternative à la chirurgie classique ouverte ou aux célioscopies pour des interventions moins traumatisantes et plus pointues notamment dans le traitement de cancers. 

Le chirurgien manie les 4 bras robotisés à distance. Installé sur une console avec une vision 3 D, il  voit son champ opératoire agrandi (x10) pour un geste plus précis. « Le Robot permet d’atténuer un éventuel tremblement et restitue un mouvement très précis. Le travail à la console est moins fatigant pour le chirurgien qui peut être encore plus concentré sur des opérations longues, voire complexes. C’est un véritable progrès et nous sommes fiers d’être le premier établissement privé du Grand Est à être doté d’un robot chirurgical » explique Valérie Farkoury, directrice de la clinique St Vincent depuis fin 2009.  En revanche, le chirurgien n’a pas de retour de force du bras qu’il manipule et doit travailler avec d’autant plus de délicatesse.

Depuis son installation à la clinique St-Vincent, une vingtaine d’interventions a été réalisée avec « Da Vinci », principalement en urologie sur la prostatectomie. Dans l’avenir, il est projeté de l’utiliser dans les chirurgies digestives, ORL vasculaires. Sauf dans de  rares contre-indications médicales, la plupart des patients peuvent en  bénéficier.

Combien ça coûte ?

Le robot « Da Vinci »  a un coûté un million d’euros. Un investissement financé par la clinque St Vincent sur les fonds et la marge opérationnelle de l’établissement.

Chaque intervention avec le Robot da Vinci coûte 1 500 euros sans majoration par l’assurance maladie.

 Pour mieux comprendre,  regardez la vidéo ci-dessous :

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?

Covid-19 : l’ARS et le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté verseront une indemnité exceptionnelle aux étudiants infirmiers

Les étudiants en soins infirmiers mobilisés pour faire face à l’épidémie dans le cadre de leurs stages vont recevoir une indemnisation exceptionnelle de l’ARS et du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, apprend-on dans un communiqué samedi 14 novembre 2020.

Covid-19 : le centre de dépistage Mourras ferme. Un nouveau centre ouvre le 16 novembre rue des Causses à Besançon

Le drive ouvert depuis fin septembre rue du Dr Mourras fermera ses portes ce samedi 14 novembre en fin de journée afin d’offrir un centre de dépistage en intérieur durant les mois d’hiver. Un nouveau site de dépistage en intérieur ouvrira ses portes le lundi 16 novembre à 8 heures au 6 rue des Causses à Besançon. 

« On s’approche des limites de notre système hospitalier » (ARS Bourgogne Franche-Comté)

Fabien Sudry, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, préfet de la Côte-d'Or a rappelé l'importance des "comportements responsables" lors d'un point presse ce vendredi 13 novembre 2020. Il a également alerté avec l'ARS sur la tension hospitalière dans la région..

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.38
couvert
le 25/11 à 15h00
Vent
1.21 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
46 %

Sondage