Polyclinique de Franche-Comté : "une situation d’étranglement économique" selon la direction

Publié le 01/03/2017 - 14:17
Mis à jour le 01/03/2017 - 18:22

Depuis mardi 28 février 2017, le personnel de la Polyclinique de Franche-Comté à Besançon est en grève, et ce jusqu'à ce soir, 20 heures. En cause : "la dégradation des conditions de travail et de rémunération". Selon la directrice, Raphaëlle Remoleur, "la Polyclinique de Franche-Comté subit depuis plusieurs années une situation d’étranglement économique, qui engendre un déficit chronique malgré une activité qui n’a cessé de croitre." 

©Polyclinique de Franche-Comté ©
©Polyclinique de Franche-Comté ©

Raphaëlle Remoleur explique dans un communiqué que "Les établissements de santé publics et privés vivent depuis plusieurs années dans un environnement économique défavorable. Ceci se traduit par une baisse continue des tarifs fixés par l’État et une progression constante des charges liées à l’inflation, à la pression règlementaire et aux nouvelles techniques médicales plus couteuses. Une grande partie du secteur des cliniques et des hôpitaux se trouve ainsi en difficulté." 

"Une perte moyenne de 1 million d'euros par an depuis 5 ans" 

Dans ce contexte, la Polyclinique de Franche-Comté "subit depuis plusieurs années une situation d’étranglement économique, qui engendre un déficit chronique malgré une activité qui n’a cessé de croitre. Ainsi, la clinique accuse une perte moyenne de 1 million d’euros par an depuis 5 ans." 

Face à cette situation, la direction dit s'être engagée "de façon responsable dans de nombreuses actions dans le but d’améliorer la situation économique" de l’établissement. "La renégociation des accords salariaux en vigueur dans l’établissement constitue l’une des actions nécessaires à ce redressement", précise-t-elle. 

"L’enjeu de retour à l’équilibre dans cet établissement est la pérennité des activités et la sauvegarde de l’emploi" 

Des discussions, impliquant l’ensemble des salariés et leurs représentants, "ont permis d’aboutir à une proposition d’accord équilibré, qui prévoit le maintien d’une très large majorité des avantages précédents, plus favorables que les conditions prévues par la convention collective qui régit le secteur", explique Raphaëlle Ramoleur, "L’enjeu de retour à l’équilibre dans cet établissement mutualiste à but non lucratif, est la pérennité des activités et la sauvegarde de l’emploi." 

Dès ce mercredi 1er mars, c’est autour de ces objectifs que la direction "s’engage à poursuivre les discussions avec les représentants du personnel."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Le ministre de la Santé s’exprimera devant la presse ce jeudi à 14h00

Suite au Comité de Défense de ce mercredi, l'exécutif a indiqué que le couvre-feu avancé à 18h00 n'était pas suffisant pour endiguer la progression de l'épidémie. Un grand nombre de questions se posent donc à l'aube du mois de février... Olivier Véran, le ministre de la Santé, donnera une conférence de presse 28 janvier 2021 à 14h00 pour faire le point sur la situation.

Vaccination contre la Covid-19 : « des rendez-vous susceptibles d’être reportés de quelques jours ou semaines » (ARS BFC)

73.413 personnes vaccinées en BFC •

Un mois après le lancement de la vaccination en Bourgogne-Franche-Comté, plus de 73 000 personnes sont vaccinées contre la COVID-19 dans la région. La gestion en flux tendu des doses de vaccins nécessite une régulation des rendez-vous dans les centres de vaccination pour le mois de février, précise l'ARS ce 28 janvier 2021.

Vaccination à Besançon : la Ville fait face à des retards de livraison des vaccins

Premier bilan de la vaccination • Depuis l'ouverture le 8 janvier dernier, 2.100 personnes ont reçu la première injection du vaccin contre la Covid-19 au centre communal de vaccination de Besançon (gymnase Résal). Malgré tout, la Ville connaît des retards dans la livraison notamment pour les deuxièmes injections...

Un troisième confinement inéluctable ?

Semaine cruciale •

"Il faudra probablement aller vers un confinement" dont les conditions relèvent d'une "décision politique", pour faire face aux variants du coronavirus qui "changent complètement la donne" sanitaire en France, a déclaré dimanche le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy. L'Élysée a fait savoir dimanche soir que la décision serait prise mercredi en fonction des chiffres et des dernières données sur les différents variants.

Covid-19 : les nouveaux gestes barrières

Gestes renforcés • Pas de révolution mais des adaptations des gestes barrières liés au nouveaux variants qui de la Covid-19 qui s'avèrent plus contagieux. Il est désormais également conseillé de respecter une distance d'au moins deux mètres avec les autres-  même si les avis divergent à ce sujet  -  et de se taire (et de ne pas téléphoner) dans les transports en commun. 

Comment garder le moral et éviter la déprime en ce moment ?

Cette semaine, le lundi 18 janvier 2021 était le jour du "Blue Monday", soit le jour le plus triste de l'année... S'ajoute à cela l'épidémie de Covid-19, les confinements, le couvre-feu, la fermetures des salles de concerts, de spectacle et de tous les lieux culturels, l'actualité internationale peu réjouissante, nos problèmes de la vie quotidienne, sans parler du soleil qui se fait rare en ce moment, garder le moral n'est pas chose évidente pour tout le monde. Voici quelques idées pour éviter la déprime…

Covid-19 : des mesures plus strictes pour tenter d’éviter un 3e confinement

Pour contrer la pression croissante dans les hôpitaux et éviter un troisième confinement, les consignes se multiplient sur un renforcement des gestes barrière et un test négatif au Covid-19 sera exigé dès dimanche soir pour l'entrée en France, tandis que le gouvernement tente de rassurer sur des délais de livraison de vaccins.
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.63
pluie modérée
le 28/01 à 12h00
Vent
8.07 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
97 %

Sondage