Affaire Péchier : l'anesthésiste de Besançon présenté au procureur ce jeudi

Publié le 16/05/2019 - 10:05
Mis à jour le 16/05/2019 - 10:47

L’anesthésiste de Besançon déjà mis en examen  pour l’empoisonnement présumé de sept patients et soupçonné d’en avoir empoisonné d’autres, a été déféré ce jeudi 16 mai 2019 au parquet à l’issue de sa garde à  vue, a annoncé l’un de ses avocats, Me Randall Schwerdorffer.

(archives 2017) © d poirier ©
(archives 2017) © d poirier ©

Le docteur Frédéric Péchier "a été déféré ce matin au parquet après la fin de sa garde à vue et il est présenté au procureur de la République", a déclaré l'avocat à l'AFP à proximité du Palais de justice de Besançon.

"Nous sommes dans l'attente de la décision du procureur de la République : soit il décide d'arrêter la procédure et de continuer l'enquête préliminaire, laissant libre le docteur Péchier, soit il décide de saisir un juge d'instruction", a poursuivi Me Schwerdorffer.

Mis en garde à vue mardi

Vers 08H30, les journalistes présents devant les locaux de l'antenne de police judiciaire de Besançon ont vu deux voitures la quitter en trombe avec, dans la première, un homme dissimulant son visage.

Le docteur Péchier, 47 ans, qui clame son innocence, avait été placé mardi matin en garde à vue. Le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, a annoncé qu'il tiendrait une conférence de presse à 17H30.

Rappel des faits

Anesthésiste reconnu localement, Frédéric Péchier avait été mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements. Il avait été laissé libre sous contrôle judiciaire, avec l'interdiction d'exercer sa profession. Après une enquête préliminaire parallèle de deux années, la justice cherche désormais à faire la lumière sur son éventuelle implication dans une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects qui pourrait dissimuler des "faits d'empoisonnement potentiels", selon une source proche du dossier.

Parmi les sept cas d'empoisonnements pour lesquels l'anesthésiste est mis en examen depuis 2017, deux personnes sont décédées. Tous ces patients, âgés de 37 à 53 ans étaient en clinique pour subir des interventions chirurgicales sans difficultés particulières. Ils avaient pourtant tous fait des arrêts cardiaques et seuls cinq ont pu être réanimés. Le docteur Péchier avait été appelé pour en secourir certains.

Les arrêts cardiaques avaient été provoqués par l'administration de doses potentiellement létales de potassium et d'anesthésiques, a établi l'enquête. Privilégiant la thèse du "pompier pyromane", les enquêteurs le soupçonnent d'avoir sciemment modifié les poches d'injection de confrères afin de provoquer des incidents opératoires pour exercer ensuite ses talents de réanimateur.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

anesthésiste empoisonnement

Affaire Péchier : l’anesthésiste conteste sa mise en examen dans trois cas supposés d’empoisonnement

Les avocats de Frédéric Péchier, médecin-anesthésiste soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels mais qui clame son innocence, ont contesté le 9 février dernier à Besançon sa mise en examen dans trois cas. La justice rend sa décision ce mercredi 30 mars 2022.

Tentative de suicide de Frédéric Péchier, l’anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements

Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels, « a tenté de mettre fin à ses jours » dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2021 ont annoncé ce mardi 5 octobre ses avocats, selon qui « son état est critique » et son « pronostic réservé« .

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas “les traits d’un tueur en série” selon une contre-expertise psychiatrique

D’après les conclusions d’un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d’avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas « les traits d’un tueur en série » dans sa personnalité.

Justice

Attaque à la machette à Besançon : un père de famille interpellé

Alexia Marquis, substitut du procureur à Besançon et David Tognelli, chef de la filière judiciaire (DIPJ), sont revenus jeudi 27 juin 2024 sur les faits commis vendredi dernier. Une commerçante avait été gravement blessée non pas la machette, mais au couteau vers 05h10 du matin Avenue Denfert-Rochereau à Besançon. Quelques minutes plus tôt, c’est un homme qui a échappé de peu à une agression similaire rue de Belfort…

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.88
légère pluie
le 19/07 à 21h00
Vent
1.18 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
86 %