Agression du 21 septembre : des précisions partielles de Ginko

Publié le 24/10/2011 - 18:17
Mis à jour le 24/10/2011 - 18:20

A la suite du procès de l’agresseur d’un conducteur de bus le 21 septembre avec une grève d’une journée à la clé, Ginko apporte « quelques précisions par rapport aux articles de presse concernant le jugement prononcé le vendredi 21 octobre ».  Elle n'évoque cependant pas le fait que la vidéo de l'agression et les débats ont démontré que son chauffeur a menti et raconté une version des faits bien éloignée de la réalité.

PROVOCATION

PUBLICITÉ

« Ce jugement confirme la responsabilité de l’agresseur du conducteur à travers une peine de quatre mois de prison, dont trois avec sursis et mise à l’épreuve.

La direction de Besançon Mobilités indique qu’en 2010, 110 conducteurs, au travers du programme de formation continue, ont suivi une formation d’une demi-journée dédiée à la prévention des conflits et à l’accueil des clients.

En complément, en 2011, 36 conducteurs ont suivi ou suivront une formation de deux jours, dédiée exclusivement à la gestion et la prévention des conflits.

Plus largement, la sécurité des conducteurs et des clients du réseau Ginko est une préoccupation constante de l’entreprise », écrit l’entreprise dans un communiqué.

Ce qu’elle oublie de rappeler, c’est que le conducteur de bus, qui a été confronté à l’agresseur condamné, a frappé en premier et que, selon le procureur « son comportement a participé à l’escalade ».  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.53
peu nuageux
le 23/05 à 6h00
Vent
2.14 m/s
Pression
1019.88 hPa
Humidité
84 %

Sondage