Affaire Péchier : discorde entre la défense et les parties civiles

Publié le 06/09/2017 - 14:30
Mis à jour le 08/09/2017 - 08:30

La chambre de l'instruction de Besançon se prononcera le 27 septembre 2017 sur la demande de levée de mise en examen d'un médecin anesthésiste soupçonné de sept empoisonnements, dont deux mortels, qu'il réfute catégoriquement. La défense a présenté des certificats médicaux en faveur du médecin. "La vérité émanera d'experts judiciaires et non pas de certificats médicaux" a rétorqué l'avocat de parties civiles. 

PUBLICITÉ

La chambre a examiné mercredi la demande du Dr Frédéric Péchier, 45 ans, de lever sa mise en examen et d’être placé sous le statut de témoin assisté. L’audience prévue à 9h a démarré finalement avec plus d’une heure de retard. A 11h50, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Besançon indique qu’elle rendra sa décision le mercredi 27 septembre 2017. 

« Dans ce dossier, il n’y a pas d’indices graves et concordants qui permettent de mettre en examen le Dr Péchier, donc notre demande de statut de témoin assisté paraît tout à fait légitime« , a déclaré à l’issue de l’audience Me Ornella Spatafora, l’un des avocats du médecin.

« Une procédure précipitée » pour la défense

La défense dénonce « une procédure précipitée« , a présenté à la chambre « des éléments en faveur du médecin, étayés par des professeurs de médecine qui ont fait des analyses sérieuses sur des paramètres objectifs du dossier« .

« Nous ne voulons pas un coupable, nous voulons la vérité« , a pour sa part dit Me Frédéric Berna, avocat de trois parties civiles, affirmant que « la vérité émanera d’experts judiciaires et non pas de certificats médicaux et de copinage…« , en faisait référence aux certificats de médecins cités par la défense.

  • Interrogé sur les parties civiles, le docteur Péchier, répond, le visage tiré. « Elles sont aussi affectées que moi. Elles ont vécu un moment épouvantable… « . 

Randall Schwerdorffer, l’avocat du docteur Péchier trouve « scandaleux » de parler de certificat de complaisance. « Nous voulions donner à la chambre de l’instruction des éléments solides. Sur les procédures, nous avons le droit d’avoir des avis extérieurs nous exerçons ce droit« .  

Pour la défense, il n’y a tout simplement aucun d’indices graves ou concordants pour placer quiconque en examen dans ce dossier d’empoisonnements. Des charges insuffisantes selon l’avocat. « Ça fait six mois qu’on attend une preuve dans ce dossier. Il n’y a toujours rien« .

La thèse du « pompier pyromane« 

Le Dr Péchier, mis en examen le 6 mars 2017 et laissé libre sous contrôle judiciaire, est suspecté d’avoir empoisonné avec préméditation sept patients âgés de 37 à 53 ans, entre 2008 et 2017, dans deux cliniques privées de Besançon.

D’après le parquet, des « doses létales de potassium et d’anesthésiques » ont été volontairement administrées à quatre patients de la clinique Saint-Vincent – dont deux sont morts – et à trois patients de la polyclinique de Franche-Comté lors d’opérations sans difficulté particulière. Frédéric Péchier n’était pas en charge de ces patients qui ont fait un arrêt cardiaque, mais il a été appelé pour ranimer certains d’entre eux.

Depuis le début de l’affaire, ce praticien réputé et apprécié du milieu médical bisontin clame son innocence. Le fait que l’anesthésiste ait exercé dans les deux établissements et qu’il ait parfois posé le bon diagnostic pour réanimer ces patients en arrêt cardiaque le désigne comme principal suspect aux yeux des enquêteurs qui privilégient la thèse du « pompier pyromane« .

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

anesthésiste empoisonnement

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.55
ciel dégagé
le 16/10 à 6h00
Vent
2.46 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
94 %

Sondage