Anne Vignot : "L’urgence de la situation nous amène à modifier l’envergure et la priorisation des moyens alloués à certains projets"

Publié le 22/05/2020 - 18:02
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:43

MUNICIPALE 2020 • Le Premier ministre a annoncé ce vendredi 22 mai la date du second tour des élections municipales fixée, pour le moment, le 28 juin. Nous avons demandé aux trois candidats en lice au second tour à Besançon leur opinion sur cette date, mais aussi ce qu’ils ont fait pendant le confinement en vue de l’élection. Le premier à avoir répondu à nos questions est Anne Vignot, candidate EELV. Voici ses réponses…

Anne Vignot ©maCommune.info ©
Anne Vignot ©maCommune.info ©

maCommune.info : Avec le recul, et celui du déconfinement, comment expliquez-vous votre résultat du 1er tour ?

Anne Vignot : "Durant cette campagne, nous avons pu constater que les Bisontines et les Bisontins ont une grande conscience des enjeux actuels et des défis auxquels nous sommes et nous serons confrontés. Et dans ce contexte, notre rassemblement de l’écologie, de la gauche et de la société civile et notre programme correspondaient aux aspirations d’un très grand nombre d’habitants de notre ville. Un programme robuste, lucide, réaliste, qui prend à bras le corps les orientations indispensables pour un avenir durable et dynamique ; des projets structurels pour déclencher dans la durée une dynamique forte et établir les bases d’un nouveau partenariat avec les acteurs territoriaux : les institutions, les entreprises, les associations.

Les Bisontins, c’est bien normal, ont une exigence toute particulière vis-à-vis de leurs élus, et nombre d’entre eux nous ont dit qu’il était indispensable que nous soyons à la hauteur pour nous rassembler et nous renouveler pour réussir la transformation de Besançon. Je crois que nous avons su répondre à cette exigence et j’espère que nous parviendrons à convaincre une large majorité de Bisontins lors du second tour."

mCi : Qu'avez-vous fait durant cette période de confinement ? Comment l'avez-vous vécu et comment avez-vous continué à travailler ?

Anne Vignot : "L’équipe n’a jamais cessé de travailler durant le confinement pour préparer notre ville à faire face aux conséquences de cette pandémie. Comme de nombreux Français, nous avons utilisé les outils numériques pour permettre les échanges. Tous les colistiers ont été sollicités et très volontaires afin d’analyser le programme pour envisager des révisions au regard de cette crise. Il ressort que ce programme avait déjà pris des orientations adaptées. Mais l’urgence de la situation nous amène à modifier l’envergure et la priorisation des moyens alloués à certains projets que nous avions programmés. Des groupes de travail se sont constitués et les contacts ont été pris pour approfondir les besoins. L’avenir est dans une participation forte des citoyens et de toutes les forces vives pour porter rapidement les projets. Ce que nous venons de vivre l’a démontré. Les bisontins, parfois à titre individuel, parfois au sein de collectifs, d’associations, d’entreprises se sont mobilisés, se sont structurés, pour tenir debout une société humaine qui se retrouvait confrontée à la question des premières nécessités. Cette force-là, c’est l’avenir. Nous avions inscrit notre programme dans une démarche profondément participative avant les évènements. Nous avons le devoir de soutenir cette énergie naturelle de notre ville, de notre territoire. Ce travail en réseau, je l’ai développé aussi avec les structures nationales. Celles qui se sont mobilisées pour l’Après entre autres."

mCi : Avez-vous eu (et avez-vous encore) des contacts avec d'autres candidats pour l'entre-deux tours ?

Anne Vignot : "Nous avons rencontré la France insoumise au soir du premier tour et les conditions exigées ne pouvaient garantir le bon fonctionnement d’une équipe municipale."

mCi : Êtes-vous plus favorable à un second tour le 28 juin ou à un report de l'élection dans son intégralité à l'automne ?

Anne Vignot : "Dès le soir du premier tour, nous avons rappelé que seule la situation sanitaire devait éclairer cette décision. Le débat s’est tenu au niveau national entre les enjeux sanitaires et les enjeux de relance d’une société dont le moteur social, économique et écologique se situe majoritairement au niveau des collectivités locales. Une démocratie confinée et une collectivité suspendue, même provisoirement, constituent d’autres risques. Le conseil scientifique fait son travail, nous le nôtre. Nous suivrons scrupuleusement les directives nationales dans le respect de la considération des risques."

mCi : Quel impact cette crise que nous traversons peut-elle avoir, notamment au niveau local ? Quels enjeux et leçons en tirer (politiquement, socialement, économiquement, etc.) ?

Anne Vignot : "Dans l’immédiat, plusieurs constats : l’aide alimentaire a flambé, la fracture sociale et numérique s’est creusée, le système des services publics a été mis à l’épreuve alors qu’il était déjà affaibli par les baisses de moyens, les entreprises ont été mises en difficulté avec des ruptures d’activité des personnels mais aussi de leurs fournisseurs, les vulnérabilités exacerbées. Cette situation a fait ressurgir la question majeure de la dépendance à des systèmes mondialisés que ce soit le monde économique, mais aussi le monde vivant et les pandémies qui en sont issues. Pour autant, la vitalité des solidarités a été magnifique et a fait tenir debout une situation inédite. Les filières locales ont permis de garantir des produits de première nécessité : agriculture, production de visières, de masques, de gel hydroalcoolique… Les associations et les collectifs ont permis des soutiens inégalables. Les collectivités et les CCAS ont joué un rôle majeur. L’État, du jour au lendemain a appuyé sur un bouton STOP. Cette situation nous a obligé à prendre des mesures exceptionnelles dans un mode de relation extraordinaire.

Demain commence donc aujourd’hui. Deux temps sont indispensables à différencier : le temps des mesures d’urgence auxquels nous avons contribué et continuons à y travailler.

Le temps des mesures et plan d’avenir qui imposent des rencontres des acteurs et citoyens, des diagnostics et des expérimentations. Rien n’émergera de façon durable d’affirmations simplificatrices dans un contexte qui est complexe et empreint d’incertitudes.

Les propositions qui sont faites dès lors le sont au regard d’une acceptation de l’interaction entre l’activité économique, sociale et environnementale aux mêmes niveaux.

C’est pourquoi nous avons présenté un programme « d’investissement » supplémentaire et immédiat d’aide aux personnes en situation de vulnérabilité et d’aide aux structures fragilisées par cette crise. Les entreprises locales ont besoin d’un accompagnement fort entre autres par l’activation de marchés, de travaux, d’animations sociales, sportives et culturelles, de programmes touristiques. Enfin, c’est indispensable, nos services publics doivent être consolidés."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Politique

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Européennes 2024 : Territoires de progrès appelle à voter pour la liste Besoin d’Europe

Dans un communiqué du mois de mai 2024, Jean-Jacques Bougault, délégué régional de Territoires de Progrès, appelle "sans restriction" à voter pour Besoin d'Europe, liste commune Renaissance, Modem, Horizons, Parti Radical et UDI, conduite par Valérie Hayer et comptant notamment le député européen terriforatain, Christophe Grudler.

Audiovisuel public en grève : la maire de Besançon soutient les grévistes

Dans un communiqué du vendredi 24 mai 2024, alors que le projet de loi sur la fusion des médias audiovisuels du service public devait être examiné l’Assemblée nationale jeudi, ce qui a été reporté, la maire de Besançon Anne Vignot exprime son soutien au mouvement de grève et appelle les député(e)s à voter contre cette réforme.

Européennes : Jacques Ricciardetti, candidat sur la liste de Jordan Bardella 

Jacques Ricciardetti, délégué départemental du Rassemblement National du Doubs et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté est officiellement candidat en 51e position sur la liste du Rassemblement National menée par Jordan Bardella pour les élections européennes du 9 juin 2024.

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

La ministre Fadila Khattabi se rendra au Breuil et à Chalon-sur-Saône ce vendredi 17 mai

Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et des personnes handicapées, sera, ce vendredi 17 mai 2024, en visite en Saône-et-Loire, pour visiter l’ESAT du Breuil, faire une déambulation dans le centre-ville de Chalon-sur-Saône, participer à une table ronde sur le Fonds territorial d’accessibilité et assister à un match de playoff de basket fauteuil.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.95
légère pluie
le 27/05 à 9h00
Vent
1.46 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
93 %