Armement des policiers municipaux : le syndicat CFTC interpelle le maire de Besançon

Publié le 26/08/2016 - 12:01
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:11

Le 4 août 2016, Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon avait déclaré qu'il n'armerait pas sa police municipale. Malgré des élus de Besançon et du Doubs et même de Côte-d'Or pour son armement, le maire ne cède pas. Dans une lettre ouverte de ce vendredi 26 août, le président de la CFTC, Jacques Desoche, se positionne pour que les agents de la police municipale soient armés.

2014-07-13-police_municipale_besancon_velo.jpg
©miss dom (photo d'illustration)
PUBLICITÉ

Lettre ouverte :

« Le président de la République et le Premier Ministre l’ont dit et redit…nous sommes en guerre. 

L’ennemi, invisible, est partout et nulle part. Certainement là, probablement pas loin.

Chaque citoyen le sait et vit au gré de ses inquiétudes et angoisses. 

Les récents attentats ont démontré que la terreur s’exporte, et que de Paris à cette petite église de Saint-Etienne-du-Rouvray  le danger est partout…même à Besançon ! 

 À cette guerre déclarée, fut-elle de l’ombre et au-delà de toutes considérations politiques ou syndicales, des moyens adaptés doivent impérativement être donnés à celles et ceux qui assurent l’ordre et la sécurité de nos villes notamment. 

Nationale ou Municipale, le mot « police » figure bien au dos d’un uniforme, véritable marqueur d’une fonction devenue cible. 

Monsieur FOUSSERET, Maire de Besançon, ne l’entend pas ainsi et persiste à dissocier les missions respectives. Considérant les missions de la Police Municipale moins risquées que celles de la Police Nationale. 

Monsieur FOUSSERET argue également que « ses » agents ne vont pas dans les lieux sensibles  la nuit et que, de son propre avis, des armes non létales suffisent. 

Aveux somme toute inquiétants reconnaissant des zones sensibles à Besançon et peut-être même surprenant, supposant qu’une zone sensible de nuit, ne le serait pas de jour !

Doit-on rappeler au Maire de Besançon le nombre d’agression dont furent victimes ces dernières années nos collègues de différents services, tout secteur de la ville confondu qui plus est…de jour. 

Armer les policiers municipaux, c’est écouter, comprendre et protéger celles et ceux qui sont en « première ligne » C’est également leur donner la possibilité  de protéger la population. 

Armer les policiers municipaux, c’est avoir conscience que face à une « attaque terroriste » ou autres, ceux-ci doivent être en capacité de répondre. Cela s’appelle élever les moyens à la hauteur des menaces potentielles. 

Armer les policiers municipaux, c’est ériger l’intérêt général en principe fondamental. 

Enfin monsieur le Maire, le poids d’un drame ne prévaut-il pas sur une position de principe.

Jacques DESOCHE, président syndicat CFTC »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Deux bisontines à la conquête du Maroc… et de sponsors

Deux bisontines à la conquête du Maroc… et de sponsors

Anne Gay-Mignerot, 40 ans, et Karine Mary-Odelot, 44 ans, prendront le départ de la 30ème édition du rallye Aïcha des Gazelles au Maroc l’an prochain, le 13 mars 2020. Une course folle qui nécessite de l’entraînement et une entente irréprochable. Mais avant cela, les deux copines devront trouver quelques sponsors pour participer à cette aventure.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.81
ciel dégagé
le 17/06 à 21h00
Vent
1.71 m/s
Pression
1017.02 hPa
Humidité
90 %

Sondage