Bronchiolite : le plan blanc national déclenché dans les hôpitaux

Publié le 10/11/2022 - 08:24
Mis à jour le 10/11/2022 - 08:24

Face à une épidémie de bronchiolite d'une virulence inédite depuis plus de dix ans, le ministre de la Santé François Braun a annoncé mercredi 9 novembre le déclenchement du plan national prévu dans les situations sanitaires exceptionnelles dans tous les hôpitaux français.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Les autorités sanitaires sont inquiètes. L’épidémie de bronchiolite ne cesse de progresser en France à l'instar d'autres pays, avec un record d'hospitalisations «depuis plus de dix ans», c’est pourquoi le ministre de la Santé, François Braun, a décidé d’enclencher le plan blanc prévu dans les situations sanitaires exceptionnelles dans tous les hôpitaux français alors que les services de pédiatrie sont déjà en tension.

"J’ai décidé ce matin, en complément de tout ce qui était déjà mobilisé, de déclencher le plan ORSAN (organisation de la réponse du système de santé en situations sanitaires exceptionnelles) spécifique à cette épidémie, pour renforcer encore les moyens des ARS (agences régionales de santé) et permettre que l’ensemble de l’hôpital puisse se concentrer sur ce problème particulièrement aigu aujourd’hui", a-t-il déclaré au Sénat. Toute la métropole est touchée, la partie nord plus fortement.

Le dispotitif ORSAN pour "réorganiser l'offre de soin"

Créé en 2014, le dispositif ORSAN permet de "réorganiser l’offre de soins" à l’hôpital, mais aussi en ville et dans le secteur médico-social pour "réaffecter les ressources au regard des priorités identifiées", indique le site du ministère de la Santé. Cela peut notamment se traduire par le "rappel du personnel hospitalier" et le "renforcement de la permanence des soins ambulatoires", c’est-à-dire des gardes des médecins libéraux le soir et le week-end, voire, "si les moyens locaux ne suffisent plus", par la mobilisation de la réserve sanitaire.

François Braun "souhaite que ce plan soit pleinement décliné au niveau régional, sous l’autorité des ARS", qui pourront ainsi "adapter finement les capacités d’hospitalisation" et "veiller à la pleine mobilisation de tous les acteurs de santé, publics et privés", précise le ministère dans un communiqué. Cette annonce fait suite au déblocage d’une rallonge de 400 millions d’euros pour les hôpitaux, destinée à soutenir la pédiatrie et les autres "services en tension", notamment via le doublement de la rémunération des heures de nuit jusqu’au 31 mars.

Les hospitalisation au plus haut niveau depuis 10 ans

Constatant une « poursuite de l’augmentation » des indicateurs, "malgré un infléchissement en lien avec les congés scolaires de Toussaint", Santé publique France a pointé ce mercredi des "nombres de passages aux urgences et d’hospitalisations pour bronchiolite très élevés et à des niveaux supérieurs à ceux observés aux pics épidémiques depuis plus de dix ans". Un total de 6.891 enfants de moins de deux ans sont passés aux urgences pour bronchiolite en métropole dans la semaine du 31 octobre au 6 novembre, soit une hausse hebdomadaire de 7 %, bien moindre toutefois que l’augmentation de la semaine précédente (+47 %). Quelque 2.337 enfants ont finalement été hospitalisés.

La France n'est pas le seul pays concerné

En France, comme dans d'autres pays, cette épidémie précoce est une mauvaise nouvelle pour des systèmes hospitaliers fragilisés par le Covid-19. Cette épidémie, "encore en vague ascensionnelle", a "surpris initialement le système de santé, qui est obligé de se réorganiser", a déclaré dimanche le porte-parole du gouvernement Olivier Véran.

Depuis mi-septembre, 38 enfants en réanimation pédiatrique ont été transférés d'Ile-de-France vers d'autres régions. D'autant que la bronchiolite n'a fait qu'aggraver la crise des urgences pédiatriques, liée à des conditions de travail insatisfaisantes et à un manque de personnel. La France n'est pas seule en difficulté. Aux Etats-Unis, une "triplédémie" de bronchiolite, grippe et Covid sévit lors d'une saison précoce qui éprouve les hôpitaux.

Un espoir semble se profiler côté traitements/vaccins, après des décennies de recherche. L'Union européenne a approuvé un traitement préventif en mesure d'empêcher les formes graves de bronchiolite chez l'ensemble des bébés, ont annoncé vendredi les groupes Astrazeneca et Sanofi, qui le développent. Ces anticorps de synthèse ne seront pas disponibles avant la saison 2023. Pfizer a, lui, communiqué des résultats positifs pour un vaccin anti-VRS, ouvrant la voie à une future approbation.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

À Besançon, les Boucles Roses font don de 10.846€ à la Ligue contre le cancer

Le dimanche 2 octobre dernier, une marée rose de plus de 2.500 personne a envahi le Fort de Bregille de Besançon pour la bonne cause. À l'occasion du mois d'Octobre Rose, l'événement Trail et Rando des Boucles Roses s'est tenu avec au programme quatre parcours de 2, 6, 10 et 15 km, ce qui a permis de toucher un public de 0 à 99 ans.

La ville de Dijon accueillera le Téléthon 2022

François Rebsamen, maire de Dijon, président de Dijon métropole, représenté par Nathalie Koenders, première adjointe au maire de Dijon, en présence de Stéphanie VacherotT, conseillère municipale déléguée en charge du handicap et de l’inclusion, et Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’association AMF-Téléthon, a lancé lundi 14 novembre 2022 la mobilisation dijonnaise pour l’édition 2022 du Téléthon.

Doubs : deux " vendredis de la santé ", pilotés par l’ARS, se tiendront à Besançon et Pontarlier

Médecin traitant, continuité des soins, attractivité des métiers de la santé, prévention : autant de mots-clés évoquant les grands enjeux de la santé aujourd’hui pour les Français. Des défis qui sont aussi les points de départ d'une réflexion voulue par le président de la République dans le cadre du Conseil national de la refondation en santé. Ce CNR Santé ouvre une vaste concertation au plus près du terrain dans toutes les régions. En Bourgogne-Franche-Comté, elle se tient à partir du 18 novembre et jusqu’au 9 décembre.

Crise " sans précédent " au CHU de Besançon : le Collectif de défense de la santé du Doubs tire la sonnette d’alarme

Dans un communiqué du 13 novembre 2022, le CoDéS 25, Collectif de défense de la santé du Doubs, alerte la population et les pouvoirs publics sur "l’état de crise sans précédent" que subit le CHU de Besançon. Il affirme par la même occasion rejoindre l’appel lancé par Laurent Thinès, neurochirurgien et chef de service en Neurochirurgie et chirurgie de la douleur et du rachis au CHU de Besançon, membre des collectifs inter-hôpitaux, à "un sursaut citoyen pour ne pas accepter l’agonie du système de santé en France".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.03
légère pluie
le 29/11 à 3h00
Vent
0.81 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
98 %