Célébration de l'Aïd-el-Kebir en Bourgogne-Franche-Comté : des règles sanitaires et environnementales à respecter

Publié le 20/07/2020 - 09:44
Mis à jour le 20/07/2020 - 09:28

La fête de l’Aïd-el-Kébir devrait débuter vers le samedi 1er août 2020. La date, fixée par le conseil français du culte musulman, sera confirmée une dizaine de jours avant l’événement. Cette fête, qui dure traditionnellement trois jours, donne lieu à des abattages rituels d’animaux et doit se dérouler dans le respect des réglementations sanitaires, environnementales, relatives au bien-être animal et commerciales, rappelle la préfecture de Bourgogne Franche-Comté.

mouton
©Alexas_Fotos/Pixabay

La préfecture indique que les personnes qui souhaitent célébrer cette fête peuvent :

  • acheter les carcasses d’animaux abattus pendant l’Aïd, auprès de bouchers ou de la grande
    distribution ;
  • se rapprocher des associations cultuelles musulmanes pour la commande d’un animal ;
  • contacter un abattoir pérenne ou temporaire autorisé effectuant l’abattage rituel le jour de l’Aïd.

La liste des abattoirs autorisés pour l’année 2020 est disponible sur le site du Ministère de l’Agriculture, ainsi qu’auprès des associations.

En région Bourgogne-Franche Comté, 15 abattoirs seront autorisés. Les contrôles réalisés par les services de l’Etat dans ces abattoirs lors de l’Aïd permettent d’assurer la protection de la santé publique, en écartant les animaux malades et les viandes impropres à la consommation. Une marque officielle ou estampille, apposée sur les carcasses, est la garantie d’une inspection sanitaire. Ces contrôles permettent également de veiller au respect de la protection animale et de l’environnement.

Abattage clandestin = délit

Les services de l’État rappellent qu’il est interdit aux particuliers de pratiquer eux-mêmes des abattages, ou pour les éleveurs d’abattre leurs animaux pour le compte de particuliers. Les abattages clandestins, c’est-à-dire en dehors des abattoirs autorisés, constituent un délit, passible de peines allant jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende (article L.237-2 du code rural et de la pêche maritime – CRPM), en raison notamment des risques que présentent ces pratiques pour la santé humaine.

Il est également rappelé qu’il est interdit aux particuliers de transporter des ovins ou des caprins en l’absence d'une déclaration à l’établissement de l’élevage (EDE) de son département et d'un document de circulation (article R215-12 du CRPM). Il est donc fortement recommandé aux particuliers de faire appel à des professionnels pour assurer le transport des animaux vivants jusqu’à l’abattoir. Le transport d’animaux, dans des conditions incompatibles avec le bien-être animal, est interdit et passible de 750 euros d’amende (article R. 215-6 du CRPM).

"Les services des directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations, la police et la gendarmerie seront mobilisés pour faire respecter les dispositions réglementaires", souligne préfecture. "Dans le cadre de l’épidémie de COVID-19, il est rappelé à chacun l’importance du respect strict des gestes et mesures barrière, qui peuvent être complétés par des mesures de distanciation définies localement."

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter la DD(CS)PP de votre département :

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Religion

Hommage à Samuel Paty : la maire d’Ornans invite les habitants à poser une bougie sur leur fenêtre

Isabelle Guillame a décidé de mettre les drapeaux de la mairie d'Ornans en berne jusqu'à la fin de la semaine. Ce mercredi 21 octobre 2020, jour d'hommage national, les conseillers observeront une minute de silence. La maire d'Ornans invite les habitants "à s’associer à cet hommage et à poser une bougie sur leur fenêtre dès ce soir".

Samuel Paty tué : « Nous sommes scandalisés que des gens emplis de haine associent l’Islam à leur folie meurtrière » (Mosquées de Besançon)

Suite à l'assassinat du professeur d'histoire-géographique Samuel Paty vendredi dernier, les responsables des mosquées de Besançon dénoncent un acte "odieux" qui vient "remettre en question l'exercice du métier noble d'enseignant". Ils appellent "à la vigilance et à l'unité pour faire front contre l'extrémisime et toutes les tentatives de division de notre pays."

Frappée et tondue à Besançon parce qu’elle aime un chrétien : Gérald Darmanin parle de barbarie

Les réactions se multiplient après les violences subies par une adolescente musulmane de 17 ans dans le quartier des Clairs-soleils à Besançon. Le ministre de l'Intérieur estime que cette violence appelle aux sanctions les plus sévères. Pour Anne Vignot, la maire EELV de Besançon cette "intolérance (...) n'a pas sa place dans notre République."

Une adolescente musulmane tondue et frappée pour avoir fréquenté un chrétien

Les parents, l'oncle et la tante d'une adolescente musulmane de 17 ans originaire de Bosnie-Herzégovine l'ont tondue et violemment frappée lundi 17 août 2020 dans le quartier des Clairs-Soleils à Besançon, lui reprochant une liaison avec un jeune serbe chrétien, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Besançon.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.67
couvert
le 29/10 à 12h00
Vent
4.75 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
95 %

Sondage