Covid-19 : en quoi consiste le plan blanc déclenché au CHU de Besançon ?

Publié le 23/10/2020 - 10:37
Mis à jour le 26/10/2020 - 17:29

Compte tenu de l’aggravation significative de la situation sanitaire en Bourgogne Franche- Comté, et bien que le nombre de patients Covid accueillis au CHU de Besançon reste pour l’heure modéré, il a été décidé de déclencher le plan blanc depuis jeudi 22 octobre 2020 afin d’anticiper l’augmentation des prises en charge. 

CHU de Besançon
©Damien Poirier ©

Mesures spécifiques déployées

Le déclenchement du Plan blanc se concrétise par la transformation des organisations existantes au sein du CHU. Au regard de la nécessité d’augmenter le nombre de lits de réanimation et de médecine, le CHU se voit en effet contraint d’engager d’ici quelques jours une première phase de déprogrammation des interventions chirurgicales susceptibles d’être reportées. Cette mesure permettra de libérer les ressources humaines nécessaires pour faire face à la situation.

  • Les premiers patients concernés par les déprogrammations seront contactés par les secrétariats médicaux dans les 15 jours à venir.

Respect des gestes barrières dans toute l’enceinte du CHU et restriction des droits de visite aux patients hospitalisés

Pour protéger tant les patients que les professionnels hospitaliers, il est impératif de limiter au maximum la propagation du virus. C’est pourquoi le CHU de Besançon demande aux familles de s’abstenir de rendre visite à leurs proches dans les semaines à venir et rappelle les gestes barrière obligatoires dans l’établissement.

  • Toute personne présente au sein du CHU doit porter un masque en continu, y compris dans les chambres.
  • Avant toute entrée dans un service, il est obligatoire de se frictionner les mains avec un gel hydro- alcoolique.
  • Pour les personnes venant en consultation, un accompagnant n’est autorisé que s’il est absolument indispensable au bon déroulement de la consultation.

Le CHU est bien conscient que ces mesures et restrictions peuvent être contraignantes pour les patients et leurs proches. Elles sont néanmoins indispensables au vu du contexte sanitaire qui s’est particulièrement dégradé ces derniers jours.

Accès aux soins et appels au centre 15

Le CHU appelle la population à ne pas renoncer aux soins et à consulter les médecins traitants pour les problèmes de santé habituels, les services de l’hôpital en charge de votre suivi, ou à contacter le SAMU centre 15 en cas d’urgence.

Le "15" est en effet dédié exclusivement aux urgences médicales et aux symptômes sévères de la Covid (fièvre mal tolérée, difficultés à respirer, douleur cardiaque ou thoracique, difficultés à s’hydrater et s’alimenter...). Il est recommandé de contacter le 15 avant de se rendre aux urgences.

En l’absence de symptôme grave, l’appel au médecin traitant doit rester le premier réflexe.

Soyons tous acteurs et solidaires !

Vous pouvez vous aussi aider tous les professionnels impliqués dans la gestion de cette épidémie en respectant les consignes, en particulier les mesures barrière et en choisissant de vous faire vacciner contre la grippe saisonnière. "Votre contribution est précieuse", souligne le CHU de Besançon dans un communiqué.

Aux côtés de ses partenaires publics et privés, le CHU de Besançon se prépare depuis plusieurs semaines à cette seconde vague. "L’ensemble de la communauté hospitalière a fait preuve de professionnalisme, réactivité, et adaptabilité. C’est avec le même engagement et le même courage que notre hôpital mobilisera ses forces pour être à la hauteur de ce nouveau défi."

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19: le vaccin Moderna dans la dernière ligne droite

Le laboratoire américain Moderna va déposer lundi 30 novembre 2020 des demandes d'autorisations de son vaccin contre le Covid-19 aux Etats-Unis et en Europe, faisant de plus en plus miroiter de premières vaccinations possibles dès le mois de décembre face à une pandémie toujours en pleine expansion.

Covid-19 : une lente décrue en Bourgogne Franche-Comté

2e vague • Le pic de la seconde vague a été plus élevé cet automne par rapport au printemps 2020 en Bourgogne Franche-Comté avec 1.899 personnes hospitalisées le 23 novembre pour des formes graves du Coronavirus contre 1.380 le 17 avril 2020. Dimanche, on dénombrait toujours plus de 1.700 patients hospitalisés dans la région qui reste dans une situation sanitaire "fragile" selon l'agence régionale de Santé.

Santé

« Comment expliquer aux soignants que l’on puisse revendiquer le temps du plaisir et du jeu ? » (président de la station de Métabief)

Jean Castex, le Premier ministre avait confirmé l'ouverture des stations de ski mais la fermeture des remontées mécaniques après l'allocution du chef de l'État le 24 novembre dernier. Après l'arrivée des premiers flocons dans le département ce 1er décembre 2020, nous avons contacté Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d'Or, Vice-président du département et maire de Frasne pour avoir son avis sur le sujet...

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Covid-19 : une lente décrue en Bourgogne Franche-Comté

2e vague • Le pic de la seconde vague a été plus élevé cet automne par rapport au printemps 2020 en Bourgogne Franche-Comté avec 1.899 personnes hospitalisées le 23 novembre pour des formes graves du Coronavirus contre 1.380 le 17 avril 2020. Dimanche, on dénombrait toujours plus de 1.700 patients hospitalisés dans la région qui reste dans une situation sanitaire "fragile" selon l'agence régionale de Santé.

Stations de ski : "Monsieur le Président, ne tuez pas la montagne Française"

Grogne •

Une manifestation samedi à Gap, un courrier à Emmanuel Macron. Alors que la Suisse, l'Autriche et la Bulgarie ont décidé d'ouvrir leurs stations  en décembre, des élus exhortent le Président à revenir sur la décision de fermer les remontées mécanique. Dans cette polémique, le régionaliste Jean-Philippe Allenbach y va de son laïus. "Si nous étions un canton suisse, nos stations de ski seraient ouvertes" en Franche-Comté.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.11
légères chutes de neige
le 03/12 à 6h00
Vent
2.14 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
98 %

Sondage