Covid-19 : l'épidémie stagne toujours en Bourgogne Franche-Comté

Publié le 30/10/2021 - 08:13
Mis à jour le 29/10/2021 - 17:42

Selon les derniers chiffres de Santé publique France ce vendredi 29 octobre 2021, la situation épidémique reste stable en Bourgogne Franche-Comté. L’ARS rappelle que cette stabilité « ne doit pas faire oublier le défi collectif de la vaccination pour protéger les plus vulnérables ». En cette période de congés, elle rappelle également les gestes barrières.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

La Bourgogne-Franche-Comté affiche une incidence en population générale stable par rapport à la précédente période de 7 jours, en-dessous du seuil de 50 pour 100 000 habitants.
"Cette tendance installée depuis plusieurs semaines, sans amélioration, ni dégradation, doit motiver chacun à se remobiliser pour enclencher un nouveau recul de la circulation virale, et non un rebond", précise l’ARS BFC
. "La protection collective passe par la prévention au quotidien et donc les gestes barrières en toutes circonstances, sans relâcher la vigilance à la faveur de cette période de vacances bien souvent synonyme d’échanges en famille ou entre amis."

Depuis mars 2020 et le début de l’épidémie de COVID, 4.965 personnes sont décédées en établissements de santé ; 2.307 dans les établissements médico-sociaux de la région.

Les chiffres de santé publique France en Bourgogne Franche-Comté

Département

Incidence

Évolution  nbre de cas (sur 7 j.)

Taux de positivité

Hospitalisations

(réanimation)

Tension

hospitalière

Doubs

38  +5,56 % 1 % 18 (6) 15 %

Jura

45  +25 % 1,3 % 23 (3) 38 %

Haute-Saône

30  -40 % 1,4 % 19 (5) 42 %

T. de Belfort

25  +19,05 % 0,6 % 7 (1) 4 %

Côte d'Or

32 +14,29 % 1,1 % 32 (7) 12 %

Saône-et-loire

31  -13,89 % 1,4 % 29 (4) 15 %

Nièvre

11 -31,25 % 0,7 % 5 (0) 0 %

Yonne

42  +75% 1,2 % 20 (5) 28 %

Bourgogne Franche-Comté

33 - 1,3% 153 (31) 16 %

Trois messages-clés

Selon l'ARS, la mobilisation doit se poursuivre également sur le front de la vaccination avec trois messages-clés :

La vaccination stagne dans les tranches les plus âgées de la population, notamment les personnes de plus de 80 ans, alors même qu’elles font partie des plus vulnérables au virus (à plus de 85 ans, le risque d’hospitalisation est 8 fois plus grand qu’entre 40 et 44 ans). Pour ces personnes, la vaccination à domicile est possible en appelant le 0800 730 957.

La campagne de rappel se poursuit pour les 65 ans et plus résidant ou non en EHPAD/USLD, les moins de 65 ans vaccinés en Janssen, les personnes à haut risque de contracter une forme grave, les professionnels des secteurs de la santé, du médico-social et les pompiers. A ce jour, un peu plus de 143.000 habitants de la région ont franchi le pas, "ce chiffre doit progresser pour stimuler la protection immunitaire apportée par le vaccin, qui diminue avec le temps", souligne l'Agence.

La campagne de vaccination anti-grippale est lancée et l’administration simultanée des vaccins contre la COVID-19 et contre la grippe saisonnière est possible, d’autant que l’absence d’immunité naturelle acquise à l’hiver 2020-2021 compte tenu de la quasi non- circulation des virus grippaux pourrait augmenter le risque de transmission du virus cet hiver.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté incite toutes les personnes concernées à s’engager dans ces démarches individuelles au bénéfice collectif garanti.

© Santé publique France

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

À Besançon, les Boucles Roses font don de 10.846€ à la Ligue contre le cancer

Le dimanche 2 octobre dernier, une marée rose de plus de 2.500 personne a envahi le Fort de Bregille de Besançon pour la bonne cause. À l'occasion du mois d'Octobre Rose, l'événement Trail et Rando des Boucles Roses s'est tenu avec au programme quatre parcours de 2, 6, 10 et 15 km, ce qui a permis de toucher un public de 0 à 99 ans.

La ville de Dijon accueillera le Téléthon 2022

François Rebsamen, maire de Dijon, président de Dijon métropole, représenté par Nathalie Koenders, première adjointe au maire de Dijon, en présence de Stéphanie VacherotT, conseillère municipale déléguée en charge du handicap et de l’inclusion, et Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’association AMF-Téléthon, a lancé lundi 14 novembre 2022 la mobilisation dijonnaise pour l’édition 2022 du Téléthon.

Doubs : deux " vendredis de la santé ", pilotés par l’ARS, se tiendront à Besançon et Pontarlier

Médecin traitant, continuité des soins, attractivité des métiers de la santé, prévention : autant de mots-clés évoquant les grands enjeux de la santé aujourd’hui pour les Français. Des défis qui sont aussi les points de départ d'une réflexion voulue par le président de la République dans le cadre du Conseil national de la refondation en santé. Ce CNR Santé ouvre une vaste concertation au plus près du terrain dans toutes les régions. En Bourgogne-Franche-Comté, elle se tient à partir du 18 novembre et jusqu’au 9 décembre.

Crise " sans précédent " au CHU de Besançon : le Collectif de défense de la santé du Doubs tire la sonnette d’alarme

Dans un communiqué du 13 novembre 2022, le CoDéS 25, Collectif de défense de la santé du Doubs, alerte la population et les pouvoirs publics sur "l’état de crise sans précédent" que subit le CHU de Besançon. Il affirme par la même occasion rejoindre l’appel lancé par Laurent Thinès, neurochirurgien et chef de service en Neurochirurgie et chirurgie de la douleur et du rachis au CHU de Besançon, membre des collectifs inter-hôpitaux, à "un sursaut citoyen pour ne pas accepter l’agonie du système de santé en France".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.44
couvert
le 29/11 à 0h00
Vent
1.51 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
97 %