Cultes : la jauge limitée à 30 personnes pour l'instant

Publié le 26/11/2020 - 14:43
Mis à jour le 26/11/2020 - 14:43

Mise à jour ce 26 novembre • La jauge de 30 personnes maximum fixée pour la fréquentation des lieux de culte à partir du samedi 28 novembre 2020 a été confirmé ce jeudi 26 novembre 2020 par Jean Castex, le Premier ministre.

Célébration eucharistique à Besançon (Illustration) ©
Célébration eucharistique à Besançon (Illustration) ©

Mardi soir, Emmanuel Macron a annoncé que les offices religieux publics seraient à nouveau autorisés samedi mais "dans la stricte limite de trente personnes". Sa décision a causé "déception" et "surprise" chez les évêques catholiques, qui souhaitent que la jauge soit fonction de la taille de l'édifice.

La CEF a indiqué mercredi que, suite à un "échange téléphonique" mardi soir entre son président, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, et le chef de l'Etat, "une jauge réaliste, tout en restant stricte, sera(it) définie d'ici jeudi matin".

Qu'en est-il ?

Lord de son intervention ce jeudi, le Premier ministre a indiqué que les offices religieux pourront également reprendre dès samedi.

Concernant la jauge, elle sera de 30 personnes maximum mais elle pourra évoluer "progressivement", "en fonction de la situation sanitaire".

Dans un communiqué faisant suite à l'allocution du chef de l'Etat, le Conseil français du culte musulman (CFCM), regrette également la limitation à 30 personnes, "trop restrictive", soulignant qu'il aurait "préféré la règle d'une personne par 4 m2 (voir 6 ou 8 m2)".

Lundi, lors de discussions avec le ministère de l'Intérieur, les responsables de cultes s'étaient mis d'accord sur un protocole de reprise des offices, suspendus pendant le confinement, prévoyant notamment un espace de "4m2" entre chaque fidèle. Les catholiques proposent une occupation partielle d'un tiers de l'espace d'une église.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Confinement #2

Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l’étau du confinement  s’est félicité que la circulation du virus ait été « freinée », mais le Covid-19 « demeure très présent » en France comme dans le reste de l’Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l’allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu’au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l’évolution de l’épidémie, a-t-il averti.

Religion

Manifestation contre l’antisémitisme à Besançon : qui vient, qui ne vient pas ?

Jeudi 9 novembre, la Licra Besançon - Franche-Comté a lancé un appel à manifester dimanche 12 novembre à 15h00 à Besançon contre l’antisémitisme, comme à l’appel de la présidente de l’Assemblée nationale et du président du Sénat. Depuis l’annonce, plusieurs politiques ont exprimé leur volonté d’y participer… ou pas.

Une congrégation catholique condamnée pour travail dissimulé

La congrégation Famille missionnaire Donum Dei a été condamnée à Épinal pour travail dissimulé de femmes étrangères. Les Travailleuses missionnaires de l’immaculée étaient réparties sur les sites de Marseille, La Grâce-Dieu, Domrémy-la-Pucelle, Lisieux, Menton, Ars-sur-Formans, Lourdes, Toulon et Besançon.

François Hollande à Besançon : “Anne Hidalgo doit présenter le plus vite possible ses propositions”

Ce mercredi 15 décembre, François Hollande était à la librairie L’Intranquille à Besançon pour dédicacer son livre Affronter (Éd. Stock). Il en a profité pour échanger avec des jeunes, particulièrement nombreux au rendez-vous, sur l’expérience d’être candidat à l’élection présidentielle et conseillé à la candidate du PS Anne Hidalgo de présenter « le plus vite possible » ses propositions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.37
couvert
le 28/05 à 3h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
93 %