Economie : les effets du confinement étaient déjà visibles sur l’emploi à fin mars 2020 en Franche-Comté

Publié le 28/07/2020 - 10:47
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:42

Après une fin d’année 2019 en légère hausse en termes de nombre d’emplois dans notre région (+ 0,3 % par rapport au trimestre précédent), les effets du confinement sur l’emploi se sont faits ressentir dès la fin mars 2020 selon les statistiques de l’Urssaf .

 © Free-Photos/Pixabay
© Free-Photos/Pixabay

L’emploi déjà impacté à fin mars

La région Bourgogne-Franche-Comté a perdu plus de 20 000 postes au premier trimestre 2020, soit un recul de - 3,1 % par rapport au trimestre précédent (contre - 2,6 % au niveau national).
La région Franche-Comté est davantage impactée (- 3,6 %) comparée à la Bourgogne (- 2,7 %).

Les contrats précaires et les intérimaires ont été particulièrement touchés (- 15 740 emplois en région).
Hors intérim, la baisse est donc plus limitée : - 0,8 % ce trimestre et - 0,7 % sur un an en région. En France, l’évolution hors intérim, reste même positive sur un an.

...et dans tous les secteurs d’activités

A fin mars, tous les grands secteurs d’activités enregistrent une baisse de l’emploi salarié par rapport au trimestre précédent. L’intérim est le plus touché avec une baisse historique de 40,6 % en Bourgogne-Franche-Comté. Le constat est identique au niveau national avec une baisse de - 40,4 %. Déjà en repli en 2019, l’intérim est la première victime de la crise. C’est l’effet immédiat de l’interruption des contrats par les entreprises clientes d’intérim, notamment celles de l’industrie et de la construction, au lendemain des annonces de confinement. Dans les autres secteurs, la possibilité de mettre les salariés au chômage partiel atténue pour le moment les effets de la crise. L’emploi permanent suit la même tendance ce trimestre avec des baisses allant de - 1 % dans les services à - 0,5 % dans le commerce. Sur un an, seul le commerce ne perd pas de postes en Bourgogne- Franche-Comté.

...et tous les départements

Les huit départements de la région sont touchés par la baisse de l’emploi salarié permanent et intérimaire ce trimestre : de - 4,7 % dans le Territoire de Belfort à - 2,2 % en Côte-d’Or.

4 zones d’emplois créatrices d’emplois, 2 zones stables et 19 zones en pertes d’effectifs

Du fait de leur spécialisation économique, toutes les zones d’emploi ne sont pas exposées dès ce premier trimestre 2020 aux premiers effets de la crise sanitaire. Certains territoires sont affectés d’emblée par les mesures de confinement, en raison d’un poids élevé de l’économie présentielle (notamment le commerce, l’hébergement et la restauration) ou d’un faible poids d’activités considérées comme prioritaires dans la crise.

Ainsi, 19 zones d’emplois sur les 25 enregistrent une baisse de leurs effectifs dès la fin du premier trimestre 2020 (dont les plus fortes pour les zones de Cosne, Avallon, Saint-Claude, Louhans, Belfort-Montbéliard-Héricourt, Autun ...) quand quatre zones (Beaune, Chatillon, Sens et Gray) profitent encore d’une légère augmentation de leurs effectifs permanents. Les effectifs de deux zones (Mâcon et Besançon) sont quant-à-eux stables.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.31
couvert
le 16/06 à 9h00
Vent
3.68 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
71 %