Éric Alauzet dévoile les (deux) premiers noms de sa liste

Publié le 11/01/2020 - 14:17
Mis à jour le 11/01/2020 - 15:19

Avant les vœux à son équipe et à ses soutiens pour l'élection municipale à Besançon, le candidat (LREM) Éric Alauzet a présenté à son local de campagne les deux noms le suivant sur sa liste :  Karima Rochdi et Laurent Croizier. En insistant sur sa priorité n°1 : l'éducation, le candidat précise qu'il souhaitait une équipe resserrée et renouvelée avec 75 % de personnes n'ayant jamais été élues.

Éric Alauzet en tête de liste. Karima Rochdi en seconde position pour le poste de première adjointe en cas de victoire. Et Laurent Croizier (Modem) en n°3.

Entouré de ses deux premiers colistiers et de Paulette Guichard Kunstler venue le soutenir pour ses voeux, Éric Alauzet a voulu faire passer un triple message : le nouveau mode d'action des élus, le renouvellement et la priorité donnée à l'Éducation.

"Dépoussiérer les modalités d'action des élus pour plus d'efficacité"

Tout d'abord, un nouveau mode de gouvernance. "Il faut dépoussiérer les modalités d'action des élus et de l'institution. On fonctionne aujourd'hui trop en silo, en délégation. Je souhaite donc que les élus travaillent en grand pôle de compétences thématiques. Les services de la Ville, eux, le font déjà et ils ne s'y sont pas trompés. (...) Je souhaite un exécutif plus resserré et plus compact."

75% de renouvellement

Éric Alauzet déclare préférer la compétence et le sens de l'intérêt général qu'un renouvellement à tout prix, et ce, même si 75% des personnes présentes sur sa liste n'auront jamais été élues.

"Je veux compter sur un équipage dynamique, motivé et aguerri." Éric Alauzet

Ce changement d'approche "pour décloisonner les politiques publiques" pose aussi la question de l'incarnation de la politique de la Ville par ces mêmes élus qui devraient avoir "plus d’autonomie" dans leur champ d'action. "C'est un risque certes, mais moi, je n'ai pas peur des gens qui ont du pouvoir à mes côtés" assène-t-il en présentant la n°2 sur sa liste, celle qui serait sa première adjointe : Karima Rochdy.

Issue de la société civile, cette mère de famille de deux enfants de 45 ans a un doctorat en automatique-informatique. Issue de la société civile et entrée en politique en 2014 dans l'équipe de Jean-Louis Fousseret, elle est aujourd'hui en charge du contrat de ville afin de renforcer les politiques publiques dans les quartiers sensibles. "Les quartiers ne se résument pas aux faits-divers. Ils ont avant tout une histoire, une vraie dynamique dans le tissu associatif, économique et où s'exprime une diversité qui fait leur richesse... "

Priorité à l'Éducation

Éric Alauzet imagine donc sa première adjointe prendre en charge avec Laurent Croizier, (n° 3 sur la liste) le pôle lié à l'éducation, sa priorité n°1.

"Ce n'est pas un hasard si je vous présente les deux personnes qui me suivront sur la liste. L'Éducation pour moi, c'est la mère de toutes les batailles" insiste le conseiller municipal et député du Doubs. 

"Si on veut la réussite de nos enfants pour leur émancipation, si on veut vivre correctement ensemble, se respecter, si on veut asseoir la sécurité et la tranquillité publique, si on veut réaliser la transition écologique, cela passe par l'éducation, par l'accompagnement de la réussite personnelle de chacun et la citoyenneté dans un climat de confiance" conclut-il sur ce thème.

Pour Laurent Croizier, 45 ans également, président du Modem du Doubs et par ailleurs professeur des écoles, la priorité donnée à l'Éducation est un signe fort de l'engagement du candidat Alauzet.

"L'école occupe une place extrêmement importante dans le quotidien des familles. C'est près de 9.000 enfants à Besançon. C'est un lieu de transmission mais aussi un lieu de vie. Et il n'y a pas plus belle ambition que de vouloir la réussite de notre jeunesse" souligne le conseiller municipal MoDem qui voit dans sa position sur la liste -  en qualité de "quadras" (avec Karima Rochdi) - un autre signe du renouvellement voulu par la candidat Alauzet.

1 Commentaire

@ Macommune.... ce n'est pas Paulette Guichard Kunstler! Je ne suis pas un psychopathe de l’orthographe mais cette faute est quand même grossière. Relisez-vous ou faites-vous relire par vos collègues.
Publié le 13 janvier à 15h36 par boissetou • Membre

2 commentaires

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d'une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L'abstention frôle les 61 %  

Politique

L’ancien président Valéry Giscard d’Estaing est mort du Covid-19

+ Réactions politiques •

Le troisième président de la Ve République Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981), qui modernisa dans les années 70 la vie politique avant de voir son mandat fracassé par la crise économique, est mort mercredi 2 décembre 2020 dans la soirée du Covid-19, entouré des siens dans sa propriété d'Authon dans le Loir-et-Cher, à l'âge de 94 ans.

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.44
nuageux
le 05/12 à 9h00
Vent
1.05 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
93 %

Sondage