Éric Alauzet : "Je ne suis pas d'accord avec toutes les décisions politiques au niveau national"

Publié le 11/02/2020 - 15:46
Mis à jour le 11/02/2020 - 15:46

À un mois de l’élection municipale, Éric Alauzet prendrait-il ses distances avec LREM ? Le député du Doubs et candidat officiellement investi « En Marche » à Besançon annonce qu’il ne souhaite pas être réduit à « une étiquette politique » tout en affirmant être sur le principe de « loyauté« .

Éric Alauzet © Hélène Loget ©
Éric Alauzet © Hélène Loget ©

Sur son dernier document de campagne distribué aux habitants de Besançon, difficile de voir par quel parti a été investi le candidat. Sur la couverture, on peut lire "Éric Alauzet " accompagné des mots "Volonté, humanité, vitalité". Ce n'est que lorsque l'on retourne le document qu'il est mentionné en bas à droite "La République En Marche" (en dessous du QR Code reportant sur la page Facebook). Interpellé sur ce sujet, Éric Alauzet ne relèvera que brièvement cette remarque : "Oui, ce n'est pas écrit en première page, et ?", lance le candidat.

"Je suis bien plus écolo que LREM (…) j'aurai eu le même projet politique il y a trois ans." Éric Alauzet

Fier de son programme, le candidat affirme souhaiter que les Bisontins prennent part au débat : "Réduire le débat à des étiquettes politiques, ce n'est pas permettre aux Bisontins de se mettre dans le débat", clame-t-il. "Je suis bien plus écolo que LREM (…) j'aurais eu le même programme il a trois ans", insiste-t-il en rappelant que l'écologie est "son engagement de toujours." 

"J'ai commencé la politique par l'écologie. J'ai rejoint les Verts en 1988. À l'époque, l'écologie c'était la critique du productivisme et du consumérisme. Pour résumer, cela signifiait qu'en deux siècles on allait tout manger, le pétrole, les forêts les minéraux et en même temps on allait épuiser nos ressources. Il y avait une écologique politique qui n'était ni de droite ni de gauche. Je dis ça par rapport aux reproches que l'on peut me faire. Je suis rentré dans la vie politique par le "ni…ni". Je suis désormais dans le "Et.. et", explique-t-il en poursuivant que l'on ne fera pas "sans la droite ou sans la gauche (...) Personne ne change au fond de son ADN".

En désaccord avec le gouvernement ?

Le député du Doubs a montré son désaccord à plusieurs reprises notamment lors de son opposition lors du vote sur l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA). Approuvé en juillet dernier par 266 voix Pour et 213 voix Contre. Ils étaient 9 à s'opposer dans la majorité. Éric Alauzet en faisait partie. "J'ai d'ailleurs eu quelques heures difficiles", confie-t-il en affirmant toujours s'opposer "à cette logique de voyage des marchandises d'un bout à l'autre de la planète (...) Je ne suis pas d'accord avec toutes les décisions politiques au niveau national".

Éric Alauzet a souhaité donné un autre exemple lors du vote de la proposition de loi LR "anti-casseurs" en février 2019 qui prévoyait de garantir le maintien de l'ordre public lors des manifestations. Le député avait alors choisi de s'abstenir ainsi qu'une cinquantaine de députés de la majorité LREM. Le texte était pourtant soutenu par le gouvernement. Aucun élu n'avait cependant voté contre. 

"S'abstenir c'est déjà fort dans la majorité", souligne Éric Alauzet en indiquant "qu'il faut que l'abstention soit rare" pour être remarquée… "Je suis sur le principe de loyauté. Je l'ai fait avec le gouvernement Hollande ou celui de Macron. Sur les sujets où il y a un désaccord, ce n'est pas toujours dans le vote, mais des fois si. J'essaye d'amender, de faire évoluer", conclut-il en rappelant qu'il avait fait prolonger en 2017 l'aide au maintien à l'agriculture biologique contre l'avis du gouvernement.

1 Commentaire

Je préfère un homme fidèle à ses idées que fidèle à un parti. Vu les pratiques des partis, je trouve qu'il faut les utiliser comme des outils, et en aucun cas les sacraliser !
Publié le 11 fevrier 2020 à 17h29 par grlulu • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach « inéligible » pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L’heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : “Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition”

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l’élection municipale. Dans un style bien à elle, s’éloignant volontairement des clichés traditionnels des « hommes politiques », elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d’une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L’abstention frôle les 61 %
 

Politique

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Législatives 2024 : comment voter par procuration ?

Le 9 juin 2024, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale, appelant ainsi les Français à retourner aux urnes les 30 juin et 7 prochains. En vue de ces élections législatives, et en ce début de saison estivale, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration dématérialisée, mis en place pour la première fois pour les élections Européennes 2024. Précisions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.31
couvert
le 16/06 à 12h00
Vent
6.04 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
56 %