Éric Alauzet n’aurait pas voté la Loi travail mais ne votera pas la motion de censure

Publié le 11/05/2016 - 09:41
Mis à jour le 25/05/2016 - 10:43

Dans une tribune de ce mardi 10 mai 2016, le député EELV du Doubs Eric Alauzet explique ce qu’aurait été son vote si l’examen à l’Assemblée nationale sur la loi Travail avait été mené à son terme et si les parlementaires avait été appelés à voter mardi prochain…

 ©
©

Tribune

Décidé samedi dernier, son vote aurait été négatif et sa position a été mûrement réfléchie après les débats au niveau national ces derniers mois mais aussi ses consultations au niveau local des représentants syndicaux de salariés et de chefs d’entreprise ou encore des organisations de jeunesse. 

Pour Éric Alauzet, une des raisons principales qui a primée dans sa position est l’article 2 et l’inversion de la hiérarchie des normes, « Le principal danger », toujours présente dans la dernière version du texte. Il considère que « Cet article 2 du projet de loi est en effet susceptible d’entraîner une concurrence déloyale entre les entreprises, notamment entre les PME mais aussi entre les PME et les grandes entreprises ». Et de poursuivre :  « Cette disposition irait également à l’encontre de la bataille première que je mène depuis le début de mon mandat avec d’autres en France et en Europe - loi bancaire, loi contre la fraude et la grande délinquance financière, programme BEPS anti-évasion fiscale de l’Union européenne. ». Il liste également d’autres risques possibles : « les questions du temps de travail, de rémunération des heures supplémentaires et des conditions de licenciements ». 

Dans cette tribune, le député relève aussi : « des mesures qui peuvent constituer des avancées mais sans équilibrer d’autres articles (...)  en rappelant : « le Compte personnel d’activité (CPA) ou encore l’extension du plan jeunesse : dispositif d’aide à la recherche du premier emploi, meilleure rémunération des apprentis et généralisation de la Garantie Jeunes ». 

Enfin, il explique qu’il a pris position au même moment contre la motion de censure après la procédure engagée du 49.3 par le gouvernement.

Pour lui, même si « la sortie n’est pas glorieuse et s’apparente pour beaucoup à un déni de démocratie », il lui est impossible de soutenir une motion où sont  « associés dans un même vote de rejet, des élus qui s’opposent à cette loi pour des raisons diamétralement opposées ». Il prône une révision de la constitution pour des « règles de motion de censure constructive qui s’appliquent par exemple en Allemagne et qui imposent, pour remettre en cause le Chancelier fédéral, de trouver au Bundestag une majorité alternative pour choisir son remplaçant ». 

Et de conclure que de son côté qu’il poursuivra son action comme depuis le début de son mandat parlementaire « pour tenter d’agir à la racine, pour favoriser l’émergence d’une économie réelle, locale, proche des besoins essentiels et durables tout en agissant pour une Europe qui pèse sur la régulation du Monde, la finance débridée, la fraude et l’évasion fiscale ».

Il se projette déjà sur la prochaine étape : « la Loi Sapin qui traitera de la protection des lanceurs d’alerte et qui doit être l’occasion de progresser encore sur les sujets du « reporting financier » des entreprises (Luxleaks) et la transparence des trusts (Panama Papers). Il ne faut pas s’y tromper ces questions sont cruciales pour l’emploi ». 

Pourquoi j’ai décidé samedi dernier de ne pas voter la loi modifiant le Code du Travail ainsi que la motion de censure qui suivrait en cas d’adoption de cette loi par le Gouvernement avec la procédure du 49.3. 

Après de multiples débats et échanges, le « projet de loi visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs », appelé « Loi Travail », était depuis une semaine en examen en séance dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. 

Ecouter, échanger avant de décider 

Contrairement à nombre de mes collègues, je ne me prononce le plus souvent sur un texte difficile et controversé qu’à l’issue des débats, une fois le texte stabilisé, ce qui explique que je n’ai pas pris position avant et pendant l’examen, notamment en commission des affaires sociales et en séance dans l’hémicycle.

Cette période m’a permis, en parallèle au débat national, de rencontrer en circonscription dès février l’ensemble des acteurs sociaux et économiques qui ont bien voulu répondre à mon invitation, qu’il s’agisse des représentants syndicaux, des salariés et des chefs d’entreprises, des syndicats étudiants, lycéens et organisations de jeunesse.

Entre l’indispensable protection des salariés et la nécessaire recherche d’outils pour permettre un emploi pour toutes et tous, le texte de loi  affiche de grands écarts entre ce que l’on pourrait appeler des avancées – mêmes perfectibles – et des reculs – corrigés ou pas. Je me suis principalement interrogé sur les risques ou régressions possibles que pourrait entrainer cette loi : les questions du temps de travail, de rémunération des heures supplémentaires et des conditions de licenciements, sujets sur lesquels le texte devait encore pouvoir évoluer. 

Un des articles les plus problématiques et contestés, l’article 2 concernant l’inversion de la hiérarchie des normes (loi/accord de branche/accord d’entreprise), n’a pas été pas modifié ou supprimé par le gouvernement en vue de la séance qui était programmée ce mardi. Le gouvernement a dans le même temps décidé de mener la procédure du 49.3 pour ce projet de loi.

Cette perspective m’a conduit à prendre position contre ce texte dès le samedi 7 mai, avant la fin de l’examen parlementaire dans la mesure où l’article 2 proposant l’inversion de la hiérarchie des normes ne semblait plus pouvoir évoluer. C’était pour moi le point crucial de ce projet de loi.

Le principal danger de l’inversion de la hiérarchie des normes

Cet article 2 du projet de loi est en effet susceptible d’entraîner une concurrence déloyale entre les entreprises, notamment entre les PME mais aussi entre les PME et les grandes entreprises qui disposent de plus en plus de possibilités pour négocier des accords d’entreprises,  à la différence des plus petites entreprises avec, par exemple, des compensations sur le temps de travail ou les rémunérations. On pourrait ainsi assister à une logique de moins disant social préjudiciable aux PME/TPE et à leurs salariées. Pourtant, il est nécessaire de donner aux TPE/PME/ETI les moyens de s’adapter aux forces à l’œuvre dans ce nouveau siècle ainsi qu’à la mondialisation et au libéralisme débridé.

Cette disposition irait également à l’encontre de la bataille première que je mène depuis le début de mon mandat avec d’autres en France et en Europe - loi bancaire, loi contre la fraude et la grande délinquance financière, programme BEPS de l’Union européenne, etc. – et qui produit des résultats pour réduire l’évasion fiscale, restaurer plus de justice sociale et fiscale, assainir l’économie en faveur de l’emploi. Je suis en effet très investi pour préparer la prochaine loi Sapin qui traitera de la protection des lanceurs d’alerte et qui doit être l’occasion de progresser encore sur les sujets du « reporting financier » des entreprises (Luxleaks) et la transparence des trusts (Panama Papers). Il ne faut pas s’y tromper ces questions sont cruciales pour l’emploi.

Des mesures peuvent constituer des avancées mais sans équilibrer d’autres articles.

Il faut toutefois reconnaître les apports de cette loi au bénéfice des salariés comme le Compte personnel d’activité (CPA) qui représente un début de sécurisation professionnelle associant le compte de formation et le compte de pénibilité constituant les briques d’un rempart indispensable à la précarité de l’emploi ; ou encore l’extension du plan jeunesse  avec le dispositif d’aide à la recherche du premier emploi, la meilleure rémunération des apprentis et la généralisation de la Garantie Jeunes qui apportera à chacun d’entre eux, âgé de 18 à 25 ans, n’ayant ni emploi, ni qualification, une formation assortie d’un revenu mensuel de 461,72 euros pour éviter la grande précarité. J’ai pu en évaluer la pertinence en rencontrant les responsables et les jeunes concernés à la Mission Locale en charge de l’accompagnement. Il aurait été possible, sur ces dispositions, d’avoir une majorité pour les voter.

49.3 et motion de censure

Le Gouvernement a décidé de recourir à la procédure 49.3 face à la résistance prévisible d’une majorité de parlementaires. La sortie n’est pas glorieuse et s’apparente pour beaucoup à un déni de démocratie. Alors, le groupe d’opposition « Les Républicains » déposera une motion de censure.  Et, ce mardi, il n’est pas certain que des députés de gauche s’organisent pour faire de même autour du groupe GDR - Gauche Démocrate Républicaine. Quoiqu’il en soit, je ne voterai pas une telle motion, pas tant parce qu’elle émanerait du groupe LR ou GDR mais parce qu’elle devrait pour faire tomber le Gouvernement et la loi, associer, dans le même vote de rejet, des élus qui s’opposent à cette loi pour des raisons diamétralement opposées. Pas glorieux non plus. Le rassemblement de ceux qui disent « non » n’a jamais débouché sur une proposition alternative.

Je fais mienne les règles de motion de censure constructive qui s’appliquent par exemple en Allemagne et qui imposent, pour remettre en cause le Chancelier fédéral, de trouver au Bundestag une majorité alternative pour choisir son remplaçant. Cette perspective est illusoire dans le cas présent. En conséquence, le vote d’une motion de censure procéderait également d’un déni démocratique auquel il m’est impossible de m’associer.

Le chantier qui se révèle devant nous est immense tant au plan démocratique que pour inventer la société de demain. Et là, personne, n’a la clé tant ce sont encore les modèles d’hier qui s’affrontent.

Je poursuivrai donc mon action, comme depuis le début de mon mandat parlementaire pour tenter d’agir à la racine , pour favoriser l’émergence d’une économie réelle, locale, proche des besoins essentiels et durables, tout en agissant pour une Europe qui pèse sur la régulation du Monde, la finance débridée, la fraude et l’évasion fiscale. Je continuerai ainsi jusqu’à la fin du mandat sur ces sujets cruciaux qui sont en lien direct avec l’enjeu du travail et de l’emploi.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

loi travail

Loi travail : manifestation et votation à Besançon

Alors que François Hollande reste inflexible en déclarant  ce jeudi matin que le gouvernement irait « jusqu’au bout » de la loi travail, les manifestations demandant le retrait du texte se poursuivent partout en France pour une journée d’action nationale. À Besançon, 440 manifestants selon la police ont déambulé en fin de matinée et une votation citoyenne se tient place Pasteur jusqu’à 16h.

Myriam El Khomri : « Ce n’est pas de l’obstination, c’est de la conviction »

« Je ne suis ni sourde ni aveugle ! » Juste avant l’inauguration ce vendredi 27 mai 2016 de l’école « Cuisine Mode d’emploi(s) », la ministre du Travail a rencontré à Besançon des représentants de syndicats durant près d’une heure alors que 300 personnes étaient rassemblées à distance du site de l’ancienne usine Lip.

Myriam El Khomri – Besançon 27 mai 2016 from maCommune.info on Vimeo.

Mobilisation contre la loi travail : c’est reparti pour un tour…

« Ni amendable, ni négociable : retrait de la loi travail ! ». Entre 150 et 200 manifestants ont défilé ce jeudi matin boulevard Kennedy à Besançon avant le rassemblement devant le Medef à 11h.  La mobilisation a provoqué de nombreux ralentissements dans le secteur.

Politique

Fortes chaleurs : les Colmariens appelés à l’aide pour sauver les fleurs

Opération sauvetage pour les massifs floraux de Colmar. Face aux interdictions d'arrosage liées à la sécheresse, le maire de la très touristique ville de Colmar a incité jeudi 11 août la population et les restaurateurs à arroser eux-mêmes les jardinières et massifs floraux des espaces publics, quitte à recourir aux "fonds de carafe", un "moyen citoyen de répondre à l'absurdité administrative".

Pouvoir d’achat : coup d’envoi des débats au Sénat

Prolongement de la "prime Macron", augmentation des retraites et allocations... le Sénat à majorité de droite a entamé ce jeudi 28 juillet 2022 l'examen du premier volet des mesures en soutien au pouvoir d'achat, que le ministre Bruno Le Maire souhaite contenir à 20,7 milliards d'euros.

Besançon : souffrant d’un cancer, un artiste intermittent du spectacle se retrouve dans une faille juridique, sans aucun revenu

Stéphane M., un Bisontin de 47 ans, père de famille, artiste musicien au régime de l’intermittence du spectacle, vit depuis le mois d’avril dernier avec 0€ de revenu. En octobre 2021, les médecins lui diagnostiquent un cancer ce qui l’empêche d’exercer sa profession. Suite aux mesures sanitaires contre la Covid-19, une faille juridique ne lui permet plus de bénéficier d’indemnité. Nous l’avons rencontré dans sa chambre d’hôpital à Besançon mardi 26 juillet.

L’Assemblée vote la suppression de la redevance, au cours d’un week-end électrique

L'Assemblée nationale a voté ce samedi 23 juillet 2022 la suppression de la redevance audiovisuelle dans le cadre du soutien au pouvoir d'achat et rejeté in extremis une taxe sur les "superprofits" des gands groupes, mais doit encore déminer des points très débattus comme la remise carburant et la renationalisation d'EDF.

Wifi, électricité, clim… : le gouvernement appelle à « des petits gestes » pour faire des économies d’énergie

Climatisation, électricité, wifi,… "Nous demandons un effort aux citoyens, aux Françaises et aux Français", a déclaré le porte-parole du gouvernement Olivier Véran à l’issue du Conseil des ministres ce mercredi 20 juillet, estimant qu’il "n’y a pas de petit geste" en matière d’économie d’énergie dans la perspective d’une coupure de l’approvisionnement en gaz russe à l’automne.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 24.84
ciel dégagé
le 13/08 à 18h00
Vent
2.8 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
38 %

Sondage