Fabrication de masques : un coup de pouce pour les couturières solidaires de Besançon !

Publié le 07/05/2020 - 16:52
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:44

Depuis le début du confinement, plus de 50 couturières amateures et professionnelles bénévoles ont fabriqué plus de 4700 masques (en date du 5 mai) en tissu distribués dans les hôpitaux, cliniques, Ehpad, et de nombreuses structures dans le besoin, afin que le personnel soignant puisse se protéger. Une cagnotte est mise en ligne depuis le 3 mai pour donner un coup de pouce financier à ces couturières…

©Emmanuel Dumont/Facebook ©
©Emmanuel Dumont/Facebook ©

"Élan de solidarité hors norme, ces bénévoles ont utilisé leurs fournitures, leurs machines, leurs fils et leurs élastiques pour réaliser plus de 4500 masques à ce jour pour des structures telles que des cliniques, CHU, maisons médicales, foyers, pompiers, écoles...", souligne l'instigateur de la cagnotte, Emmanuel Dumont, conseiller municipal à Besançon, qui se charge notamment de livrer des masques et de trouver des matériaux pour les couturières.

Pour lui, "Il est nécessaire de rendre visible ce travail de l'ombre, invisible et extraordinaire. La cagnotte servira à doter en matériel acheté chez deux commerçantes qui dès le début furent aux côtés de ces plus de 50 bénévoles..."

Collectivement sous l'égide du groupe Facebook Couturières et Couturiers Solidaires Doubs-Besançon les fonds récoltés seront affectés "à celles et ceux qui ont mouillé la chemise des heures durant, des jours et des semaines durant pour pallier l'incurie des dotations de masques".

Un élan de solidarité né avant le confinement à Besançon

Quelques jours avant le confinement, lorsque la pénurie de masques de protection dans le secteur médical s'est fait ressentir, des couturières professionnelles de Besançon, dont Viviane Millerand, couturières professionnelle bisontine, se sont concertées pour dire "ce n'est pas possible, il faut qu'on fasse quelque chose !" C'est alors qu'elle publie sur Facebook la photo d'un masque en tissu respectant les normes de protection qu'elle avait fabriqué, "après ça, des amis m'en ont demandé, puis des éducateurs… et des infirmières !" nous raconte-t-elle.

En même temps, dans la France entière, de nombreuses couturières ont eu le même éclair de génie et ont créé des communautés de couturières régionales, départementales et ainsi organiser la fabrication de masques pour le personnel soignant. "On a toutes eu la même idée, c'est dingue la télépathie entre couturières" se réjouit Viviane.

Elle a donc créé un groupe sur Facebook pour réunir les couturières de Besançon et du Doubs pour se donner des idées, des patrons, des tutoriels, des astuces pour trouver du matériel, etc. C'est une cinquantaine de couturières et deux couturiers qui a œuvré et qui oeuvre toujours aujourd'hui pour fournir plusieurs milliers de masques au personnel soignant, à des associations, mais aussi à de nombreuses autres structures et agents tels que des agents de station d'épuration, des éboueurs, la protection de l'enfance, etc. en demande.

Vendredi 8 mai, le nombre de masques fabriqués par ces 50 couturières et couturiers atteindra les 5000.

La ville de Besançon, l'une des rares collectivités françaises à rémunérer des couturières professionnelles

Mais bien sûr, tout cela a un coût ! Et malgré cela, "il était inconcevable pour moi comme pour mes consoeurs de faire payer ces masques aux soignants, aux caissières, à celles et ceux qui étaient en première ligne, qui devaient aller travailler sur le terrain", nous confie Viviane.

C'est là qu'est intervenu Emmanuel Dumont pour motiver des élus à mettre la main au porte-monnaie pour rémunérer les masques commandés par les collectivités, dont la ville de Besançon. Les couturières professionnelles pourront être payées pour le stock de masques qu'elles livreront à la ville. La ville de Besançon est d'ailleurs l'une des rares collectivités françaises à rémunérer des couturières professionnelles pour des masques.

Du côté des couturières amateures, la cagnotte leur sera attribuée.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Une nouvelle communauté professionnelle territoriale de santé pour le Nord-Franche-Comté

Les professionnels du territoire, la direction territoriale de l’agence régionale de santé (ARS), la caisse primaire d’Assurance maladie du Doubs et la Mutualité sociale agricole de Franche-Comté ont signé officiellement ce mardi 28 mai 2024 le projet de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) Avenir Santé. Le Nord-Franche-Comté est "désormais intégralement couvert par ces nouveaux modèles d’organisation des soins" précise l’ARS dans son communiqué.

“Le Tube à Essais” : qu’y a-t-il derrière ce nouveau projet du Hacking Health Besançon ?

En septembre 2024, Hacking Health Besançon lancera sa société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), baptisée "Le Tube à Essais". C’est dans le bâtiment Bioinnovation de Temis Santé que ce projet prendra vie, déjà soutenu par de nombreux partenaires, du domaine public comme la Région Bourgogne – Franche-Comté ou du privé.

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.87
légère pluie
le 29/05 à 6h00
Vent
1.41 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
92 %