Fabrication de masques : un coup de pouce pour les couturières solidaires de Besançon !

Publié le 07/05/2020 - 16:52
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:44

Depuis le début du confinement, plus de 50 couturières amateures et professionnelles bénévoles ont fabriqué plus de 4700 masques (en date du 5 mai) en tissu distribués dans les hôpitaux, cliniques, Ehpad, et de nombreuses structures dans le besoin, afin que le personnel soignant puisse se protéger. Une cagnotte est mise en ligne depuis le 3 mai pour donner un coup de pouce financier à ces couturières…

©Emmanuel Dumont/Facebook ©
©Emmanuel Dumont/Facebook ©

"Élan de solidarité hors norme, ces bénévoles ont utilisé leurs fournitures, leurs machines, leurs fils et leurs élastiques pour réaliser plus de 4500 masques à ce jour pour des structures telles que des cliniques, CHU, maisons médicales, foyers, pompiers, écoles...", souligne l'instigateur de la cagnotte, Emmanuel Dumont, conseiller municipal à Besançon, qui se charge notamment de livrer des masques et de trouver des matériaux pour les couturières.

Pour lui, "Il est nécessaire de rendre visible ce travail de l'ombre, invisible et extraordinaire. La cagnotte servira à doter en matériel acheté chez deux commerçantes qui dès le début furent aux côtés de ces plus de 50 bénévoles..."

Collectivement sous l'égide du groupe Facebook Couturières et Couturiers Solidaires Doubs-Besançon les fonds récoltés seront affectés "à celles et ceux qui ont mouillé la chemise des heures durant, des jours et des semaines durant pour pallier l'incurie des dotations de masques".

Un élan de solidarité né avant le confinement à Besançon

Quelques jours avant le confinement, lorsque la pénurie de masques de protection dans le secteur médical s'est fait ressentir, des couturières professionnelles de Besançon, dont Viviane Millerand, couturières professionnelle bisontine, se sont concertées pour dire "ce n'est pas possible, il faut qu'on fasse quelque chose !" C'est alors qu'elle publie sur Facebook la photo d'un masque en tissu respectant les normes de protection qu'elle avait fabriqué, "après ça, des amis m'en ont demandé, puis des éducateurs… et des infirmières !" nous raconte-t-elle.

En même temps, dans la France entière, de nombreuses couturières ont eu le même éclair de génie et ont créé des communautés de couturières régionales, départementales et ainsi organiser la fabrication de masques pour le personnel soignant. "On a toutes eu la même idée, c'est dingue la télépathie entre couturières" se réjouit Viviane.

Elle a donc créé un groupe sur Facebook pour réunir les couturières de Besançon et du Doubs pour se donner des idées, des patrons, des tutoriels, des astuces pour trouver du matériel, etc. C'est une cinquantaine de couturières et deux couturiers qui a œuvré et qui oeuvre toujours aujourd'hui pour fournir plusieurs milliers de masques au personnel soignant, à des associations, mais aussi à de nombreuses autres structures et agents tels que des agents de station d'épuration, des éboueurs, la protection de l'enfance, etc. en demande.

Vendredi 8 mai, le nombre de masques fabriqués par ces 50 couturières et couturiers atteindra les 5000.

La ville de Besançon, l'une des rares collectivités françaises à rémunérer des couturières professionnelles

Mais bien sûr, tout cela a un coût ! Et malgré cela, "il était inconcevable pour moi comme pour mes consoeurs de faire payer ces masques aux soignants, aux caissières, à celles et ceux qui étaient en première ligne, qui devaient aller travailler sur le terrain", nous confie Viviane.

C'est là qu'est intervenu Emmanuel Dumont pour motiver des élus à mettre la main au porte-monnaie pour rémunérer les masques commandés par les collectivités, dont la ville de Besançon. Les couturières professionnelles pourront être payées pour le stock de masques qu'elles livreront à la ville. La ville de Besançon est d'ailleurs l'une des rares collectivités françaises à rémunérer des couturières professionnelles pour des masques.

Du côté des couturières amateures, la cagnotte leur sera attribuée.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : les derniers indicateurs ne sont pas bons (non plus) en Bourgogne-Franche-Comté

Le taux d'incidence dépasse désormais les 300 cas pour 100.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux de positivité des tests désormais à 6 %. Le Jura connaît toujours le taux d'incidence le plus élevé (448 cas pour 100.000 habitants) devant le Doubs (375) et le Territoire de Belfort (315). Les hospitalisations sont aussi en augmentation.

Omicron : les personnes vulnérables non vaccinées doivent éviter de voyager

lors que le nouveau variant Omicron suscite toutes les inquiétudes, l’Organisation mondiale de la santé a dévoilé de nouvelles recommandations, mardi 30 novembre. Les personnes à risque non vaccinées contre le Covid-19, y compris les plus de 60 ans ou celles ayant des comorbidités (maladie cardiaque, cancer et diabète), doivent éviter de voyager dans les zones où la transmission locale du coronavirus existe.  

Huit cas possibles au variant Omicron en France. Les ministres de la Santé du G7 se réunissent à Londres

Alors qu'en France huit cas possibles au variant Omicron du Coronavirus ont été détectés, les ministres de la Santé du G7 sont attendus en urgence à Londres ce lundi 29 novembre, face à l’inquiétude suscitée par ce nouveau variant. Une mutation qui continue à se propager à travers le monde malgré les fermetures de frontières. Les ministres de la Santé de la France, des États-Unis, du Canada, d’Allemagne, d’Italie, du Japon et du Royaume-Uni se retrouvent pour discuter de l’évolution de la situation sur Omicron, lors d’une réunion d’urgence.

Large oui des Suisses au pass Covid

En pleine cinquième vague et alors qu'un cas probable du variant omicron aurait été détecté, une large majorité de Suisses ont approuvé dimanche la loi ayant permis d'instaurer le pass Covid, lors d'un vote marqué par une Alors que la police craignait des manifestations, seuls quelques dizaines d'opposants à la loi Covid se sont rassemblés devant le siège du gouvernement et du parlement à Berne, placé sous haute sécurité et entouré d'une clôture grillagée. au terme d'une campagne électorale houleuse.

Santé

Covid-19 : les derniers indicateurs ne sont pas bons (non plus) en Bourgogne-Franche-Comté

Le taux d'incidence dépasse désormais les 300 cas pour 100.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux de positivité des tests désormais à 6 %. Le Jura connaît toujours le taux d'incidence le plus élevé (448 cas pour 100.000 habitants) devant le Doubs (375) et le Territoire de Belfort (315). Les hospitalisations sont aussi en augmentation.

Omicron : les personnes vulnérables non vaccinées doivent éviter de voyager

lors que le nouveau variant Omicron suscite toutes les inquiétudes, l’Organisation mondiale de la santé a dévoilé de nouvelles recommandations, mardi 30 novembre. Les personnes à risque non vaccinées contre le Covid-19, y compris les plus de 60 ans ou celles ayant des comorbidités (maladie cardiaque, cancer et diabète), doivent éviter de voyager dans les zones où la transmission locale du coronavirus existe.  

Huit cas possibles au variant Omicron en France. Les ministres de la Santé du G7 se réunissent à Londres

Alors qu'en France huit cas possibles au variant Omicron du Coronavirus ont été détectés, les ministres de la Santé du G7 sont attendus en urgence à Londres ce lundi 29 novembre, face à l’inquiétude suscitée par ce nouveau variant. Une mutation qui continue à se propager à travers le monde malgré les fermetures de frontières. Les ministres de la Santé de la France, des États-Unis, du Canada, d’Allemagne, d’Italie, du Japon et du Royaume-Uni se retrouvent pour discuter de l’évolution de la situation sur Omicron, lors d’une réunion d’urgence.

Ce n’est pas parce qu’on en parle plus que la grippe a disparu : la CPAM du Doubs vous invite à vous faire vacciner

PUBLI-INFO • La vaccination contre la grippe saisonnière se déroule jusqu'au 31 janvier 2022 dans un contexte encore marqué par la crise sanitaire de la Covid-19. La vaccination contre la grippe est possible en ville depuis le 22 octobre, en Ehpad et établissements de santé depuis le 18 octobre afin de saisir toutes les opportunités de vaccination et d’optimiser les deux campagnes de vaccination, grippe et rappel Covid-19, et dans l’objectif d’un haut niveau de protection des plus fragiles.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.25
nuageux
le 02/12 à 18h00
Vent
0.79 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
98 %

Sondage