Finalement, combien aura coûté le tramway ?

Publié le 28/08/2014 - 17:06
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:54

Le tramway du Grand Besançon a fait l'objet "de nombreuses études afin d'avoir le maximum de garanties quant à son efficacité, la pertinence de son tracé, mais aussi son coût de construction". Le projet a été voté pour un montant de 228 M€ avec une tolérance de 5% (valeur juin 2008). Aujourd'hui, le Grand Besançon déclare que ce budget a été "respecté" avec une valeur de fin d'opération de 256 millions d'euros (valeur 2015)

1-tramway_station_tram-018.jpg
©Alexane Alfaro

J-2

PUBLICITÉ

Comment a été financé le projet du tramway du Grand Besançon ?

Le scénario du projet de première ligne de tramway du Grand Besançon à 228 M€, valeur 2008, avec une tolérance de 5%, est totalement autonome financièrement sur la période 2010-2015. Cela signifie que l’Agglomération peut supporter le coût de construction du tram sans recourir à l’impôt sur les ménages. La construction du tram est en effet financée par le supplément du Versement Transport.

La construction du tramway doit se faire dans le respect des équilibres financiers et budgétaires de la collectivité sans entraîner de déficit ou provoquer de baisse des autres investissements.
Pour financer ces 228 M€, la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon s’appuie sur trois sources différentes :

  • l’autofinancement issu de l’augmentation du Versement Transport (la taxe acquittée par les entreprises privées et publiques de plus de 9 salariés du territoire), décidée dès 2006 et qui a permis de disposer des premiers fonds nécessaires (24,5 M€ collectés entre 2006 et 2011).
    Au total, le Versement Transport permettra de couvrir 64,5 M€ des besoins en financement du tram.
  • les subventions perçues des partenaires publics du projet à hauteur de 51,5 M€.
    Ces subventions proviennent du FEDER (à hauteur de 0,9 M€), de la Ville de Besançon (20 M€ pour des travaux annexes et programmés) et de l’Etat qui alloue 30,6 M€ au projet au titre du Grenelle de l’environnement.
  • l’emprunt pour lequel différents grands financeurs ont été consultés dont la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) et la Banque Européenne d’Investissement (BEI).
    La CDC s’est engagée à hauteur de 93,7M€ et la BEI à 70M€. Ces valeurs sont les montants maximum des droits de tirage que prévoient les contrats conclus avec ces deux organismes de financement, et non les montants qui seront réellement mobilisés. Ces derniers seront adaptés au plus près des besoins rencontrés au fur et à mesure de la réalisation du projet. Pour la construction du tram, l’agglomération n’utilisera que les sommes qui lui sont nécessaires sur les fonds que ces organismes mettent à disposition.

Le projet a été voté pour un montant de 228M€ avec une tolérance de 5% (valeur juin 2008).
Cette prévision budgétaire, actualisée à 2% par an pendant les années d’études (2008 à 2011) et à 3% par an pour les phases travaux, conduit à exprimer les valeurs suivantes équivalentes :

Valeur Juin 2008 : 228 M€ = Valeur Juin 2012 : 248M€ = Valeur fin d’opération 2015 : 256M€

« Le budget respecté »

Afin de ne pas augmenter les impôts des ménages et « préserver l’avenir des autres projets de l’agglomération », le Grand Besançon a opté pour des choix dans tous les domaines de la construction du tramway : aménagement, matériel roulant, études, communication… chacun des budgets a fait l’objet d’une veille drastique.

L’enveloppe initialement définie de 228 M€ (valeur juin 2008, soit 256 M€) a été parfaitement respectée.

Besançon peut s’enorgueillir d’avoir construit le 1er tram à moins de 17 M€/km de France, bien loin des 20 à 25 M€ généralement constatés.

Et à l’issue des travaux, le tram du Grand Besançon fait déjà école et suscite l’intérêt d’agglomérations de taille moyenne en France et à l’étranger : Caen, Avignon, Aubagne, Amiens, Montpellier, Chambéry mais aussi Edimbourg, des villes suisses, chiliennes ou bien encore suédoises sont venues s’inspirer du projet grand bisontin.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

L'association a analysé les prix des produits bio en grandes surfaces pendant un an. Les marges brutes sont, en moyenne, 75% plus élevées que pour des produits conventionnels. L'UFC-Que Choisir pointe "les marges excessives" réalisées par la grande distribution sur 24 fruits et légumes bio.

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

OFFRES D'EMPLOI • Envie de rejoindre un environnement qui bouge ? Intégrez une équipe de 50 collaborateurs au sein d’une entreprise tant grandissante que stimulante et découvrez de nouvelles possibilités avec LEO & Associés ! Plusieurs postes sont à pourvoir : Commercial clientèle Particuliers et/ou Professionnels, Chargé de clientèle Entreprise, Gestionnaire sinistres spécialisé ou non (flottes, construction), Gestionnaire administratif assurance et Assistant(e) polyvalent(e) d’accueil.

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas réussir leurs saucisses, brochettes ou autres viandes, "il n'y a plus de soucis à avoir avec le barbecue Traeger", selon Aurélien Philippe, vendeur en électroménager au magasin Boulanger à Besançon qui précise que "cela ne peut pas brûler, car on ne met pas directement les aliments en contact avec la chaleur".

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le mois de mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert Beaux-Arts au centre-ville de Besançon. La case de Sophie propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.79
ciel dégagé
le 26/08 à 6h00
Vent
1.39 m/s
Pression
1019.06 hPa
Humidité
77 %

Sondage