GE Belfort : environ 200 personnes manifestent contre le plan de restructuration

Publié le 19/09/2019 - 09:11
Mis à jour le 19/09/2019 - 09:11

Environ 200 personnes au total ont manifesté ce mercredi 19 septembre 2019 devant les portes des sites de General Electric (GE) à Belfort, Bourogne (Territoire-de-Belfort) et Chonas (Isère) à l'appel de la CGT, contre le plan de restructuration de la direction, ont indiqué le syndicat et la police.

PUBLICITÉ

« Il faut faire exploser ce plan scélérat proposé par la direction de GE, venu notamment des USA », a déclaré à l’AFP Frédéric Sanchez, secrétaire
général de la CGT métallurgie. Le géant industriel américain a annoncé fin mai son intention de supprimer près de 1.050 postes en France, dont pratiquement 800 dans l’entité turbines à gaz de Belfort, soit la moitié environ des effectifs de ce site.

M. Sanchez a appelé le « gouvernement à être plus attentif aux propositions alternatives », en faisant allusion au « plan B » en dix propositions présenté
par la CGT en juillet dernier. La CGT préconise notamment de rendre une autonomie stratégique à GE EPF (Energy Products France) et de renforcer son
capital en arrêtant les flux financiers vers le groupe, qui l' »asphyxient ». Le syndicat propose aussi de renforcer la recherche et développement, de
diversifier l’activité en confiant à Belfort non seulement la fabrication des turbines mais aussi leur réparation, effectuée aujourd’hui aux États-Unis.

« GE, c’est le dossier important de cette rentrée sociale. Si on n’entend pas la CGT, on se fera entendre », a estimé le secrétaire général de la CGT métallurgie. Par ailleurs, l’intersyndicale du site belfortain a fait parvenir son propre « plan alternatif » à la direction mercredi, lors d’un comité de groupe
européen de GE Power.

Ce plan propose notamment « d’adapter l’organisation aux prévisions de marché à moyen terme (après 2020) », de « créer le centre de décision et d’expertise mondial » de la turbine à gaz 50 Hz en Europe à Belfort, « d’assurer l’excellence opérationnelle », de « limiter les délocalisations d’activité et la sous-traitance », de « privilégier les projets ayant un meilleur retour sur investissement » et de « restaurer l’engagement et la confiance des équipes  (…) pour restaurer les performances de l’entreprise ».

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Le département de Côte-d'Or va envoyer deux bouteilles de Bourgogne au président américain Donald Trump pour tenter de le faire changer d'avis sur les sanctions douanières contre l'Union Européenne, qui doivent viser le vin français, a annoncé son président François Sauvadet le 14 octobre 2019 sur Twitter.

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Publi-infos • Le Crédit Agricole Franche-Comté a de bonnes raisons d’être présent au Salon de l’Habitat à Micropolis Besançon. D’abord, c’est un partenaire historique de cette manifestation. Et puis, c’est l’occasion de présenter son offre régionale à succès «?Mon 1er toit comtois?», un prêt Habitat à taux zéro %. C’est donc le moment idéal pour rencontrer les conseillers du Crédit Agricole Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.08
légère pluie
le 17/10 à 18h00
Vent
2.37 m/s
Pression
1015.15 hPa
Humidité
98 %

Sondage