« Gilets jaunes » : des ronds-points évacués en Bretagne, Normandie et  Bourgogne

Publié le 18/12/2018 - 14:59
Mis à jour le 18/12/2018 - 14:59

Des ronds-points, occupés depuis des semaines par des "gilets jaunes" qui y avaient construit des cabanes en bois pour dormir ou se restaurer, ont été évacués ce mardi 18 décembre 2018 par les forces de l'ordre en Bretagne, Normandie et en Bourgogne, a-t-on appris auprès des préfectures concernées.

PUBLICITÉ

Dans les Côtes-d’Armor, gendarmes et policiers ont procédé à trois évacuations à Lannion, une à Quévert, près de Dinan, une à Guingamp et une à Saint-Brieuc.

Après l’intervention des forces de l’ordre, des engins de chantier ont procédé à la destruction des nombreuses cabanes et campements installés sur les ronds-points. « Les évacuations sont toujours en cours. Tout se passe bien, dans le calme et au rythme normal », a indiqué la préfecture à l’AFP.

A Saint-Brieuc, l’évacuation du rond-point de Brézillet a commencé à 06H15 et la dizaine de « gilets jaunes » présents n’ont opposé aucune résistance, selon deux d’entre eux. Une cabane de restauration et un dortoir en bois ont été détruits.

« Il est hors de question qu’on lâche, aujourd’hui. Ce qu’ils font, ça ne fait que renforcer la colère », a déclaré à l’AFP Tristan Lozach, un des « gilets jaunes » de Saint-Brieuc, en se disant prêt à passer Noël sur un rond-point.

« Du bois pour construire des cabanes, c’est pas ça qui manque », a-t-il ajouté. En réponse à cette évacuation, quelques « gilets jaunes » ont ensuite tenté de bloquer la RN12 en direction de Rennes, provoquant d’importants bouchons, avant l’intervention de la police.

Dans le Finistère, le rond-point de Troyalac’h, près de Quimper, a également été évacué « sans difficulté », selon la préfecture. « La présence persistante de manifestants sur ce rond-point posait d’évidents problèmes de sécurité », a-t-elle souligné dans un communiqué.

Dans le Morbihan, le préfet a demandé mardi midi aux « gilets jaunes » de « cesser leurs actions et d’évacuer (…) les sites encore occupés dans le département », dans un communiqué.

Évacuations « au cas par cas »

En Saône-et-Loire, dans l’ancienne région Bourgogne, plusieurs « baraquements illégalement installés » ont été démantelés dans la nuit de lundi à mardi.

« Une vingtaine de +gilets jaunes+ sont descendus, ça hurlait un peu » mais ça s’est fait dans le calme et sans résistance, a raconté à l’AFP Pierre-Gaël Laveder, un « gilet jaune » de l’échangeur de Magny, à Montceau-les-Mines.

Une dizaine de personnes étaient déjà présentes mardi matin pour « refaire un camp mais juste à base de planches et de bois », selon lui. « C’est pas malin du tout ce qu’il fait Macron. Ils nous font ça juste avant les fêtes de Noël, alors que justement on se demandait comment on allait s’organiser pour cette période« , a commenté M. Laveder.

A Mâcon, une cabane a été incendiée lors de l’évacuation, un incident « d’autant plus grave qu’une conduite de gaz passe à proximité » selon le préfet de Saône-et-Loire, qui ajoute « les auteurs de cet incendie criminel ainsi que ceux qui leur ont apporté les matériaux seront recherchés activement ».

En Normandie, le rond-point des vaches près de Rouen a été évacué une nouvelle fois mardi matin, après déjà plusieurs évacuations depuis le début du mouvement. « Quand un rond-point commence à avoir dessus des combustibles en grande quantité, des cabanes c’est dangereux », a expliqué la préfecture de Seine-Maritime.

Les évacuations de ronds-points et d’axes routiers vont se « poursuivre », a prévenu lundi le ministre de l’Intérieur,Christophe Castaner, en mettant en avant les « huit morts » survenus depuis le début du mouvement.

Selon des sources policières, les évacuations se feront « au cas par cas » et sans calendrier. « C’est à l’appréciation des préfets en fonction de la situation locale », a expliqué l’une d’elles.

« Tous les endroits où la situation est dangereuse en terme de sécurité publique doivent être évacués pour permettre de fluidifier les axes routiers », a avancé une autre.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Gilets Jaunes : 800 manifestants à Besançon, des tensions à Chalezeule et huit interpellations

Gilets Jaunes : 800 manifestants à Besançon, des tensions à Chalezeule et huit interpellations

Pour célébrer les six mois du mouvement, les Gilets Jaunes étaient plus nombreux dans les rues de Besançon en comparaison aux deux actes précédents qui avaient rassemblés 300 et 400 manifestants. Une des têtes de figures du mouvement avait appelé à un rassemblement national samedi 18 mai 2019. Au plus fort de la mobilisation Ils étaient 800 selon les autorités et largement plus d'un millier selon les gilets jaunes pour cet acte 27. A Chalezeule, les manifestants sont été dispersé par les gaz lacrymogènes et par la pluie. Le barbecue géant prévu près du rond point du bowling  n'a pas eu lieu.

Acte 26 des Gilets Jaunes: 400 manifestants à Besançon ce samedi selon la Préfecture

Acte 26 des Gilets Jaunes: 400 manifestants à Besançon ce samedi selon la Préfecture

Mise à jour • Déclin ou sursaut ? A bientôt six mois de mobilisation, les "gilets jaunes" ont appelé à manifester pour la 26e fois ce samedi 11 mai 2019 avec des points de ralliement "nationaux" à Lyon et Nantes, où les autorités redoutent la présence de casseurs. À Besançon, la manifestation est parti à 14h00 de la Place de la Révolution. A 16h30, le cortège rejoignait la Préfecture.  

Des médecins de Besançon pour la fin du fichage des gilets jaunes blessés

Des médecins de Besançon pour la fin du fichage des gilets jaunes blessés

Plus de cent médecins de France ont appelé ce mercredi 8 mai 2019 à l’arrêt des fichages des gilets jaunes aux urgences. Dont Thinès Laurent, neurochirurgien et professeur à Besançon, et Philippe Humbert, dermatologue. Ils répondent par une « désobéissance éthique » et demandent l’ouverture d’une enquête parlementaire…

2.500 manifestants pour le 1er mai à Besançon. Tentatives d’intrusion au commissariat de Besançon

2.500 manifestants pour le 1er mai à Besançon. Tentatives d’intrusion au commissariat de Besançon

Sous le soleil, dans le calme et en chansons. Dans une ambiance bon enfant, près de 2.500 personnes ont défilé dans les rues de Besançon au départ de la place de la Révolution. Le cortège s'est scindé peu avant midi. 500 gilets jaunes ont poursuivi jusqu'à la préfecture. Vers 12h45, des manifestants ont tenté de s'introduire à deux reprises au commissariat forçant la police à évacuer l'avenue de la Gare d'eau à coup de gaz lacrymogène.

Dans la catégorie

Philippe Martinez réélu secrétaire général de la CGT

Philippe Martinez réélu secrétaire général de la CGT

Philippe Martinez a été réélu vendredi 17 mai 2019 secrétaire général de la CGT à l'issue du 52e congrès, a annoncé un membre de la direction devant les congressistes réunis cette semaine à Dijon.  A la tête depuis 2015 de la CGT, aujourd'hui deuxième syndicat français derrière la CFDT, Philippe Martinez était seul candidat à sa succession. A la tête depuis 2015 de la CGT, deuxième syndicat français derrière la CFDT, Philippe Martinez, 58 ans, était seul candidat à sa  succession. Il a recueilli 90,65% des suffrages exprimés.

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

"Non à l'amendement Grosperrin" • Mardi 14 mai 2019 le syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (affilié FSU) organise une assemblée générale à partir 18h suivi d'un apéro revendicatif devant la permanence du sénateur LR Jacques Grosperrin au 34 rue Bersot à Besançon.

Acte 24 : des gilets jaunes et des motards dans les rues de Besançon

Acte 24 : des gilets jaunes et des motards dans les rues de Besançon

Entre 250 et 400 gilets jaunes ont à nouveau déambulé dans les rues de Besançon pour l'acte 24 du mouvement ce samedi 27 avril 2019. Ils ont été rejoints ponctuellement vers 14h45 par une petite centaine de motards en colère près de la place de la 1re armée. La manifestation est restée calme. À Strasbourg, la manifestation a rassemblé 2.000 gilets jaunes. Des heurts ont éclaté dans la capitale alsacienne où les forces de l'ordre ont procédé à 26 interpellations.

Une quarantaine de gilets jaunes devant la préfecture du Doubs après la conférence de presse d’Emmanuel Macron

Une quarantaine de gilets jaunes devant la préfecture du Doubs après la conférence de presse d’Emmanuel Macron

Comme ils l'avaient annoncé sur les réseaux sociaux, des Gilets jaunes se sont réunis au centre-ville de Besançon après la conférence de presse d'Emmanuel Macron ce jeudi 25 avril 2019 et se sont rendus devant la préfecture du Doubs. L'acte 24 des Gilets Jaunes se prépare à Besançon pour ce samedi avec des manifestants attendus en provenance de Pontarlier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.92
légère pluie
le 21/05 à 0h00
Vent
1.72 m/s
Pression
1013.75 hPa
Humidité
98 %

Sondage