"Gilets jaunes" : des ronds-points évacués en Bretagne, Normandie et  Bourgogne

Publié le 18/12/2018 - 14:59
Mis à jour le 18/12/2018 - 14:59

Des ronds-points, occupés depuis des semaines par des "gilets jaunes" qui y avaient construit des cabanes en bois pour dormir ou se restaurer, ont été évacués ce mardi 18 décembre 2018 par les forces de l'ordre en Bretagne, Normandie et en Bourgogne, a-t-on appris auprès des préfectures concernées.

PUBLICITÉ

Dans les Côtes-d’Armor, gendarmes et policiers ont procédé à trois évacuations à Lannion, une à Quévert, près de Dinan, une à Guingamp et une à Saint-Brieuc.

Après l’intervention des forces de l’ordre, des engins de chantier ont procédé à la destruction des nombreuses cabanes et campements installés sur les ronds-points. « Les évacuations sont toujours en cours. Tout se passe bien, dans le calme et au rythme normal », a indiqué la préfecture à l’AFP.

A Saint-Brieuc, l’évacuation du rond-point de Brézillet a commencé à 06H15 et la dizaine de « gilets jaunes » présents n’ont opposé aucune résistance, selon deux d’entre eux. Une cabane de restauration et un dortoir en bois ont été détruits.

« Il est hors de question qu’on lâche, aujourd’hui. Ce qu’ils font, ça ne fait que renforcer la colère », a déclaré à l’AFP Tristan Lozach, un des « gilets jaunes » de Saint-Brieuc, en se disant prêt à passer Noël sur un rond-point.

« Du bois pour construire des cabanes, c’est pas ça qui manque », a-t-il ajouté. En réponse à cette évacuation, quelques « gilets jaunes » ont ensuite tenté de bloquer la RN12 en direction de Rennes, provoquant d’importants bouchons, avant l’intervention de la police.

Dans le Finistère, le rond-point de Troyalac’h, près de Quimper, a également été évacué « sans difficulté », selon la préfecture. « La présence persistante de manifestants sur ce rond-point posait d’évidents problèmes de sécurité », a-t-elle souligné dans un communiqué.

Dans le Morbihan, le préfet a demandé mardi midi aux « gilets jaunes » de « cesser leurs actions et d’évacuer (…) les sites encore occupés dans le département », dans un communiqué.

Évacuations « au cas par cas »

En Saône-et-Loire, dans l’ancienne région Bourgogne, plusieurs « baraquements illégalement installés » ont été démantelés dans la nuit de lundi à mardi.

« Une vingtaine de +gilets jaunes+ sont descendus, ça hurlait un peu » mais ça s’est fait dans le calme et sans résistance, a raconté à l’AFP Pierre-Gaël Laveder, un « gilet jaune » de l’échangeur de Magny, à Montceau-les-Mines.

Une dizaine de personnes étaient déjà présentes mardi matin pour « refaire un camp mais juste à base de planches et de bois », selon lui. « C’est pas malin du tout ce qu’il fait Macron. Ils nous font ça juste avant les fêtes de Noël, alors que justement on se demandait comment on allait s’organiser pour cette période« , a commenté M. Laveder.

A Mâcon, une cabane a été incendiée lors de l’évacuation, un incident « d’autant plus grave qu’une conduite de gaz passe à proximité » selon le préfet de Saône-et-Loire, qui ajoute « les auteurs de cet incendie criminel ainsi que ceux qui leur ont apporté les matériaux seront recherchés activement ».

En Normandie, le rond-point des vaches près de Rouen a été évacué une nouvelle fois mardi matin, après déjà plusieurs évacuations depuis le début du mouvement. « Quand un rond-point commence à avoir dessus des combustibles en grande quantité, des cabanes c’est dangereux », a expliqué la préfecture de Seine-Maritime.

Les évacuations de ronds-points et d’axes routiers vont se « poursuivre », a prévenu lundi le ministre de l’Intérieur,Christophe Castaner, en mettant en avant les « huit morts » survenus depuis le début du mouvement.

Selon des sources policières, les évacuations se feront « au cas par cas » et sans calendrier. « C’est à l’appréciation des préfets en fonction de la situation locale », a expliqué l’une d’elles.

« Tous les endroits où la situation est dangereuse en terme de sécurité publique doivent être évacués pour permettre de fluidifier les axes routiers », a avancé une autre.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Entre 600 et 1.000 manifestants marchent pour le climat à Besançon. Des Gilets Jaunes aux Livres dans la Boucle

Entre 600 et 1.000 manifestants marchent pour le climat à Besançon. Des Gilets Jaunes aux Livres dans la Boucle

"appel à la mobilisation générale" • Entre 600 manifestants et 1.000 manifestants selon la CFDT étaient au rendre-vous de la marche d'Alternatiba ANV (action non violente) Cop 21 au départ du parc Micaud à Besançon. Direction la place Flore pour rejoindre les Gilets Jaunes avec un Die In (mourir sur place). La marche devrait rejoindre les Vaîtes vers 17h avec un village des alternatives en parallèle de la Guinguette des Vaîtes mais le rassemblement s'est scindé. Une centaine de gilets jaunes a décidé de se rendre au centre-ville pour rejoindre les "Livres dans le Boucle". La majorité des marcheurs climatique se sont dirigés en direction des Vaites.

Départ de la présidente de l’UCB : « Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre… »

Départ de la présidente de l’UCB : « Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre… »

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu'un bilan, c'est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

Acte 30 des « Gilets jaunes »: 13 personnes interpellées à Dijon, un CRS blessé. Une centaine de manifestants à Besançon

Acte 30 des « Gilets jaunes »: 13 personnes interpellées à Dijon, un CRS blessé. Une centaine de manifestants à Besançon

10.300 manifestants en France • Treize personnes ont été interpellées à Dijon samedi 8 juin 2019 dans l'après-midi, notamment pour des violences et des dégradations. Un CRS a été blessé lors d'une manifestation tendue pour l'acte 30 du mouvement des "gilets jaunes", a indiqué la préfecture de Côte-d'Or. A Besançon, ils étaient une centaine au départ du cortège place de la révolution avant de déambuler dans le calme pour rejoindre le commissariat.

Dans la catégorie

« Touche pas à nos paysans ! » : les agriculteurs manifestent depuis lundi en Franche-Comté

« Touche pas à nos paysans ! » : les agriculteurs manifestent depuis lundi en Franche-Comté

La Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles du Doubs (FDSEA 25) et les Jeunes Agriculteurs du Doubs (JA 25) ont décidé de se mobiliser lundi 7 octobre 2019 pour manifester leur "ras-le-bol" des politiques menées pour le secteur agricole en France. Ce mardi, des ralentissements ont été constatés en périphérie de Vesoul ainsi que sur les axes routiers N19 et N57. En Saône-et-Loire, plusieurs ralentissements ont été également été notés.

Valoriser la place des aînés dans la société : le Département du Doubs et ses partenaires s’engagent

Valoriser la place des aînés dans la société : le Département du Doubs et ses partenaires s’engagent

La Semaine Bleue a pour vocation à valoriser la place des aînés dans la société. Le Département du Doubs, avec ses partenaires, place cet enjeu au cœur de ses missions quotidiennes en consacrant notamment la plus grande part de son budget à l’autonomie des personnes ou encore, en présidant la Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie (CDFPPA).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.9
ciel dégagé
le 14/10 à 0h00
Vent
3.4 m/s
Pression
1016.09 hPa
Humidité
80 %

Sondage