"Gilets jaunes" : des ronds-points évacués en Bretagne, Normandie et  Bourgogne

Publié le 18/12/2018 - 14:59
Mis à jour le 18/12/2018 - 14:59

Des ronds-points, occupés depuis des semaines par des « gilets jaunes » qui y avaient construit des cabanes en bois pour dormir ou se restaurer, ont été évacués ce mardi 18 décembre 2018 par les forces de l’ordre en Bretagne, Normandie et en Bourgogne, a-t-on appris auprès des préfectures concernées.

Dans les Côtes-d'Armor, gendarmes et policiers ont procédé à trois évacuations à Lannion, une à Quévert, près de Dinan, une à Guingamp et une à Saint-Brieuc.

Après l'intervention des forces de l'ordre, des engins de chantier ont procédé à la destruction des nombreuses cabanes et campements installés sur les ronds-points. "Les évacuations sont toujours en cours. Tout se passe bien, dans le calme et au rythme normal", a indiqué la préfecture à l'AFP.

A Saint-Brieuc, l'évacuation du rond-point de Brézillet a commencé à 06H15 et la dizaine de "gilets jaunes" présents n'ont opposé aucune résistance, selon deux d'entre eux. Une cabane de restauration et un dortoir en bois ont été détruits.

"Il est hors de question qu'on lâche, aujourd'hui. Ce qu'ils font, ça ne fait que renforcer la colère", a déclaré à l'AFP Tristan Lozach, un des "gilets jaunes" de Saint-Brieuc, en se disant prêt à passer Noël sur un rond-point.

"Du bois pour construire des cabanes, c'est pas ça qui manque", a-t-il ajouté. En réponse à cette évacuation, quelques "gilets jaunes" ont ensuite tenté de bloquer la RN12 en direction de Rennes, provoquant d'importants bouchons, avant l'intervention de la police.

Dans le Finistère, le rond-point de Troyalac'h, près de Quimper, a également été évacué "sans difficulté", selon la préfecture. "La présence persistante de manifestants sur ce rond-point posait d'évidents problèmes de sécurité", a-t-elle souligné dans un communiqué.

Dans le Morbihan, le préfet a demandé mardi midi aux "gilets jaunes" de "cesser leurs actions et d'évacuer (...) les sites encore occupés dans le département", dans un communiqué.

Évacuations "au cas par cas"

En Saône-et-Loire, dans l'ancienne région Bourgogne, plusieurs "baraquements illégalement installés" ont été démantelés dans la nuit de lundi à mardi.

"Une vingtaine de +gilets jaunes+ sont descendus, ça hurlait un peu" mais ça s'est fait dans le calme et sans résistance, a raconté à l'AFP Pierre-Gaël Laveder, un "gilet jaune" de l'échangeur de Magny, à Montceau-les-Mines.

Une dizaine de personnes étaient déjà présentes mardi matin pour "refaire un camp mais juste à base de planches et de bois", selon lui. "C'est pas malin du tout ce qu'il fait Macron. Ils nous font ça juste avant les fêtes de Noël, alors que justement on se demandait comment on allait s'organiser pour cette période", a commenté M. Laveder.

A Mâcon, une cabane a été incendiée lors de l'évacuation, un incident "d'autant plus grave qu'une conduite de gaz passe à proximité" selon le préfet de Saône-et-Loire, qui ajoute "les auteurs de cet incendie criminel ainsi que ceux qui leur ont apporté les matériaux seront recherchés activement".

En Normandie, le rond-point des vaches près de Rouen a été évacué une nouvelle fois mardi matin, après déjà plusieurs évacuations depuis le début du mouvement. "Quand un rond-point commence à avoir dessus des combustibles en grande quantité, des cabanes c'est dangereux", a expliqué la préfecture de Seine-Maritime.

Les évacuations de ronds-points et d'axes routiers vont se "poursuivre", a prévenu lundi le ministre de l'Intérieur,Christophe Castaner, en mettant en avant les "huit morts" survenus depuis le début du mouvement.

Selon des sources policières, les évacuations se feront "au cas par cas" et sans calendrier. "C'est à l'appréciation des préfets en fonction de la situation locale", a expliqué l'une d'elles.

"Tous les endroits où la situation est dangereuse en terme de sécurité publique doivent être évacués pour permettre de fluidifier les axes routiers", a avancé une autre.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Les Gilets Jaunes de retour à Besançon

Ils sont toujours là et ils l’ont à nouveau chanté. Moins d’une semaine après le déconfinement, les Gilets Jaunes ont décidé de poursuivre leur mobilisation ce matin à Chalezeule et en début d’après-midi eu centre-ville de Besançon en soutien aux « premiers de corvée »

Entre 600 et 1.000 manifestants marchent pour le climat à Besançon. Des Gilets Jaunes aux Livres dans la Boucle

"appel à la mobilisation générale" • Entre 600 manifestants et 1.000 manifestants selon la CFDT étaient au rendre-vous de la marche d’Alternatiba ANV (action non violente) Cop 21 au départ du parc Micaud à Besançon. Direction la place Flore pour rejoindre les Gilets Jaunes avec un Die In (mourir sur place). La marche devrait rejoindre les Vaîtes vers 17h avec un village des alternatives en parallèle de la Guinguette des Vaîtes mais le rassemblement s’est scindé. Une centaine de gilets jaunes a décidé de se rendre au centre-ville pour rejoindre les « Livres dans le Boucle ». La majorité des marcheurs climatique se sont dirigés en direction des Vaites.

Départ de la présidente de l’UCB : “Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre…”

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu’un bilan, c’est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

Social

Marche des croquettes à Besançon : un kilomètre parcouru, un repas offert aux animaux des refuges

C’est en soutien aux refuges accueillant les animaux abandonnés que l’association Lianes (Lien avec l’animal et contre l’exclusion sociale), organise une marche solidaire : la Marche aux croquettes. A l’initiative de Solidarité Peuple Animal, ellese déroulera mercredi 3 juillet 2024.

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Problèmes de management : nouvel appel à la grève aux musée des Arts et du Temps à Besançon

Après un premier mouvement de grève le 12 avril dernier, des agents des musées des Arts et du Temps de Besançon se mettront de nouveau en grève vendredi 31 mai 2024. Malgré des signalements à des élues de la maire concernant des problèmes de management de la part de leur directrice, les syndicats déplorent leur inaction.

Opération “portes closes” : de nombreuses pharmacies fermées et une manifestation le 30 mai à Besançon

Un préavis de grève a été déposé par la Fédération syndicale des pharmacies de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) jeudi 30 mai 2024, invitant les officines à participer une opération "portes closes". À Besançon, une manifestation est prévue place de la Révolution.

Audiovisuel public en grève : ”Un danger majeur pour la pérennité de la radio de service public”

Un appel général à la grève a été lancé par les syndicats de l’audiovisuel public jeudi 23 et vendredi 24 mai 2024 contre la réforme de l’audiovisuel public votée au Sénat en juin 2023 qui consiste notamment à faire fusionner les médias publics.

Défendre la place du vélo dans la ville : une Vélorution le 25 mai dans les rues de Besançon

Les manivelles et l’association vélo Besançon (AVP), convient "tous les cyclistes passionnés ou occasionnels de Besançon et du Grand Besançon" à prendre part à une vélorution le samedi 25 mai à Besançon. Le rassemblement vise à défendre la place du vélo dans l’agglomération et la nécessité d’aménagements en général particulièrement dans la rue de Vesoul, actuellement en travaux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.26
forte pluie
le 15/06 à 0h00
Vent
3.25 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
95 %