Hôtellerie-restauration : Jean-François Longeot signe une tribune pour une reprise partielle

Publié le 26/04/2020 - 17:50
Mis à jour le 26/04/2020 - 17:50

Le Sénateur Jean-François Longeot a co-signé une tribune visant à la reprise partielle des activités du secteur de l’hôtellerie-restauration.

 ©
©

Alors que le Gouvernement prépare le plan de déconfinement progressif du pays, l'arrêté ordonnant leur fermeture au 15 mars demeure applicable au-delà du 11 mai. Une mesure qui inquiète : "Certains ne plus jamais pouvoir rouvrir leurs portes si la situation perdure. L’élaboration du protocole sanitaire est donc urgente !", est-il expliqué dans la tribune signée par le sénateur.

De nombreuses propositions ont été formulées par des professionnels et des syndicats du secteur. Voici celles énumérées dans la tribune :

  • strict respect de mesures préventives et des gestes barrières permettant de limiter les risques de propagation du coronavirus.
  • port obligatoire d’un masque pour l’ensemble du personnel.
  • distanciation sociale assurée par un espacement des tables dans les restaurants et sur les terrasses d’au moins un mètre.
  • encourager la vente à emporter qui permettra de compenser la capacité d’accueil limitée dans les restaurants, imposée par la distanciation sociale.
  • envoi à chaque client effectuant une réservation, d’une vidéo ou d’un email détaillant les mesures de sécurité sanitaire en pratique dans l’établissement.

"Certaines régions sont, hélas, très touchées par l’épidémie de coronavirus, d’autres demeurent beaucoup plus préservées. Pour ces dernières, dès le 11 mai, l’activité économique reprendra progressivement et nécessitera des offres quotidiennes de restauration et d’hébergement", est-il indiqué dans la tribune qui pour conclusion pose la question suivante : "A la veille d’une saison touristique, certes, limitée, comment peut-on imaginer la réouverture de certains commerces, sans les acteurs de l’hôtellerie-restauration et de la brasserie ? Même si les autorisations sont provisoires et seront liées à la situation sanitaire de chaque région concernée, donnons-leur les autorisations nécessaires".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.98
couvert
le 04/03 à 15h00
Vent
0.74 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
86 %