La Cour des comptes épingle la mauvaise organisation du travail dans la police

Publié le 13/01/2021 - 10:40
Mis à jour le 13/01/2021 - 09:39

Excessivement complexe", "inadaptée" et "opaque": la Cour des comptes épingle, mardi dans un rapport, l'organisation du travail dans la police à l'origine d'une explosion des heures supplémentaires, estimées à 20,9 millions fin 2019 et que le ministère de l'Intérieur s'est engagé à indemniser.

"L'existence d'un tel stock et le niveau actuel du flux témoignent de l'inadaptation de l'organisation du travail au sein de la police nationale", cingle, dans ce rapport, Pierre Moscovici, président de la Cour des comptes.

  • Les heures supplémentaires, qui culminent à 49,9 millions en incluant les autres droits à repos, représentent un coût de 825,5 millions d'euros, "soit près de 9% des dépenses de personnel de la police nationale", selon les calculs des Sages de la rue Cambon.

La Cour pointe "une gestion de court terme" à l'origine d'"une dette dont la résorption va obérer les capacités opérationnelles et le budget de la police nationale". Les Sages dénoncent notamment un système "excessivement complexe" dans lequel "des régimes de travail multiples peuvent coexister au sein d'un même service, voire d'une même unité".

Le rapport préconise ainsi de décliner par grande mission (sécurité publique, police judiciaire, ordre public, etc.) l'organisation du temps de travail des policiers pour "ne plus générer d'heures supplémentaires que de manière frictionnelle".

"La croissance du nombre d'heures supplémentaires effectuées par les agents de la police nationale ne constitue pas une anomalie", a répondu à la Cour Gérald Darmanin, rappelant la "très forte augmentation de leurs sollicitations" depuis 2015. Le ministre de l'Intérieur concède cependant qu'une "politique de résorption adaptée et progressive" est nécessaire. Après de premières indemnisations fin 2019, deux nouvelles campagnes ont été menées en 2020, concernant 2,2 millions d'heures pour un montant total de 27,1 millions d'euros, a souligné M. Darmanin.

Cet effort "sera poursuivi en 2021", ajoute-t-il, rappelant que l'année 2020 a conduit à "un moindre engagement de certaines unités" en raison de la pandémie de Covid-19.

S'agissant de l'organisation du temps de travail des policiers, Gérald Darmanin a rappelé qu'une expérimentation lancée en 2019 sur de nouveaux cycles de travail, octroyant davantage de week-ends aux policiers, était en cours et serait prolongée jusqu'au printemps.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Plan « 1 jeune 1 solution » : 100 à 150 emplois en CIE susceptibles d’être pourvus d’ici la fin de l’année dans le Doubs

La Préfecture du Doubs a invité 70 chefs d’entreprises ce 22 septembre 2021 afin de rappeler le dispositif "1 jeune 1 solution" dans le cadre du Plan France Relance (et PAQTE) et notamment des "contrats initiative emploi(CIE) qui leurs sont proposés.

Magasin coopératif « T’as meilleur temps » à Besançon : prochaine réunion d’information ce mardi soir

Ouvert depuis le 12 novembre 2020, le magasin coopératif et participatif "T'as meilleur temps !" a repris ses réunions d'information pour les nouveaux consom'acteurs qui souhaitent en savoir plus. Rendez-vous ce mardi 21 septembre 2021 à 19h30 sur place ou sur Facebook !

L’assurance scolaire en trois questions

UFC Que Choisir • Faut-il souscrire à une assurance scolaire spécifique ? Chaque année, l'établissement scolaire de votre enfant vous demande de lui communiquer une attestation d'assurance. L' association de consommateurs, l'UFC Que Choisir du Doubs, fait le point sur ce que vous devez savoir sur cette assurance, mais aussi sur votre responsabilité civile en cas de dommage causé par votre enfant.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.84
nuageux
le 23/09 à 9h00
Vent
1.64 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
67 %

Sondage