Le (gros) coup de gueule et le Buzz du chef Stéphane Turillon 

Publié le 07/01/2021 - 14:59
Mis à jour le 07/01/2021 - 15:10

Bars et restaurants ne devraient pas rouvrir le 20 janvier, comme l’avait envisagé initialement le gouvernement. C’en est trop pour Stéphane Turillon. Le chef de la Source Bleue à Cusance dans le Doubs souhaite ouvrir quoiqu'il arrive son établissement le 1er février en dépit des mesures sanitaires. Pour faire part de son ras-le-bol, il appelle à une journée de désobéissance civile en ouvrant les restaurants le lundi 1er février 2021. Lui, affiche déjà complet ce jour là...

 © Face book S Turillon Capture TPMP
© Face book S Turillon Capture TPMP

Tout a démarré avec une vidéo postée sur le mur Facebook de Stéphane Turillon le 4 janvier dans laquelle il lance un cri d'alerte en interpellant Emmanuel Macron. "Aujourd'hui maintenant, il faut se révolter, la révolution hôtelière. C'est plus possible, on va pas se laisser crever comme ça. À part nous filer 10.000 balles par mois et nous faire des plans PGE (Prêt Garanti par l’État) qu'il va falloir qu'on rembourse derrière et on s'endette encore et encore. M. Macron, vous avez été élu, vous travaillez pour le peuple (...) moi par défiance, je vais ouvrir mon restaurant. Vous ferez comme vous voulez, mais je suis ici chez moi. Alors si vous voulez venir me fermer venez..." déclare-t-il dans un post de profonde exaspération. "Au pire des cas, on va se choper quinze jours de fermeture administrative. On est déjà fermé. Restaurateurs, bars et discothèque, ouvrez tous en même temps ! je ne suis pas complotiste, je ne suis pas syndicaliste, je ne suis pas politique, mais je défends juste mon droit de liberté . Alors, laissez-nous travailler... "

Racheté en 2019, son établissement a subi  400.000€ de pertes en 2020. L'auberge restaurant emploie habituellement jusqu'à 15 personnes.

Le coup de gueule, qui ressemble à un cri de désespoir ,a fait le tour des réseaux sociaux et des médias. Le lundi 5 janvier, le restaurateur était sur plateau de Touche pas à mon poste de Cyril Hanouna.

Bars et restaurants espèrent être mieux indemnisés

Le gouvernement planchait mercredi en conseil des ministres sur un meilleur accès au Fonds de solidarité pour les entreprises touchées par une fermeture administrative en raison du Covid-19, les professionnels de l’hôtellerie-restauration estimant pouvoir, au vu des règles européennes, toucher jusqu’à 3 millions d’euros par an.

"Un encadrement temporaire au niveau de l’Union européenne autorise les États à couvrir 70% des charges fixes (des entreprises fermées administrativement) non couvertes par les assurances ou d’autres aides, avec un plafond de 3 millions d’euros par an", a expliqué une source proche du dossier.

Cette limite d’une aide de 3 millions d’euros annuels — versée au prorata des périodes de fermeture -, est fixée pour "une entreprise ou bien un groupe, lorsqu’il y a des liens capitalistiques entre les entreprises", a-t-elle précisé.

Cet encadrement temporaire concernant les aides d’État destinées à soutenir l’économie dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, adopté par la Commission européenne le 19 mars 2020, a été actualisé depuis à quatre reprises.

Selon les professionnels, l’indemnisation des bars et restaurants, pour l’heure plafonnée à 200.000 euros par mois, qu’elle soit versée à un établissement ou à un groupe, serait ainsi significativement améliorée, à compter de janvier.

"Nous ne savons pas quelle somme maximum sera retenue, cela pourrait être 3 millions d’euros, c’est une somme qui a circulé hier (mardi lors d’une réunion à Bercy avec les professionnels du secteur, NDLR), ou deux millions... c’était à l’arbitrage ce matin", a déclaré à l’AFP Hervé Becam, vice-président de l’Umih, le principal syndicat patronal de l’hôtellerie-restauration.

"Cela a de très bonnes chances d’aboutir, après à quelle hauteur? Nous n’en savons rien", a-t-il ajouté.

Du côté des indépendants de l’hôtellerie-restauration, Didier Chenet, président du GNI, était lui aussi "confiant". "Il y aura un élargissement du Fonds de solidarité pour tenir compte de la situation des groupes qui aujourd’hui avec ce plafond des 200.000 euros est très insuffisant".

1 Commentaire

Un restaurateur, certes désespéré mais courageux et qui a le mérite de vouloir secouer "le cocotier" de cette dictature sanitaire qui a sacrifié tout un pan de l'économie nous privant au passage de toute vie sociale.
Publié le 8 janvier à 13h29 par Eliane Cotibi • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Une quatrième vague également en Bourgogne Franche-Comté ?

Avec un taux d'incidence de 30 cas pour 100.000 habitants (seuil d'alerte à 50) et un taux de positivité des tests à 1,4%, la Bourgogne Franche-Comté est, avec le Centre, la région où la circulation du virus est la moins rapide de France. Toutefois, la circulation du virus est particulièrement active chez les jeunes avec des  taux d'incidence de 105 pour les 20 à 29 ans et de 52 chez les 10 à 19 ans.

Annonces présidentielles : plus de 926.000 rendez-vous de vaccination pris sur Doctolib lundi

Mise à jour ce 13 juillet • "Vous êtes des centaines de milliers à avoir réservé un rdv de vaccination ce soir", a noté ce 12 juillet 2021 le ministre de la Santé Olivier Véran sur Twitter suite aux annonces du chef de l’Etat. "Ca tombe bien, on a des vaccins, des centres ouverts partout et des dizaines de milliers de soignants, pompiers, agents des collectivités qui n'attendent que vous", a-t-il assuré.

Société

Une femme retrouvée morte près de Besançon : « très probablement » un féminicide 

Une femme a été retrouvée morte dans le coffre de sa voiture vendredi 24 juillet au soir à Guillon-les-Bains près de Besançon. Elle a "très probablement" été tuée par son compagnon, mortellement blessé ensuite par le tir d'un gendarme après s'être montré ultra-violent, a indiqué dimanche le procureur de la République de Besançon.

Crues : un « dispositif exceptionnel » demandé à J. Castex pour les agriculteurs

À l’occasion de la venue de Jean Castex en Haute-Saône ce 23 juillet 2021, le syndicat FDSEA et la Chambre d’agriculture expliquent dans une lettre que les exploitants agricoles sont nombreux a avoir été impacté par fortes précipitations…Ils demandent une aide exceptionnelle.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.96
légère pluie
le 28/07 à 0h00
Vent
1.43 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
100 %

Sondage