Alerte Témoin

Le marcheur Collomb s'allie aux Républicains à Lyon : de quoi donner des idées à Besançon ?

Publié le 30/05/2020 - 10:45
Mis à jour le 02/06/2020 - 14:24

Le maire de Lyon et ex-ministre de l'Intérieur décide de s'allier avec François-Noël Buffet, le candidat LR. Un retrait des élections métropolitaines de Lyon pour faire barrage aux écologistes.. En échange le LR Étienne Blanc, proche de Wauquiez, laisse la tête de liste à la mairie de Lyon à Yann Cucherat, protégé de Gérard Collomb. Une situation inédite en Macronie.

Gérard-Collomb
Gérard Collomb © Arthur Empereur CC2

Gérard Collomb ne sera pas candidat pour le poste de président de la métropole de Lyon. En annonçant une alliance avec la droite, le maire de Lyon s'efface derrière le candidat Les Républicains François-Noël Buffet en vue de l'élection à la tête de la Métropole, un poste stratégique.

Unique en France, la métropole est le véritable siège du pouvoir lyonnais. Elle concentre sur son territoire les prérogatives du département et des communautés de commune. Ces dernières détiennent notamment les compétences de développement économique, de transports, d'urbanisme, sans compter celles déjà transférées depuis les communes.

Arrivé 3e à l'issue du premier tour le 15 mars 2020 avec 17,29 % des voix, Gérard Collomb, 73 ans, avait peu d'espoir de diriger la Métropole. "Aujourd'hui, nous voulons une union pour affronter la crise et permettre la reconstruction de Lyon... " a-t-il indiqué. Il souhaite aujourd'hui continuer à s'engager "quelque temps..." à la Métropole.

"Ce qui se passe à Lyon doit toujours être regardé avec attention, car la ville est une place forte de la Macronie : le fameux “en même temps” y est né" », explique au Point le député du Rhône LREM Bruno Bonnell en soulignant que l'épidémie de Covid-19 a aussi bouleversé la vie politique. 

"Peut-être va-t-il falloir basculer du En marche vers le Ensemble et que cet accord est un prémice de ce changement. Ce basculement dans une alliance de projet va être dans un premier temps frappé d'anathème, mais elle peut être la solution pour reconstruire la métropole."

Une ligne rouge....

Dans la soirée, le patron de La République en marche Stanislas Guerini estimant que le maire de Lyon avait "franchi une ligne rouge" en s’alliant avec les Républicains en vue du second tour des municipales et métropolitaines à Lyon. "En choisissant de s’allier avec Les Républicains avec la bénédiction (du président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes) Laurent Wauquiez plutôt que d’œuvrer au rassemblement de notre famille politique, Gérard Collomb franchit une ligne rouge. Je ne peux cautionner un tel accord politique, a tonné le délégué général de LREM.

Accords possibles ?

Le scénario à la Lyonnaise et le rapprochement LREM - LR peut-il inspirer les candidats dans d'autres villes en France ? D'autres accords en vue de se partager les sièges de maire et de président de communautés de communes sont-ils possibles ? Si tout se joue sur les sensibilités de chaque territoire, la décision de Gérard Collomb ouvre le champ des possibles et pourrait ait désinhiber des candidats ailleurs ?

Mode d'emploi :

  • Seules les listes ayant obtenu plus de 10 % au 1er tour des élections municipales peuvent se maintenir pour le second tour.
  • Les listes ayant obtenu plus de 5 % peuvent fusionner.  Elle peut présenter certains de ses candidats sur une liste qui se maintient. Ses candidats doivent tous rejoindre la même liste accueillante.
  • Le dépôt des candidatures est fixé 29 mai au 2 juin 2020

Certains le souhaiteraient à Besançon. Les situations lyonnaises et bisontines présentent en effet quelques similitudes. Des écologistes forts et une solution pour l'emporter : s'allier.

Une alliance du LR Fagaut, arrivé 2e à Besançon (23,59% - 5928 voix) avec le candidat LREM Éric Alauzet (18,89% - 4.746 voix) est-elle jouable à Besançon pour contrer Anne Vignot (EELV -PS -PC - Génération.s) ?

C'est en tout cas le voeu du candidat régionaliste.  Jean-Philippe Allenbach s'active à la création d’une liste d' Union pour Besançon » réunissant Républicains, Macronistes et Régionalistes face à la "liste naphtaline  écolo-socialo-communiste" d' Anne Vignot dont la victoire serait selon lui "une véritable catastrophe pour la ville".

Pour "enterrer la hache de guerre", il a proposé une rencontre avec Ludovic Fagaut et Éric Alauzet  en espérant "que la raison l’emporte sur l’émotion et dans l’intérêt supérieur de la ville."

Ludovic Fagaut pourrait-il ouvrir sa liste à Éric Alauzet ?

En début de semaine, Éric Alauzet affichait clairement sa volonté d'aller jusqu'au bout.

De son côté, le candidat LR le répète à l'envi,"je ne serai pas le maire d'un clan" en prônant une ouverture sur des valeurs communes, mais estimant être, arithmétiquement parlant, le mieux placé pour vaincre Anne Vignot. Il souhaite que chacun prenne ses "responsabilités" face au "risque" que Besançon soit gérée "par les responsables les plus extrêmes de l’équipe actuelle, projetant même de s’allier avec la France Insoumise (...) l’intérêt collectif doit être plus fort que l’intérêt individuel, notre avenir en dépend".

Appel au retrait, alliance. Officiellement, rien ne filtre sur les coulisses d'éventuelles tractations. Si des décisions doivent être prises, elles seront rapides. Le dépôt des candidatures court jusqu'au 2 juin. Le long week-end à venir portera-t-il conseil ?

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d'une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L'abstention frôle les 61 %  

Politique

Les maires écolo et la 5G : le pouvoir n’est peut-être pas là où on le croit…

Lors de la campagne pour le second tour de l'élection municipale, le sujet du déploiement de la 5G à Besançon avait été remis sur le tapis notamment par le candidat de la droite Ludovic Fagaut. À cette question, Anne Vignot la candidate EELV qui a été élue le 28 juin dernier a toujours précisé qu'elle n'est pas pour, tout comme de nombreux maires écologistes… Mais concrètement, que les maires soient pour ou contre, peuvent-ils décider du déploiement ou non de la 5G pour leur ville ?

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Groupe d’Eric Alauzet au conseil municipal :  » On essaiera d’être les plus objectifs possible, on ne sera pas dans l’opposition systématique »

Trois heures avant le premier conseil municipal d'installation de la nouvelle maire de Besançon Anne Vignot ce vendredi 3 juillet 2020, Eric Alauzet a tenu une conférence de presse pour présenter son groupe politique au conseil, mais aussi pour énoncer cinq sujets que la maire devra "empoigner" dès ces prochains mois.

Jacques Grosperrin écrit à Anne Vignot

Le sénateur LR et colistier en position non éligible sur la liste "Besançon Maintenant !" de Ludovic Fagaut a écrit une lettre ouverte à la future maire de Besançon avant l'installation du nouveau conseil municipal. L'ancien chef de l'opposition sous l'ère de Jean-Louis Fousseret revient sur l'abstention et demande à Anne Vignot pragmatisme et rassemblement dans l'intérêt général.

Conseil municipal d’installation à Besançon : les modalités de participation du public

Le conseil municipal d’installation aura lieu le vendredi 3 juillet 2020 à 17 heures à la Chambre de commerce et d’Industrie du Doubs. Afin de respecter les consignes sanitaires en vigueur et au regard du nombre de conseillers municipaux, services, techniciens et journalistes, la participation du public sera limitée.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     25.65
    peu nuageux
    le 08/07 à 15h00
    Vent
    1.84 m/s
    Pression
    1018 hPa
    Humidité
    37 %

    Sondage