Tribunal de commerce spécialisé : les juges de Besançon toujours révoltés

Publié le 09/03/2016 - 09:55
Mis à jour le 09/03/2016 - 10:02

TRIBUNE LIBRE "Un coup de poignard dans le dos, injustifié, incompréhensible". Dans une tribune, Pierre Bourgeois, le président du tribunal de commerce de Besançon ne décolère pas. Revenant sur le courrier de François Rebsamen à François Hollande, il parle de méthodes inacceptables. En protestation contre le basculement inopiné du tribunal de commerce spécialisé de Besançon à Dijon, les juges bisontins ont donc décidé de suspendre leurs audiences ce mercredi 9 mars 2016.

 ©
©

« La justice des copains… »

C'est la colère qui domine. Dans son plaidoyer, Pierre Bourgeois, le président du tribunal de commerce bisontin parle d'incompréhension. Besançon n'accueillera pas comme cela avait été programmé, un des 18 tribunaux de commerce spécialisé (TCS) répartis sur le territoire français.

TRIBUNE LIBRE

"Poignardés dans le dos par le remplacement incompréhensible, injustifié, et inopiné du TCS de Besançon par le Tribunal de Dijon, les juges bisontins ont décidé de suspendre leurs activités pour l’audience prochaine du 9 mars 2016. Comment peut-on continuer à aimer rendre la justice, quand la justice elle-même, du plus haut de l’État, méprise les juges !

C’est désormais connu, il a fallu un simple courrier envoyé par le Maire de Dijon au Chef de l’État pour balayer d’un trait de plume six mois d’études sur l’attribution des TCS au sein de la nouvelle région. Oubliée la parole de l’État, alors que l’ensemble de tous les travaux menés depuis aout 2015 avait été validé et entériné par l’ancienne garde des Sceaux, Madame Taubira en novembre 2015. Que dire si elle était toujours présente !

Alors même que le Tribunal de Dijon a depuis le début participé à tous les échanges menés par la Conférence générale des Juges Consulaires de France, comment ne pas s’offusquer que ce courrier soit daté avant même que le Comité national des tribunaux de Commerce, réuni par le nouveau garde des Sceaux Monsieur Urvoas, rende son avis, le 22 février 2016 , sans remettre en cause le choix de Besançon .

Comment ne pas être effarés des arguments retenus « de dernière minute » dans ce courrier, totalement iconoclastes et aberrants, jusqu’à devoir comparer, pour asseoir le poids économique de chacune des régions, un nombre plus grand de défaillances entre Dijon et Besançon? 

Allant même jusqu’à « oublier » dans ce comparatif, de prendre en compte les autres départements constituant les deux régions ! Nous pouvons à ce sujet rassurer le Maire de Dijon : le Tribunal de Besançon est, et a toujours été compétent, d’autant qu’il traite des affaires au sein de la première région industrielle de France ! Non, nous ne saurons restés indifférents, et prétendus niais. Ces méthodes ne sont pas acceptables.

 Et que dire, de tous les travaux parlementaires, ainsi totalement piétinés et bafoués, traitant des blocs de compétences dans un juste partage entre les deux régions ? Comment croire que les entreprises que nous défendons, à l’heure où elles ont besoin de valeurs, d’exemplarité, puissent dans ces conditions retrouver une confiance dans l’avenir ? Tout comme tous les décideurs économiques de notre région, nous espérons que la justice que nous défendons parvienne à suppléer « la Justice des copains ».

Pierre Bourgeois,?

Président du Tribunal de Commerce de Besançon. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

tribunal commerce spécialisé besançon dijon

Une cinquantaine de manifestants contre l’implantation du tribunal de commerce spécialisé

À l'appel de Randall Schwerdorffer, avocat au Barreau de Besançon et Laurent Croizier, conseiller municipal Modem à Besançon, une cinquantaine de manifestants se sont réunis ce 26 mars en fin de matinée sur l'esplanade des droits de l'homme dont le maire de Besançon Jean-Louis Fousseret, et des élus de tous bords : Jacques Grosperrin, Eric Alauzet, Jean-Philippe Allenbach... qui venaient au titre de citoyens.

TCS à Dijon : « J’ai du mal à accepter que la fusion devienne une absorption de la Franche-Comté »

Ce samedi 26 mars 2016 à 11 h 30, un rassemblement citoyen est organisé par Randall Schwerdorffer, avocat au Barreau de Besançon et Laurent Croizier, conseiller municipal Modem à Besançon, suite à l'attribution du tribunal de commerce spécialisé à Dijon, alors qu'il était promis à Besançon.

Rassemblement citoyen à Besançon le 26 mars - Randall Schwerdorffer from maCommune.info on Vimeo.

Tribunal de commerce spécialisé à Dijon : un rassemblement silencieux prévu à Besançon

Randall Schwerdorffer, avocat au barreau de Besançon, et Laurent Croizier, conseiller municipal Modem à Besançon, en tant que "citoyens lambda", organisent un rassemblement silencieux de "la majorité silencieuse" samedi 26 mars 2016 à 11 h 30 sur l'Esplanade des Droits de l'Homme à Besançon. Objectif : dénoncer l'attribution du tribunal de commerce spécialisé à Dijon promis initialement à Besançon… 

Guerre Besançon – Dijon : « Consternant » pour François Sauvadet

Le conseiller régional UDI François Sauvadet juge consternant "les échanges d'amabilité" entre François Rebsamen et Jean-Louis-Fousseret suite à la polémique du déplacement du tribunal de commerce spécialisé de Besançon à Dijon. Dans ce dossier, il enjoint Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté à agir…

Rivalité entre Besançon et Dijon : « Besançon la rebelle ne peut courber la tête »

Avant la concrétisation de la fusion entre la Bourgogne et la Franche-Comté, des questions se posaient, des espérances se profilaient, des promesses ont été faites... Depuis le 1er janvier 2016, les esprits sont à vif, le tribunal de commerce spécialisé change de ville, "gougnafier" qualifie les Bisontins... Jacques Vuillemin, ancien adjoint au maire à Besançon et écrivain, parle de "manque de respect" et appelle à "protester" et à "s'exprimer avec force notre colère" dans sa contribution sur maCommune.info...

Siège du tribunal de commerce spécialisé : révélateur des rancoeurs entre Besançon et Dijon

Les esprits sont toujours à vif deux semaines après l'annonce (décret du 26 février) du déplacement du siège du tribunal de commerce spécialisé de Besançon vers Dijon. En lâchant en fin de semaine dernière le mot "gougnafier", François Rebsamen a jeté de l'huile sur le feu mettant à mal l'avenir du futur Pôle métropolitain. Pour la députée PS du Doubs, Barbara Romagnan, il est encore temps pour l'état de revenir en arrière

Economie

Crise et enjeux environnementaux : le Grand Besançon et la FRTP Bourgogne-Franche-Comté main dans la main

Une rencontre s'est déroulée mardi 20 juillet entre représentants de la Fédération Régionale des Travaux Publics de Bourgogne-Franche-Comté et de Grand Besançon Métropole. Objectif : faire le point sur la situation des entreprises des travaux publics et leurs inquiétudes alors que la crise économique affaiblit lourdement les entreprises dans ce domaine.

102 M€ d’aides régionales votés par les élus de la Région Bourgogne Franche-Comté

Réunis en commission permanente, vendredi 23 juillet, les élus régionaux ont voté plus de 102,2 M€ d’aides régionales. Une partie de ces crédits concerne des aides d’urgence et le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de COVID-19.

France Relance : la transformation du plus grand campus de Besançon pour 80 millions d’euros

La présidente de l’université de Franche-Comté Macha Woronoff, a reçu le 22 juillet dernier le recteur de l'académie de Besançon, Jean-François Chanet ainsi que la maire de Besançon, Anne Vignot, pour une visite et une projection des deux opérations labellisées France Relance dans le cadre du projet de réhabilitation du campus Bouloie - Temis.

La chambre d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté demande l’abattage « systématique » du loup près d’un élevage

Suite à plusieurs attaques de loups sur des élevages de bétails, la chambre d'agriculture de Bourgogne Franche-Comté, dans un communiqué du 23 juillet, demande aux pouvoirs publics de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour stopper le retour du loup et l'abattage "systématique" de cet animal dès les premiers signes de présence à proximité d'élevages.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.12
légère pluie
le 03/08 à 21h00
Vent
1.53 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
99 %

Sondage