Alerte Témoin

Les nouveaux défis de santé en région

Publié le 30/01/2013 - 07:30
Mis à jour le 30/01/2013 - 09:00

L'Agence régionale de santé (ARS) a tenu, hier, sa traditionnelle cérémonie des voeux et présenté ses défis à venir. Comme le déploiement de la télémédecine ou la mise en place des parcours et des contrats locaux de santé.

2013 en vue

PUBLICITÉ

Comme l'a d'abord rappelé Sylve Mansion, directrice de l'ARS Franche-Comté, "voilà maintenant trois ans que les agences régionales de santé ont vu le jour." Celle de Franche-Comté semble s'être "bien installée dans le paysage local", d'après elle.
L'objectif demeure depuis toujours le même : "permettre un accès à des soins de qualité pour tous et à un coût soutenable."

De l'adoption à l'application du projet régional de santé

En région, l'année 2012 aura surtout été marquée par l'adoption du projet régional de santé, arrêté le 28 février. Le schéma régional d’organisation des soins a également eu un rôle majeur. C'est lui « qui doit permettre de développer, demain, une approche régionale et non plus dépendante de chaque établissement de santé. » Un point auquel Sylvie Mansion a dit tenir.

Elle a par ailleurs insisté sur la place et le rôle de l'hôpital public, qui ont aussi faits l'objet d'importants travaux en 2012. La directrice de l'ARS a salué à ce titre, entre autres, la création du centre hospitalier intercommunal de Haute-Comté (qui réunit les établissements de Pontarlier, Mouthe et Noseroy ainsi que l'EHPAD de Levier).

Vers un maillage territorial plus efficace

Les problèmes de démographie médicale à venir ont aussi été au coeur des préoccupations. À travers notamment le développement des maisons médicales, regroupant plusieurs professionnels de santé, et le recours à davantage de télémédecine.

"Le pari étant d'avoir un maillage territorial plus efficace, de permettre le maintien à domicile des personnes âgées et de ne plus avoir recours systématiquement aux structures hospitalières", a souligné Sylvie Mansion.

Un déficit réduit

Côté budgétaire, la directrice de l’ARS s’est également félicitée de la diminution du déficit régional cumulé des établissements de soins, "ramené à environ 10 millions d’euros, un peu plus faible qu'en 2011."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’intersyndicale des retraités interpelle les candidats à l’élection municipale de Besançon

L'intersyndicale (Solidaires retraité.es, FSU, FO-retraités.e, CGT-retraité.es, FGR-FP, LSR ) a adressé une lettre aux candidats à l'élection municipale 2020 en date du 19 février 2020. Dans cette dernière, elle souhaite "attirer l'attention sur la situation particulière des retraités".

Tab’Agir : des formations en tabacologie pour les professionnels de santé en Franche-Comté

Tab’agir accompagne les Bourguignons dans leur démarche d’arrêt, depuis sa création en 2003. Depuis mai 2019, Tab’agir compte une nouvelle antenne à Besançon et a déjà formé 29 professionnels de santé du Jura et du sud de la Haute-Saône. Objectifs pour développer le réseau en Franche-Comté : former des professionnels de santé à l'accompagnement à l’aide à l’arrêt du tabac au sein des maisons de santé et des cabinets libéraux.

Cancers pédiatriques dans le Haut-Jura : un gaz naturel radioactif dans la ligne de mire de l’enquête

L’Agence Régionale de Santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté a été informée en juillet 2019 d’un nombre élevé de cancers touchant des enfants au sein de la population résidant sur des communes du Haut-Jura. Sur la base de ce signalement, elle a saisi Santé publique France pour engager une expertise épidémiologique et rechercher d’éventuels facteurs locaux explicatifs. Les recherches sur les expositions environnementales se tournent actuellement vers le radon, un gaz naturel radioactif cancérogène...

Plan national maladies rares : les CHU de Besançon et de Dijon réunis pour créer une plateforme d’expertise

À l’été 2019, le ministère des Solidarités et de la Santé lançait un appel à projet national pour la mise en place de plateformes d’expertise des maladies rares. Cette démarche s’inscrit dans la cadre du troisième plan national maladies rares. Fort de l’expertise de son Centre de génétique, dirigé par le Pr Laurence Faivre, le CHU Dijon Bourgogne a répondu à cette sollicitation en partenariat avec le CHU de Besançon, nous informe-t-on dans un communiqué du 20 février. En ce début d’année 2020, les deux établissements ont appris qu’ils étaient sélectionnés aux côtés d’une dizaine d’autres hôpitaux sur ce projet.

Leucémie : les équipes bisontines de l’institut RIGHT sollicitées pour faire avancer la recherche

"Transformer le pronostic des leucémies dans les 10 ans à venir", tel est le défi lancé aux chercheurs. Les équipes bisontines de l’institut RIGHT (UMR1098) participeront au tout nouvel institut national de recherche partenariale OPALE que l’État vient de créer à cet effet, apprend-on ce mardi 18 février 2020.

Deuxième défi cycliste de la Sapaudia  pour sensibiliser au don de moelle osseuse

Inscriptions • La deuxième édition du défi cycliste de la Sapaudia Franche-Comté  partira le 18 juin 2020 de Baume-les-Dames.  150 cyclistes vont parcourir durant 24h près de 420 km à destination de Clairvaux-les-Lacs  pour sensibiliser, informer et recruter au don volontaire de moelle osseuse. Inscriptions jusqu'au 10 mars.

Mutuelles : l’UFC Que choisir dénonce une inflation moyenne de 5% en 2020

Alors que le 100 % santé pour l’optique et certains soins dentaires est entré en vigueur au 1er janvier dernier, l’UFC-Que Choisir révèle dans un communiqué de mercredi 12 février 2020, sur la base de l’étude de près de 500 contrats d’assurance santé recueillis auprès des consommateurs, que l’inflation subie en 2020 par les usagers est massive.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.66
légère pluie
le 27/02 à 15h00
Vent
9.64 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
91 %

Sondage