Livraison (manquée) de masques : la colère de Christine Bouquin

Publié le 06/04/2020 - 17:55
Mis à jour le 06/04/2020 - 18:11

A deux reprises, jeudi 2 avril et dimanche 5 avril derniers, l’Etat a procédé à la réquisition, manu militari, à l’aéroport de Bâle-Mulhouse, des masques de protection en provenance de Chine destinés aux départements de Bourgogne-Franche-Comté. Christine Bouquin, la présidente du département Doubs exprime sa colère et son indignation

©Alexane Alfaro ©
©Alexane Alfaro ©

Ainsi, les deux millions de masques commandés par la Région et les commandes propres des Conseils départementaux, dont celui du Doubs, ne pourront être à ce jour distribués aux établissements et aux services qui prennent en charge les personnes âgées et les personnes en situation de handicap, c’est-à-dire les services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD), les EHPAD et les foyers d’hébergement et de vie pour personnes handicapées.

« Depuis le début de la crise, j’ai souhaité que le Département du Doubs soit complétement mobilisé aux côtés des établissements et services qui prennent en charge les personnes les plus fragiles. Le Département s’est organisé pour identifier les besoins des établissements et services relevant de sa compétence pour établir une méthode de répartition équitable entre les différents gestionnaires et pour assurer la logistique de la répartition des équipements de protection.

En dépit d’alertes répétées auprès des services de l’Etat et de l’Agence régionale de santé (ARS), je constate aujourd’hui avec colère les décisions prises par l’Etat pour la répartition des masques : elles ne permettent ni de répondre aux besoins ni aux recommandations nationales sur la protection des personnes les plus fragiles et des professionnels qui les accompagnent.

Je suis consciente de la gravité de la situation sanitaire du Grand Est, je témoigne mon respect et mon admiration aux personnels soignants des hôpitaux. Mais, au regard de la situation tout aussi critique du Doubs, je déplore l’oubli et le désarroi de milliers d’autres intervenants de notre département dépourvus de protection. J’attends de l’Etat une équité de traitement à raison de la réalité des besoins. », déclare Christine Bouquin, présidente du Département du Doubs.

(communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Société

Il y a 80 ans, les femmes obtenaient le droit de vote : l’hommage d’Aline Chassagne à Besançon

Il y a 80 ans, le 21 avril 1944, les femmes obtenaient le droit de vote en France. Aline Chassagne, adjointe à la maire de Besançon en charge de la culture et du patrimoine historique, a rendu hommage, samedi matin rue Gisèle Halimi, à celles qui se sont battues pour avoir ce droit. Elle a également appelé à "retourner aux urnes".

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Un Français n’obtient pas la naturalisation suisse… après avoir tondu le gazon les jours fériés

INSOLITE • Un résident français de Clos-du-Doubs, commune suisse du canton du Jura, s’est vu refuser la naturalisation suisse lors de l’assemblée communale du canton du Jura le 10 avril 2024. Pourquoi ? Il lui a été reproché notamment d’avoir tondu sa pelouse pendant des jours fériés, rapporte nos confrères du Quotidien Jurassien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.61
nuageux
le 21/04 à 21h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
91 %