L'oeuf, est-il bon ou mauvais pour la santé ? Valentine Caput, diététicienne bisontine, répond...

Publié le 10/03/2024 - 08:34
Mis à jour le 11/03/2024 - 10:04

L'OEIL DE LA DIET' • Chaque Français en consomme en moyenne 4 par semaine soit... 208 par an ! Et pourtant, l'oeuf fait souvent l'objet de points de vue divers et souvent erronés tant il est largement méconnu. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, fait le point sur les sur les bienfaits de la consommation d'oeufs de poule.

D'un point de vue nutritionnel, il y a longtemps que l'OMS (Organisation mondiale pour la santé) l'a classé comme LA référence en termes d'équilibre en acides aminés. C'est à partir de sa composition optimale que l'on va comparer les autres sources de protéines animales.

Riche en vitamines A, D, K, B12 ainsi que zinc, potassium, phosphore, sélénium et iode, l'oeuf présente une panoplie de nutriments essentiels se combinant les uns aux autres pour une meilleure assimilation. Sa richesse en antioxydants issus de la famille des caroténoïdes, la lutéine et la zéaxanthine (qui donne la couleur au jaune) qu'ils contiennent permettent de lutter contre le risque de dégénérescence maculaire liée à l'âge (ou DMLA).

Mais sa mauvaise réputation vient de sa composition en graisses : car oui, l'oeuf est riche en lipides (environ 10 %), dont une partie est constituée d'acides gras saturés, mais aussi d'insaturés favorables à la santé ... notamment les oeufs issus de la filière "Bleu Blanc Coeur", qui, grâce à l'apport en graines de lin dans l'alimentation des poules, contiennent jusqu'à 160 mg/100 g de DHA (acide gras polyinsaturé) contre 90 mg pour un oeuf de filière classique. Cet acide gras omégas 3 est très intéressant pour lutter notamment contre le vieillissement cérébral et offre une protection cardiovasculaire non négligeable.

Bien que riche en cholestérol, il en contient environ 200 mg (et l'homme a besoin de 1 g de cholestérol/j), il permet la synthèse des acides biliaires, indispensables à une bonne digestion, d'hormones diverses et de vitamine D. Et rappelons que le mauvais cholestérol que nous fabriquons n'est que guère influencé par le cholestérol alimentaire... mais plus sûrement par l'excès d'acides gras saturés contenus dans le fromage, le beurre, la charcuterie ou encore les viennoiseries !

Quant aux recommandations de consommation ?

Le consensus se situe autour de 6 oeufs/semaine, de bonne provenance et les plus frais possible. Le mode de cuisson influence peu leur dégradation nutritionnelle alors autant les cuisiner comme on les aime !

Vous l'aurez compris, les oeufs constituent un aliment sain, riche en protéines essentielles, rassasiantes, peu calorique (2 oeufs = 1 petit steak), souvent bien moins chers que la viande ou le poisson et sont donc parfaits pour un repas équilibré accompagnés de légumes et féculents.

Valentine Caput - Diététicienne Nutritionniste

Allez + loin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.4
légère pluie
le 27/05 à 6h00
Vent
0.99 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
98 %