L'UFC-Que Choisir alerte sur les dangers de certaines encres de tatouage

Publié le 19/02/2021 - 14:32
Mis à jour le 19/02/2021 - 11:33

À la suite des résultats de ses tests en laboratoire sur les composants des encres de tatouage, l’UFC-Que Choisir tire la sonnette d’alarme ce jeudi 18 février et saisit la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) et l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) pour procéder au retrait et au rappel de nombreux produits.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Sur 20 encres de tatouage parmi les plus utilisées en France analysées par nos experts, seules 5 répondent aux différentes normes en la matière. "C’est donc 75 % des produits testés qui représentent un risque sanitaire élevé", observe l'association de consommateurs.

Colorants C.I 74260, C.I. 73915, Isothiazolinones, hydrocarbures aromatiques polycycliques, amines aromatiques… "Derrière ces noms incompréhensibles pour le commun des mortels se cachent des produits chimiques présentant un risque avéré pour les êtres humains, puisqu’ils sont pour la plupart cancérigènes, et de ce fait encadrés par diverses réglementations", explique l'UFC.

Or, dans 75 % des produits testés, l'association a relevé des taux de ces substances indésirables au-dessus des seuils réglementaires, parfois à des niveaux accablants.

L’UFC-Que Choisir a alerté les responsables de mise sur le marché français sur ces résultats, mais les réponses ne sont pas à la hauteur des enjeux sanitaires. A l’exception d’un professionnel s’abritant derrière des analyses antérieures, les autres sont restés silencieux.

Le tableau ci-dessous répertorie les différents produits dangereux découverts dans notre test.

©

Avec de plus en plus d’adeptes, notamment parmi les jeunes générations où près d’une personne sur trois a déjà eu recours aux services d’un tatoueur, "les résultats que nous avons obtenus sont particulièrement alarmants", souligne l'association. "Notre choix s’est en effet porté sur des échantillons d’encres parmi les plus vendues sur internet auprès des tatoueurs français. Le tatouage étant par définition un produit à vie, ces résultats démontrent qu’il existe à terme un risque sanitaire pour de nombreux consommateurs, susceptibles d’être dans les années à venir contaminés par les substances toxiques que nous avons relevées."

L’UFC-Que Choisir :

  • Appelle les candidats au tatouage à la plus grande vigilance et leur conseille de se renseigner très attentivement sur les composants des encres utilisées ;
  • Exige des professionnels du secteur qu’ils témoignent d’un sens aigu des responsabilités en utilisant comme produits de tatouage des encres saines pour les consommateurs, afin de leur garantir le niveau de qualité sanitaire auquel ils ont droit ;
  • Saisit la DGCCRF et l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament afin qu’elles procèdent à une intensification des contrôles et ordonnent le retrait et rappel immédiat des produits dangereux déjà identifiés.

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

RD-Biotech, la société bisontine qui a participé à l’élaboration du vaccin anti-Covid Pfizer

3 questions à… • On parle beaucoup d'elle en ce moment. La société spécialisée dans la biologie moléculaire RD-Biotech à Besançon vient de remporter un fonds de soutien de l'État pour créer un nouveau site de production de plasmides de qualité BPF. Nous avons voulu en savoir plus sur elle et le chef de cette entreprise…

Les tests salivaires à l’école réalisés par des « personnels de santé », assure Blanquer

Les tests salivaires déployés à l'école pour lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19 seront réalisés par des "personnels de santé" et non par des enseignants, a assuré lundi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer lors d'un déplacement dans une école de Lavoncourt en Haute-Saône.

Tests salivaires dans les écoles du Doubs : l’inspection académique compte sur la responsabilité des parents

Lors d'une conférence de presse jeudi 25 février 2021, le préfet du Doubs Joël Mathurin et le directeur de l''inspection académique de l'Education nationales (Dasen) du Doubs Patrice Durand ont annoncé le déploiement des tests salivaires dans les écoles pour détecter les cas positifs à la Covid-19 et les variants dès lundi 1er mars. Les enfants doivent avoir l'autorisation écrite de leur parent pour pouvoir se faire tester.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.9
partiellement nuageux
le 04/03 à 3h00
Vent
1.81 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
90 %

Sondage