Présidentielle : la réaction de la présidente PS de Bourgogne Franche-Comté

Publié le 24/04/2017 - 00:12
Mis à jour le 24/04/2017 - 11:12

Un profond soulagement se lit ce 23 avril 2017 sur le visage de Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté. Elle explique cet état d'esprit par le fait de ne "pas avoir à choisir entre Marine Le Pen et François Fillon".

marie-guite_dufay.png
© d poirer
PUBLICITÉ

Sur le point du ralliement au chef de file du mouvement En Marche, la présidente répond que depuis deux ans elle « trouve la démarche d’Emmanuel Macron intéressante ».

Sur sa prise de position, elle affirme ne pas avoir voulu mélanger « la politique régionale et le choix national« . En février et mars 2017, elle assure avoir été dans des débats régionaux et s’être occupée d’assemblée « à mener ». La présidente s’est ensuite prononcée sur ses intentions de vote sans « appeler «  sa majorité régionale à s’y rallier.

« Je crois en lui »

La présidente explique son choix par les valeurs et la posture que représente, pour elle, Emmanuel Macron pour faire « face à des réformes en profondeur tout en ayant le souci de chacun dans la société (…) Je ne peux que me réjouir de le voir en position favorite. Je mesure le poids énorme de la responsabilité qui est le sien. Je crois en lui et je pense qu’il a pour assumer cette responsabilité ».

Marie Guite Dufay conclut sur la volonté du chef de file d’En Marche de « pouvoir gouverner avec des gens qui sont à droite, à gauche et profondément réformistes ».Elle espère du candidat une jonction entre la « libération de l’économie et protéger ceux qui aujourd’hui souffre des tempêtes économiques ». 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.94
couvert
le 25/06 à 0h00
Vent
1.6 m/s
Pression
1017.63 hPa
Humidité
86 %

Sondage