Pierre Moscovici : "nous avons besoin d'un président pro-européen"

Publié le 28/04/2017 - 13:31
Mis à jour le 28/04/2017 - 13:31

Le commissaire européen Pierre Moscovici a dit, ce vendredi 28 avril 2017, que Bruxelles avait « besoin d’un président pro-européen » en France, tout en appelant à construire « une meilleure Europe » pour combattre le
« populisme ».

 ©
©
"Nous avons besoin en France d'avoir un président pro-européen et d'un président qui puisse mettre en oeuvre aussi une dynamique de progrès. Pour moi, ce président s'appelle Emmanuel Macron", a affirmé M. Moscovici lors d'une rencontre avec la presse.
Le commissaire appelle les Français à se mobiliser lors du second tour pour que "le score de Mme Le Pen soit le plus bas possible". "Selon son résultat, la capacité de la France à entraîner, y compris en Europe, ne sera pas la même", a-t-il ajouté.
La candidate du Front national, que M. Moscovici présente comme une "imposture", "se nourrit d'une insatisfaction réelle par rapport à l'Europe", dit-il. "Il faut répondre à ça" et "construire une meilleure Europe".
"Il faut répondre au populisme par l'Europe populaire. Et pour rendre l'Europe populaire, il faut qu'elle soit capable de produire davantage de résultats dans trois domaines: la protection de ses citoyens, la démocratie et
l'efficacité économique et sociale", affirme M. Moscovici.
(Source AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

réaction 1er tour présidentielle

L’intersyndicale CGT-FSU-Solidaires appelle à la manifestation ce 1er mai 2017 à Besançon

Loin de faire bloc comme en 2002 contre le Front national, les syndicats célèbrent lundi le 1er mai en ordre dispersé. Les uns veulent appeler à « faire barrage » à Marine Le Pen, d’autres à voter pour Emmanuel Macron et certains à « battre les deux candidats ». A Besançon, CGT-FSU-Solidaires appellent à faire barrage au  Front National ce 1er mai 2017 à 10h Place de la Révolution à Besançon.

Politique

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.95
couvert
le 14/04 à 0h00
Vent
1.68 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
92 %