Menace envers la maire de Besançon sur les réseaux sociaux : des messages monstrueux difficiles à lire...

Publié le 15/12/2022 - 23:44
Mis à jour le 19/12/2022 - 15:30

Dans le contexte de la restauration de la statue de Victor Hugo, œuvre de l’artiste sénégalais Ousmane Sow, située esplanade des Droits de l’Homme à Besançon, de nombreux propos haineux, racistes et violents ont été tenus notamment sur les réseaux sociaux contre lesquels Anne Vignot a déposé plainte. Nous avons reçu quelques exemples de messages reçus...

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Conformément à l’article 40 du Code de Procédure Pénale, la maire de Besançon Anne Vignot a signalé ce jeudi 15 décembre à Etienne Manteaux, procureur de la République, plus d’une centaine de ces messages.

Anne Vignot explique dans son communiqué avoir reçu sur ses comptes Facebook et Twitter des messages privés dont le contenu était "particulièrement violent et menaçant pour mon intégrité physique, ce qui m’a amené à porter plainte directement auprès du procureur de la République contre les auteurs de différents messages, toujours sur le fondement du Code de Procédure Pénale (articles 40 alinéa 1 et 85)."

Ces deux procédures s’ajoutent à la plainte déjà déposée par la Ville à l’encontre des individus soupçonnés d’avoir vandalisés la statue en cours de restauration et d’avoir revendiqué cet acte au nom d’une idéologie raciste et xénophobe, le suprémacisme blanc.

Pour la maire, "il est impensable de laisser se répandre sans réagir des propos d’une telle violence, d’une telle haine. Tenir des propos racistes est illégal et puni par la loi. C’est le respect des uns et des autres et des valeurs de la République « Liberté, Egalité, Fraternité » qui nous permet de faire République et de vivre ensemble."

Exemples de messages haineux :

©

©

©

©

Réaction de la NUPES à Besançon

Communiqué :

"Les sept formations politiques membres de la NUPES du Grand Besançon tiennent à exprimer leur effroi et leur plus grande solidarité à l’égard de la maire de Besançon, présidente du Grand Besançon, Anne Vignot, à la lecture des propos monstrueux qu’elle a subis sur les réseaux sociaux, suite à la restauration de la statue de Victor Hugo, du sculpteur sénégalais Ousmane Sow. Un épisode constitué de fausses informations qui a alimenté ce déferlement de brutalités. 

Sans surprise voilà ce que prépare l’extrême-droite, une société de la haine et de la violence. Après les provocations de quelques néo-nazis dans les manifestations bisontines, l’expression de leurs chants dans nos rues, les dégradations racistes des statues d’Ousmane Sow, dernièrement les échauffourées dans plusieurs villes de France à l’issue du match France - Maroc, provoquées par des groupes fascistes à l’encontre des supporters marocains et l’interpellation pour cette occasion à Paris d’une 40ne de personnes proches de l’ultra-droite pour port d’armes prohibées, les agressions de militant•es politiques, nous appelons les pouvoirs publics à une lutte implacable contre ces groupuscules, ainsi qu’à leur dissolution. 

Nous lançons aussi un appel à l’ensemble des organisations politiques et des citoyens pour une étanchéité intransigeante face au projet intolérant et xénophobe de l’extrême-droite et souhaitons la construction d’une société rassemblée, écologique et solidaire, dans un cadre républicain." 

Réaction du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon

Suite au vandalisme à connotation raciste dont a été victime la statue de Victor Hugo sur l’esplanade de Droits de l’Homme, le comité MRAP de Besançon condamne "fermement les actes d’intimidation commis à l’encontre de madame Anne Vignot" dans un communiqué.

La maire de Besançon a dû entamer deux démarches judiciaires, l’une suite aux propos racistes tenus sur les réseaux sociaux, l’autre suite à des messages privés reçus sur ses "comptes Facebook et Twitter dont le contenu est particulièrement violent et menaçant pour son intégrité physique".

Pour le MRAP, "ce déferlement de menaces, d’injures à caractère raciste, xénophobe et sexiste a lieu après d’autres faits du même ordre dont le dernier s’est déroulé récemment à l’encontre de son adjoint monsieur Hasni Alem. En s’attaquant violemment à des élus de la République, ce sont bien les fondements démocratiques et républicains que l’on entrave."

Le comité MRAP de Besançon apporte toute sa solidarité et son soutien à madame Anne Vignot et à monsieur Hasni Alem.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.31
couvert
le 21/04 à 3h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
95 %