Menace envers la maire de Besançon sur les réseaux sociaux : des messages monstrueux difficiles à lire...

Publié le 15/12/2022 - 23:44
Mis à jour le 19/12/2022 - 15:30

Dans le contexte de la restauration de la statue de Victor Hugo, œuvre de l’artiste sénégalais Ousmane Sow, située esplanade des Droits de l’Homme à Besançon, de nombreux propos haineux, racistes et violents ont été tenus notamment sur les réseaux sociaux contre lesquels Anne Vignot a déposé plainte. Nous avons reçu quelques exemples de messages reçus...

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Conformément à l’article 40 du Code de Procédure Pénale, la maire de Besançon Anne Vignot a signalé ce jeudi 15 décembre à Etienne Manteaux, procureur de la République, plus d’une centaine de ces messages.

Anne Vignot explique dans son communiqué avoir reçu sur ses comptes Facebook et Twitter des messages privés dont le contenu était "particulièrement violent et menaçant pour mon intégrité physique, ce qui m’a amené à porter plainte directement auprès du procureur de la République contre les auteurs de différents messages, toujours sur le fondement du Code de Procédure Pénale (articles 40 alinéa 1 et 85)."

Ces deux procédures s’ajoutent à la plainte déjà déposée par la Ville à l’encontre des individus soupçonnés d’avoir vandalisés la statue en cours de restauration et d’avoir revendiqué cet acte au nom d’une idéologie raciste et xénophobe, le suprémacisme blanc.

Pour la maire, "il est impensable de laisser se répandre sans réagir des propos d’une telle violence, d’une telle haine. Tenir des propos racistes est illégal et puni par la loi. C’est le respect des uns et des autres et des valeurs de la République « Liberté, Egalité, Fraternité » qui nous permet de faire République et de vivre ensemble."

Exemples de messages haineux :

©

©

©

©

Réaction de la NUPES à Besançon

Communiqué :

"Les sept formations politiques membres de la NUPES du Grand Besançon tiennent à exprimer leur effroi et leur plus grande solidarité à l’égard de la maire de Besançon, présidente du Grand Besançon, Anne Vignot, à la lecture des propos monstrueux qu’elle a subis sur les réseaux sociaux, suite à la restauration de la statue de Victor Hugo, du sculpteur sénégalais Ousmane Sow. Un épisode constitué de fausses informations qui a alimenté ce déferlement de brutalités. 

Sans surprise voilà ce que prépare l’extrême-droite, une société de la haine et de la violence. Après les provocations de quelques néo-nazis dans les manifestations bisontines, l’expression de leurs chants dans nos rues, les dégradations racistes des statues d’Ousmane Sow, dernièrement les échauffourées dans plusieurs villes de France à l’issue du match France - Maroc, provoquées par des groupes fascistes à l’encontre des supporters marocains et l’interpellation pour cette occasion à Paris d’une 40ne de personnes proches de l’ultra-droite pour port d’armes prohibées, les agressions de militant•es politiques, nous appelons les pouvoirs publics à une lutte implacable contre ces groupuscules, ainsi qu’à leur dissolution. 

Nous lançons aussi un appel à l’ensemble des organisations politiques et des citoyens pour une étanchéité intransigeante face au projet intolérant et xénophobe de l’extrême-droite et souhaitons la construction d’une société rassemblée, écologique et solidaire, dans un cadre républicain." 

Réaction du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon

Suite au vandalisme à connotation raciste dont a été victime la statue de Victor Hugo sur l’esplanade de Droits de l’Homme, le comité MRAP de Besançon condamne "fermement les actes d’intimidation commis à l’encontre de madame Anne Vignot" dans un communiqué.

La maire de Besançon a dû entamer deux démarches judiciaires, l’une suite aux propos racistes tenus sur les réseaux sociaux, l’autre suite à des messages privés reçus sur ses "comptes Facebook et Twitter dont le contenu est particulièrement violent et menaçant pour son intégrité physique".

Pour le MRAP, "ce déferlement de menaces, d’injures à caractère raciste, xénophobe et sexiste a lieu après d’autres faits du même ordre dont le dernier s’est déroulé récemment à l’encontre de son adjoint monsieur Hasni Alem. En s’attaquant violemment à des élus de la République, ce sont bien les fondements démocratiques et républicains que l’on entrave."

Le comité MRAP de Besançon apporte toute sa solidarité et son soutien à madame Anne Vignot et à monsieur Hasni Alem.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Tirs à Planoise le 22 janvier : l’enquête a déjà permis de trouver la voiture des malfaiteurs

Le procureur de la République Étienne Manteaux a tenu une conférence de presse ce mercredi 25 janvier, trois jours après que des coups de feu à l'arme de guerre aient été tirés rue de Fribourg, dans le quartier de Planoise à Besançon. L’enquête a déjà levé le voile sur plusieurs éléments.

Disparition de Marie-Angèle Domece : " ultime " fouille dans l’Yonne pour retrouver le corps

MISE À JOUR • La campagne de recherches du corps de Marie-Angèle Domece, victime présumée du tueur en série Michel Fourniret en 1988, s'est conclue dans l'Yonne sans résultat, a indiqué mercredi 25 janvier 2023 le parquet de Nanterre, en charge du pôle "cold cases" des affaires non élucidées, sollicité par l'AFP.

Vandalisme de la Statue Victor Hugo à Besançon : " Un épilogue sinistre qui n’aurait jamais dû avoir lieu "

À quelques jours du jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage en blanc de la statue de Victor Hugo, oeuvre de Ousmane Sow, en novembre 2022 à Besançon, Béatrice Soulé, compagne du sculpteur sénégalais, parle d’"une polémique qui n’avait aucune raison d’être" dans un communiqué du 24 janvier 2023.

Procès des Barjols : un Belfortain et un Haut-Saônois parmi les 13 militants d’ultradroite jugés à Paris

Treize personnes affiliées au groupuscule d’ultradroite des Barjols comparaissent à partir de ce mardi 17 janvier à Paris, soupçonnées d’avoir préparé une série d’actions violentes dont un projet d’attaque contre Emmanuel Macron fin 2018, en marge du centenaire de l’armistice.

Le parquet conteste au Dr Péchier la possibilité d’exercer la médecine

Suite à l’arrêt rendu par la chambre d’instruction le lundi 11 janvier, qui autorise le docteur Péchier a exercer la médecine, le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a tenu à réagir et à faire un point d’étape sur l’information judiciaire dans laquelle le médecin est mis en examen. 

Abus sexuels : le diocèse de Besançon lance un appel pour retrouver d’éventuelles victimes d’un abbé décédé

Le diocèse de Besançon a lancé un appel pour retrouver "d'éventuelles victimes" de Raymond Jaccard, un abbé décédé en 2021 connu pour son action auprès des lépreux camerounais, sanctionné de son vivant après des soupçons "d'abus d'ordre sexuel et spirituel" sur des majeurs.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.83
couvert
le 31/01 à 9h00
Vent
0.85 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
88 %