Alerte Témoin

"Mots Doubs" et mots cinglants au conseil municipal de Besançon

Publié le 01/03/2016 - 10:51
Mis à jour le 24/08/2016 - 11:35

Ce lundi soir au conseil municipal de Besançon (29 février 2016), tous les élus attendaient finalement l'instant où le sujet "Mots Doubs" allait éclater. Annulé en 2016 par la nouvelle majorité départementale, le Salon du livre n’a pas suscité que des mots tendres entre la majorité de Jean-Louis Fousseret et son opposition.

2014-04-17_conseil_municipal.jpg
conseil municipal de Besançon (archives) © damien poirier

Mais comment s'est invitée l'annulation des Mots Doubs, une manifestation portée par le Département, au conseil municipal de Besançon ce lundi 29 février ?

Pour comprendre les échanges de tirs verbaux au conseil municipal, il faut bien intégrer que des élus de l'opposition au conseil municipal siègent également au sein de la nouvelle majorité du conseil départemental. En première ligne dans ce dossier, le conseiller municipal "Les Républicains" Ludovic Faugaut. Il est aussi aujourd'hui vice-président à la citoyenneté, au sport et à la culture au Département du Doubs. C'est lui qui s'est exprimé dans la presse en fin de semaine dernière pour expliquer cette "suspension" des Mots Doubs.

Fousseret : "Vous participez à l'affaiblissement du rayonnement de Besançon"

Après une heure de débat sur les orientations budgétaires, une petite phrase du maire en réponse à Jacques Grosperrin et une intervention du conseiller PC Christophe Lime a mis le feu aux poudres. C'est parti pour une heure de passe d'armes. "Mais quelle est votre cohérence, M. Fagaut ?" s'est agacé le maire de Besançon. " J'ai remarqué aussi la menace. En 2017, cela pourrait avoir lieu ailleurs dans le département. Peut-être même à Morteau. Mais pourquoi pas ? Mais je prends note que vous êtes un fervent supporter du rayonnement de Besançon (…) Ma question est celle-ci : quel lieu pour accueillir 30.000 personnes avec des transports en commun, des TGV, des hôtels. Mieux que Besançon pour le faire ? Cherchons. Il y en a assez de ces doubles discours qui nous flinguent ici (NDLR : au conseil municipal) en permanence sur notre manque d'ambition et ce discours inverse dès que vous êtes là-bas à la Gare d'eau (au Département) "

Ph. Gonon  : "Vous nous permettrez quand même de réfléchir non pas strictement en élu bisontin"

L'UDI Philippe Gonon, également vice-président au département du Doubs, a bien tenté de calmer le jeu en insistant qu'il ne s'agissait pas d'une suppression, mais d'un report dans le temps pour permettre de travailler sur les compétences partagées avec les autres collectivités (loi NOTRé). "C'était déjà le cas auparavant !" lui a rétorqué le maire.

Réponse de M Gonon :  "Nous sommes sur un autre ressort territorial que celui de la ville. Vous nous permettrez quand même de réfléchir non pas strictement en élu bisontin, mais en élus départementaux avec un projet culturel global pour l'ensemble du Doubs et non pas exclusivement à la ville de Besançon. Ce qui nous permettra peut-être comme l'a dit Christophe Lime d'aller à Micropolis…   

P. Bonnet : "Ne demandez pas au Département de s'interdire les modifications que vous avez faites vous même" 

Toujours du côté de l'opposition, Pascal Bonnet (LR) a enjoint le maire de Besançon à respecter les décisions du Département. "Je connais Christine Bouquin (présidente du conseil départementale) depuis 20 ans et je ne crois pas qu'elle soit hostile à Besançon et à la culture. Vous avez rappelé que Claude Girard était le fondateur de cet événement sur une idée de Daniel Leroux. Je suis attaché à cet événement, à la littérature, mais lorsque j'entends l'ancienne majorité départementale (PS) s'insurger aujourd'hui, je me pose des questions. A-t-elle réfléchi à une évolution qui permette de pérenniser les Mots Doubs à partir du moment ou l'on sait que le contexte budgétaire oblige le Département à se recentrer sur ses compétences ? (..) Ne demandez pas au Département de s'interdire les modifications que vous avez faites vous même ici sur la politique culturelle de la ville…

L. Faugaut : "Il est normal qu'une majorité se pose la question sur une manifestation à un demi-million d'euros"

Ludovic Fagaut a insisté sur le fait que selon lui une politique culturelle ne se résumait pas à un seul évènementiel. "En terme de philosophie, les Mots Doubs appartenaient à la politique de la communication du Département. Lors de mon arrivée au mois d'avril à ma délégation en tant qu'adjoint au sport à la jeunesse et à la culture, je pensais piloter la manifestation des Mots Doubs. Ce que je trouve aberrant. (…)  Par ailleurs, le Département a comme compétence obligatoire les médiathèques départementales. Or, les 288 médiathèques n'étaient pas associées aux Mots Doubs (4 rencontres en 2015). Deuxième point : quand le Département du Doubs va perdre 123 millions d'euros entre 2015 et 2020 en baisse de dotation globale de fonctionnement, heureusement qu'une majorité se pose la question sur une manifestation à un demi-million d'euros".

"Chiche !"

"Vous vous raccrochez aux branches. Vous n'assumez pas !" lui a finalement répondu le maire. 'Vous avez fait un mauvais choix et vous avez pris une décision d'affaiblissement du rayonnement de Besançon. Et si la culture est une compétence partagée. J'ai envie de vous dire "Chiche" ! Que mettez-vous au conservatoire de musique ? À l'Isba ? Partageons aussi nos préoccupations… »

Les élus du conseil municipal ont du bien se résoudre à clore les discussions sur l'intervention d'Éric Alauzet. Le député regrette que le Département ne mène pas sa réflexion tout en maintenant les Mots Doubs cette année. Et entre les pétitions qui circulent sur le net, la volonté des libraires de poursuivre "les Mots Doubs", il semble que la polémique autour de cette annulation en 2016 n'en soit qu'à ses débuts. Fin du chapitre, pas du roman.  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

annulation Mots Doubs

La Ville et le Grand Besançon réécrivent l’histoire des « Mots Doubs » avec un nouveau festival littéraire

Il fallait aller vite et prendre date pour ne pas que les éditeurs et auteurs n'aillent voir ailleurs. La Ville de Besançon et la communauté d'agglomération ont décidé de réécrire l'histoire pour remplacer les Mots Doubs en créant un nouveau festival littéraire. Rendez-vous à Besançon les 16, 17 et 18 septembre 2016.

Pour Christine Bouquin, « les Mots Doubs ne peuvent plus s’inscrire dans les priorités du département »

Il y a une semaine, MaCommune.info vous annonçait l'annulation du festival littéraire des Mots Doubs. Cette décision a provoqué une véritable polémique ayant fait réagir de nombreux élus de la Ville de Besançon et du Département. Ce vendredi 4 mars 2016, Christine Bouquin, présidente du Département du Doubs, a tenu à rappeler, dans un communiqué, le contexte ayant conduit à l’annulation de l’édition 2016. 

Festival des Mots Doubs : « Un nouveau coup dur pour la culture » selon Claude Jeannerot

Claude Jeannerot (PS), l'ancien président du Conseil général du Doubs s'est exprimé dans un communiqué ce samedi 27 février 2016 à propos de l'annulation de l'édition 2016 du festival littéraire des Mots Doubs à Besançon annoncé ce vendredi. Le conseiller départemental du Doubs se dit "fermement opposé à cette décision" qu'il a appris "avec consternation".

Pourquoi l’édition 2016 des Mots Doubs est-elle annulée ?

Arrivée au pouvoir en mars 2015 après les élections départementales, la nouvelle majorité souhaite réinventer le festival du Livre les Mots Doubs et créer un nouvel événement culturel littéraire en 2017. Ludovic Fagaut, vice-président du conseil départemental en charge de la citoyenneté, du sport et de la culture explique cette décision.

Politique

Sénatoriales en Bourgogne-Franche-Comté : prime au sortant…

Physionomie région • Sur 14 sièges à pourvoir, les 10 sénateurs sortants qui se représentaient ont tous été réélus (1 LREM, 5 LR, 2 UDI, 1 DVD, 1 PS). Le patron des sénateurs LREM François Patriat et le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne ont été élus sénateurs dimanche, tandis que les 10 sortants qui se représentaient en Bourgogne-Franche-Comté ont été réélus.

Sénatoriales 2020 : trois sénateurs réélus en Côte d’Or

1.638 grands électeurs étaient invités à voter dans le département du Doubs pour élire trois  nouveaux sénateurs et départager les candidats inscrits sur six listes. Alain Houper et Anne-Catherine Loisier de la liste d'union de la droite et du centre sont réélus (701 voix - 43,37%). François Patriat conserve également son siège avec sa liste "Territoires et Liberté" (428 voix -26,6%)

Sénatoriales : Dominique Vérien (UDI) réélue. Jean-Baptiste Lemoyne (REM) passe au second tour

1.118 grands électeurs étaient invités à voter dans le département de l'Yonne pour élire deux nouveaux sénateurs et départager les sept candidats en lice. La sénatrice UDI sortante Dominique Vérien a été réélue au premier tour avec 64,04% des suffrages (698 voix). Le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne (REM) a été élu au second tour avec 52,56% des voix.

Sénatoriales 2020 : Cédric Perrin réélu dans le Territoire-de-Belfort

382 grands électeurs du Territoire de Belfort étaient appelés à voter ce dimanche 27 septembre 2020 pour renouveler le seul et unique siège de sénateur  dans le département et départager cinq candidats. Cédric Perrin, 46 ans, a été réélu avec 72,24 % des suffrages pour un deuxième mandat de sénateur.

Sénatoriales 2020 : Alain Joyandet et Olivier Rietmann (LR) élus en Haute-Saône

LR en force • Les 972 grands électeurs de Haute-Saône étaient ont voté ce dimanche 27 septembre 2020 pour deux sièges de sénateurs dans le département. 10 candidats se présentaient lors de ce scrutin majoritaire. Alain Joyandet (LR) a été réélu dès le premier avec 55,50% des suffrages (515 voix). Olivier Rietmann (LR) , maire de Jussey  a été élu au second tour avec 497 voix.

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.59
couvert
le 29/09 à 12h00
Vent
1.59 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
92 %

Sondage