Municipale à Besançon  : Jean-Louis Fousseret ne soutiendra "aucun candidat en particulier"

Publié le 24/06/2020 - 18:22
Mis à jour le 25/06/2020 - 17:55

Le maire sortant, ex-socialiste et marcheur de la première heure, a dévoilé dans un communiqué sa position en vue du  second tour de l'élection municipale à Besançon. Un choix cornélien

Il avait promis de s'exprimer. Ce mercredi 24 juin 2020, Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon depuis 2001 a finalement choisi ... de ne pas se positionner. "Je suis un homme libre et c’est en homme libre que je vais quitter la mairie de Besançon" déclare-t-il dans un communiqué. "Je ne soutiendrai donc aucun candidat en particulier (...) Je voterai en mon âme et conscience pour le ou la meilleur-e- des candidat-e-s. Il ne m’appartient pas de vouloir influencer le vote des bisontines et des bisontins qui doit rester un vote d’engagement à des idées, d’adhésion à un projet et un vote de liberté".

La situation était inconfortable pour lui depuis le 15 mars. 56e sur la liste "Ensemble !", il soutenait en effet sans réserve Alexandra Cordier, sa proche conseillère depuis 12 ans.

L'ex-référente départementale d'En Marche avait été  exclue du parti présidentiel pour avoir mené campagne face au candidat LREM officiellement investi Éric Alauzet. Mais le soir du 1er tour, elle n'avait pas réussi à dépasser les 5% (4,57% - 1.141 voix), ce qui lui aurait permis une éventuelle fusion avec une des trois listes à plus de 10 % et qui se sont maintenues.

Le 18 juin 2020, Alexandra Cordier annonçait qu'elle soutiendrait, avec la plupart de ses colistiers, le projet du LR Ludovic Fagaut, dauphin du sénateur Jacques Grosperrin et adversaire historique de Jean-Louis Fousseret.

L'impossible choix

Tous les regards se sont alors tournés vers le maire sortant. Que faire ? Un choix éminemment cornélien pour Jean-Louis Fousseret. Soutenir coûte que coûte Alexandra Cordier et par ricochet soutenir son propre opposant Ludovic Fagaut ? Soutenir le candidat officiel LREM Éric Alauzet qui lui avait damé le pion lors de l'élection législative en 2012 ? Soutenir le projet d'Anne Vignot avec qui il travaille depuis 2014 au sein de sa majorité plurielle ? Ou ne rien dire ?

Si les équipes des candidats ont pu faire fi de s'intéresser à sa décision en arguant sur la volonté de tourner une nouvelle page de la vie politique bisontine, elles étaient pourtant toute dans l'attente d'un positionnement du maire sortant.

Face à l'impossibilité du choix, Jean-Louis Fousseret n'en a donc pas fait.

Le communiqué de Jean-Louis Fousseret

"Je suis un homme libre et c’est en homme libre que je vais quitter la mairie de Besançon le 3 juillet prochain après 37 ans de vie municipale, dont 19 comme Maire.

Je me suis engagé en politique en 1975 auprès de Robert SCHWINT et toujours au département, à la ville, à la communauté urbaine ou à l’Assemblée nationale ce qui m’a guidé c’était l’intérêt général des Bisontines et des Bisontins.

Je suis fier d’avoir ainsi pu consacrer une partie de ma vie à l’action municipale, d’avoir pu accompagner les plus fragiles, et en même temps travailler avec les forces vives de notre territoire pour maintenir un fort développement économique et assurer le rayonnement de Besançon malgré toutes les difficultés rencontrées pendant ces 20 dernières années.

Parce que c’était mon devoir, j’ai assuré au-delà de la durée prévue de mon mandat la gestion, heure par heure, avec M. le Préfet, de cette terrible crise sanitaire du Covid 19 que nous sommes encore en train de traverser avec un seul objectif être toujours présent et agir pour nos concitoyens. 

Je savais qu’en choisissant cet engagement municipal, je ne choisissais pas la facilité et je remercie les Bisontines et les Bisontins pour leur fidélité et leur confiance qui nous unissent depuis 19 ans.

Au cours de toutes ces années, j’ai toujours recherché le consensus pensant que à gauche comme à droite comme au centre il y avait des idées à défendre et à appliquer si elles étaient au-delà de toute idéologie destinée à satisfaire cet intérêt général qui a été le fil rouge de mon action.

C’est d’ailleurs cette vision des choses qui m’a fait m’engager auprès d’Emmanuel MACRON en avril 2016. Ce n’était à cette époque pas un choix opportuniste, mais un choix d’un homme libre qui n’est pas un automate.

Je suis, vous le savez, un homme de gauche, de centre gauche, un homme d’ouverture qui veut aller au-delà des partis et des clivages politiques.

Dans cette logique, je ne soutiendrai donc aucun candidat en particulier. 

Je pense que le temps des maires directeur de conscience est terminé. Je voterai en mon âme et conscience pour le ou la meilleur-e- des candidat-e-s.

Il ne m’appartient pas de vouloir influencer le vote des bisontines et des bisontins qui doit rester un vote d’engagement à des idées, d’adhésion à un projet et un vote de liberté.

Cette liberté qui est le fondement même de notre République. Cette liberté que j’ai toujours respectée pour être le maire de TOUS les bisontins".

Soyez le premier à commenter...

2 commentaires

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach "inéligible" pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d'une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L'abstention frôle les 61 %  

Politique

Aucun pass sanitaire ne sera demandé lors des meetings politiques…

C’est une nouvelle qui va en faire grincer des dents plus d’un… Le Conseil constitutionnel (saisi par 60 députés de la France Insoumise) a validé ce vendredi 21 janvier 2022 le projet de loi concernant le pass vaccinal. Les sages ont toutefois refusé la possibilité pour les organisateurs de meetings politiques de demander un pass sanitaire aux participants.

Quatre députés du Doubs signent une tribune en faveur d’une « fin de vie libre »

Les Jeunes avec Macron (JAM) de Bourgogne-Franche-Comté ont rédigé ce mois de janvier 2022 une tribune afin de ramener dans le débat national la question du choix de la fin de vie. Fannette Charvier, Eric Alauzet, Denis Sommer et Frédéric Barbier, députés du Doubs, ont co-signé cette dernière.

A Besançon, le portrait d’Emmanuel Macron goudronné pour ses bilans climatique et social

Pendant que Emmanuel Macron inaugurait la présidence française de l’Union européenne ce mercredi 19 janvier, des activistes d’Action non-violente COP21 ont souillé des portraits officiels du président pour dénoncer son bilan climatique et social. Ils pointent "le sabotage climatique" du quinquennat d'Emmanuel Macron et appellent à la mobilisation.

Fermeture du pont de la République aux voitures : une idée « absurde » pour les élus de Besançon maintenant

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé le 7 janvier dernier la fermeture du pont de la République à la circulation des voitures au printemps-été 2022. Une décision qualifiée d'"absurde" dans une lettre ouverte du 19 janvier écrite par Claude Varet, conseillère municipale de Besançon maintenant, qui appelle la maire à y renoncer en l'invitant à lancer "un grand chantier visant l’étude de toutes les mobilités."
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.96
peu nuageux
le 21/01 à 18h00
Vent
3.14 m/s
Pression
1035 hPa
Humidité
40 %

Sondage