Alerte Témoin

Municipales 2020 à Besançon : Frank Monneur dans les starting-blocks 

Publié le 24/10/2018 - 12:33
Mis à jour le 16/04/2019 - 11:39

interview •

Ancien conseiller municipal de la majorité de 2001 à 2014 lors des deux premiers mandats du maire PS Jean-Louis Fousseret (devenu en Marche), Frank Monneur avait "osé" mener une liste dissidente "Besançon Générations citoyennes" il y a quatre ans lors des dernières municipales. Liste qui avait obtenu 6,22 % des suffrages exprimés (2.255 voix). À 48 ans, il décide de se relancer pour les municipales de 2020 à Besançon.

Frank Monneur
Frank Monneur, 48 ans, se lance dans la campagne des municipales à Besançon © DR Facebook FM

Frank Monneur déclare travailler depuis plus de quatre ans sur un projet pour Besançon et se dit déterminer à briguer la mairie  aux municipales de 2020, avec la volonté de rassembler. Nous avons fait le tour de la question sur son projet, son positionnement politique et ses ambitions pour Besançon. 

maCommune.info :  Quel regard portez-vous sur l'actuelle majorité municipale du maire «En Marche» Jean-Louis Fousseret élu en 2014

Frank Monneur : "N'étant plus élu, j'ai pu prendre recul citoyen. Je rappelle qu'en 2014 avec ma liste citoyenne sans étiquette politique nous avons récolté un peu plus de 6% des voix. Pour autant le paysage politique local a énormément évolué. Aujourd'hui, il n'y a plus de majorité au conseil municipal. S’il y en a une, c'est une majorité de façade qui se craquelle de toute part et qui va tant bien que mal tenter de se maintenir jusqu'au bout, ce que l'on peut comprendre par ailleurs... 

Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, il y a une franche de la majorité municipale coupée avec d'une autre majorité de la gauche dite plurielle. Ce que l'on peut reconnaître au maire de Besançon, c'est sa constance s'étant engagé très tôt auprès d'Emmanuel Macron, mais c'est vrai que cela pose de nombreux problèmes dans sa majorité et on peut le comprendre : les socialistes, les verts, les communistes ne sont pas ravis d'avoir comme patron une personne d'En Marche. Je pense que cela va être dur pour Jean-Louis Fousseret de maintenir une cohésion jusqu'en 2020..."

Commets-vous situez-vous politiquement parlant ?

Frank Monneur : "J'aurais tendance à penser que j'ai eu raison trop tôt lorsqu'en 2014 j'ai proposé de partir sur un projet commun pour sortir du bipartisme plutôt que sur un projet d'appareil. Notre société n'était pas tout à fait mûre pour cela. Je suis un citoyen libre et indépendant, je maintiens que je suis de centre gauche, mais suis conscient qu'à un moment donné, surtout en local, il faut rassembler au-delà et loin des extrêmes. Il faut surtout travailler en fonction de la valeur et des compétences des personnes..."

Vous sentez-vous donc plus proche d'En Marche ou du PS ? 

Frank Monneur : "Le PS est mon histoire, je ne le renie pas même si je regrette ce qu'est devenu le PS. C'est triste de voir ce qu'est devenu un parti socialiste qui fut pivot de la politique française.  Je suis entre le PS et En Marche, voilà, mais je n'ai pas d'appartenance à un parti politique aujourd'hui ..."

Comment vous positionnez-vous pour 2020 ?

Frank Monneur : "En 2014, j'ai fait une campagne en un peu plus de trois mois, mais pour arriver au score de 6,2 %. Moi, j'ai toujours dit depuis 2014 que je me représenterai pour les municipales de 2020. Cela fait quatre ans et demi que je travaille à un nouveau projet pour Besançon. La philosophie reste la même : du pragmatisme, du bon sens centré autour de la vie quotidienne des Bisontins. Je veux rassembler le plus largement possible au-delà des étiquettes politiques, mais sur des valeurs humanistes et sur des projets concrets... "

N'est-ce pas recréer une gauche plurielle en désuétude aujourd'hui ?

Frank Monneur : "Cette idée de la gauche plurielle, qui a par ailleurs fait de belles choses à Besançon, me semble en effet appartenir au passé. Pour autant, personne ne peut gagner tout seul et il va falloir travailler avec d'autres. Je n'ai aucune difficultés à travailler avec des gens du centre, du centre droit, mais aussi bien sûr, du PS. À condition de se concentrer sur les projets pour notre ville sans partir dans des grandes élucubrations. Je rencontre des gens, des personnalités. Les choses se construisent. Une chose est certaine, je le répète, aucun candidat à Besançon ne pourra gagner seul... "

Cela veut-il dire selon vous qu'il faut créer des alliances avant le premier tour ?

Frank Monneur : "Dès le début 2019, la campagne sera véritablement lancée. Nous sommes à 17 mois des élections, il y a déjà des discussions avec un certain nombre de personnes. Pour autant, j'ai des projets, des valeurs et une vision pour le territoire ville-agglomération. Pour l'instant je travaille et je monte mon projet. Si des personnes souhaitent parler, elles peuvent aussi venir me voir et on discute ! Une chose est sûre, je veux rassembler. 

Le paysage politique est très mouvant comme l'électorat... Je pense que nous ne sommes pas au bout de nos surprises dans cette campagne".

Quels sont les grandes thématiques que vous souhaitez aborder pour ces municipales à Besançon ? 

Frank Monneur : "Nous aurons l'occasion d'en reparler, mais il y a des sujets qui me tiennent à cœur, c'est le commerce et l'attractivité du centre-ville. Je rencontre beaucoup d'acteurs de la vie économique locale. Le développement économique est un aussi au cœur de mes propriétés, mais avec une vision d'agglomération. Je pense par exemple que l'on ne peut pas défendre le commerce du centre-ville et continuer à étendre les zones commerciales...

Un autre sujet est celui de l'université. Il faut arrêter de se plaindre, notamment vis-vis de Dijon. Il faut aller de l'avant et proposer des projets, car c'est bien de dire que nous avons le siège, mais ce qui importe ce sont les filières qui doivent rester à Besançon. Car les filières, ce sont des étudiants et tout un dynamisme inhérent... 

Autre thème : la sécurité des Bisontins. Il y a là un énorme travail. je pense que la majorité actuelle n'a pas encore saisi l'ampleur de la situation, notamment vis à vie de la police nationale. Moi je dis clairement que je suis favorable à l'armement de la police municipale, car ses missions ont changé et arrive en primeur sur certaines scènes. Ne pas voir cela, c'est se mettre la tête dans le sable.Je milite pour une collaboration aiguë entre la police nationale et municipale, ce n'est pas assez le cas et il faut que la police municipale ait les moyens. Je suis par exemple pour que la police municipale travaille le dimanche, en soirée, mais sur la base du volontariat et en accord avec les policiers municipaux... "

Que vous disent les Bisontins que vous rencontrez ? 

Frank Monneur :  "Lorsque je discute avec les Bisontins, ils sont dans l'ensemble fiers de leur ville, mais chacun perçoit les lacunes, il y a beaucoup de choses à améliorer même si globalement on s'y sent bien. Il y a, depuis la fusion des régions, un sentiment de déclassement, supposé fantasmé ou réel ; en tout cas ce sentiment est là. Et il faut travailler là-dessus pour redonner confiance en notre ville et redonner envie. 

Mais il ne faut pas voir peur de Dijon, car la peur n'évite pas le danger, mais surtout ne mène à rien. Il faut se battre, regarder Dijon droit dans les yeux, mais en même temps, ne pas perdre son temps et son énergie à combattre Dijon, cela ne sert à rien. Ce qu'il faut ce sont des projets, mais sans être naïfs... en sachant que nous avons également sous-estimé nos rapports avec la Suisse".

1 Commentaire

Beaucoup d'erreurs de syntaxe... c'est dommage.
Publié le 24 octobre 2018 à 22h31 par Guigs • Membre

3 commentaires

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Le marcheur Collomb s’allie aux Républicains à Lyon : de quoi donner des idées à Besançon ?

Le maire de Lyon et ex-ministre de l'Intérieur décide de s'allier avec François-Noël Buffet, le candidat LR. Un retrait des élections métropolitaines de Lyon pour faire barrage aux écologistes.. En échange le LR Étienne Blanc, proche de Wauquiez, laisse la tête de liste à la mairie de Lyon à Yann Cucherat, protégé de Gérard Collomb. Une situation inédite en Macronie.

Un groupe politique « Ensemble ! » s’invitera au conseil municipal de Besançon

Lors du prochain conseil municipal de Besançon qui se déroulera le 8 juin 2020, un nouveau groupe politique sera présent à la demande de quatre membres du conseil municipal. Il s'agira du groupe Ensemble !, le parti politique menée par Alexandra Cordier, candidate en lice lors du 1er tour de l'élection municipale bisontine ayant récolté moins de 4,75% des suffrages.

Ludovic Fagaut : « Cette pandémie, inédite dans notre histoire moderne, implique inévitablement une remise en question de nos modèles »

Le Premier ministre a annoncé ce vendredi 22 mai la date du second tour des élections municipales fixée, pour le moment, le 28 juin. Nous avons demandé aux trois candidats en lice au second tour à Besançon leur opinion sur cette date, mais aussi ce qu'ils ont fait pendant le confinement en vue de l'élection. Après Anne Vignot et Eric Alauzet, voici les réponses de Ludovic Fagaut...

Éric Alauzet : « il faut évoluer et changer nos habitudes de consommation, de production, nos modes de vie… « 

Le Premier ministre a annoncé ce vendredi 22 mai la date du second tour des élections municipales fixée, pour le moment, le 28 juin. Nous avons demandé aux trois candidats en lice au second tour à Besançon leur opinion sur cette date, mais aussi ce qu'ils ont fait pendant le confinement en vue de l'élection. Le deuxième à nous répondre est Éric Alauzet...

Politique

La voiture d’Eric Alauzet, prise pour cible par un groupuscule anarchiste à Besançon

Le député La République en marche et candidat à l'élection municipale de Besançon Eric Alauzet, a été la cible d'un acte de vandalisme dans la nuit de vendredi 29 au samedi 30 mai 2020. De nombreuses réactions en soutien à l'élu ont été publiées sur les réseaux sociaux, notamment de la part de ses rivaux au second tour.

Le marcheur Collomb s’allie aux Républicains à Lyon : de quoi donner des idées à Besançon ?

Le maire de Lyon et ex-ministre de l'Intérieur décide de s'allier avec François-Noël Buffet, le candidat LR. Un retrait des élections métropolitaines de Lyon pour faire barrage aux écologistes.. En échange le LR Étienne Blanc, proche de Wauquiez, laisse la tête de liste à la mairie de Lyon à Yann Cucherat, protégé de Gérard Collomb. Une situation inédite en Macronie.

Le plan Ségur inclut « tout le monde », y compris les ambulanciers, selon Olivier Véran

"Tout le monde est inclus" dans le plan Ségur, y compris les ambulanciers, a assuré vendredi 29 mai 2020 le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, dans une réponse aux manifestations d'hospitaliers qui réclament depuis plusieurs semaines des hausses de salaires pour l'ensemble des quelque 100 professions du secteur.

« La Bourgogne-Franche-Comté repasse en vert, une décision majeure pour l’économie régionale » (M-G Dufay)

Le Premier ministre a annoncé que la région Bourgogne-Franche-Comté sera classée parmi les zones “vertes” à partir du 2 juin.  Pour la présidente du conseil régional, Marie-Guite Dufay, "il s’agit d’une décision d’une importance majeure pour le territoire. Le classement en zone rouge de la Bourgogne-Franche-Comté depuis le 7 mai constituait un véritable handicap pour l’économie régionale et l’attractivité du territoire. Selon les données publiées par Santé Publique France, le gouvernement n’avait d'autres choix que de lever ces conditions restrictives, au risque d’installer durablement la situation d’une France à deux vitesses."

Un groupe politique « Ensemble ! » s’invitera au conseil municipal de Besançon

Lors du prochain conseil municipal de Besançon qui se déroulera le 8 juin 2020, un nouveau groupe politique sera présent à la demande de quatre membres du conseil municipal. Il s'agira du groupe Ensemble !, le parti politique menée par Alexandra Cordier, candidate en lice lors du 1er tour de l'élection municipale bisontine ayant récolté moins de 4,75% des suffrages.

Isabelle Guillame, la première femme élue maire à Ornans

Le conseil municipal d’installation s’est tenu lundi 25 mai à 19h au Centre d'Animation et de Loisirs d'Ornans. Isabelle Guillame a été élue maire d’Ornans avec 22 votes pour, 3 votes nuls et 2 votes blancs. La première femme élue maire d’Ornans a exprimé lors de son allocution une ambition collective "innovante, ancrée dans le quotidien, imaginative, inventive, apte à répondre aux défis d’aujourd’hui et de demain [...]". Elle a également rappelé le rôle central de l’élu pour la vie locale et le bien-être des concitoyens.

Ludovic Fagaut : « Cette pandémie, inédite dans notre histoire moderne, implique inévitablement une remise en question de nos modèles »

Le Premier ministre a annoncé ce vendredi 22 mai la date du second tour des élections municipales fixée, pour le moment, le 28 juin. Nous avons demandé aux trois candidats en lice au second tour à Besançon leur opinion sur cette date, mais aussi ce qu'ils ont fait pendant le confinement en vue de l'élection. Après Anne Vignot et Eric Alauzet, voici les réponses de Ludovic Fagaut...
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.48
ciel dégagé
le 01/06 à 3h00
Vent
2.28 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
92 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune