Reprise des cultes : "Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état" selon l'Archevêque de Besançon

Publié le 27/11/2020 - 16:13
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:39

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

 ©
©

Communiqué/lettre :

"Chers amis,

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à trente personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Je comprends et partage les nombreuses réactions d’incompréhension et de consternation que suscite cette mesure.

Cette jauge arbitraire ne prend pas en compte le bon sens qui voudrait une juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l’église. Elle ne prend pas non plus en compte les efforts déployés par les catholiques pour lutter contre la pandémie. Dès que les mesures sanitaires ont été rendues obligatoires, nous les avons appliquées scrupuleusement.

Tout comme la Conférence des Evêques de France (CEF), nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état. Toutefois nous respecterons, au mieux, cette jauge qui nous est imposée en veillant, comme nous l’avons toujours fait, à ce que les règles sanitaires soient strictement observées. Dans notre diocèse, je souhaite que les célébrations eucharistiques paroissiales soient célébrées.

Cependant, notre rôle n’est pas de sélectionner les fidèles qui auront ou non le droit de participer aux offices ni de les compter à l’entrée des églises, où nous vous conseillons vivement d’indiquer clairement la jauge de trente personnes via un affichage bien visible.

Nous pouvons laisser ouvertes les portes de nos églises lors des célébrations. Chaque fidèle pourra lire la consigne imposée de participation aux célébrations (voir affiche jointe). Chacun assumera sa responsabilité.

J’ai écrit aux préfets du Doubs et de la Haute-Saône pour exprimer mon fort étonnement et mon incompréhension devant une telle décision prise sans concertation réelle.

Dans sa dernière lettre aux évêques de France, Mgr Eric de Moulins Beaufort nous informe qu’un recours en référé liberté sera déposé dès ce vendredi matin. D’autre part, un rendez-vous est prévu avec le premier ministre, ce dimanche, à 18 h, avec la présidence de la conférence des évêques, deux autres évêques et le secrétaire général de la CEF. Nous attendons de cette concertation une réelle prise en compte de la demande d’une jauge proportionnée à la taille des édifices.

Nous vivrons ce premier dimanche de l’Avent dans l’espérance de la venue du Sauveur. Nous nous tournons avec détermination vers Celui qui vient. Il est le salut pour toute l’humanité. Nous n’oublions pas tous ceux qui sont atteints par l’épidémie, tous ceux qui sont au service de la lutte contre ce virus et tous ceux qui nous permettent de vivre au mieux cette période bouleversée.

Chers amis, je vous assure de ma prière, de ma proximité et de mon soutien en ce temps d’épreuve. Bien fraternellement."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Rentrée 2021 et Covid-19 : le pass sanitaire sera-t-il obligatoire pour aller en classe ?

Seuls les collégiens et lycéens non vaccinés devront suivre les cours à distance si un cas de Covid-19 est détecté dans leur classe à partir de la rentrée, a annoncé ce mercredi 28 juillet Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale qui a précisé que les classes d’écoles primaires fermeraient, elles, dès le premier cas positif. Pour l'heure, aucune obligation vaccinale ou pass sanitaire n'a été décidée par le gouvernement.  

Une quatrième vague également en Bourgogne Franche-Comté ?

Avec un taux d'incidence de 30 cas pour 100.000 habitants (seuil d'alerte à 50) et un taux de positivité des tests à 1,4%, la Bourgogne Franche-Comté est, avec le Centre, la région où la circulation du virus est la moins rapide de France. Toutefois, la circulation du virus est particulièrement active chez les jeunes avec des  taux d'incidence de 105 pour les 20 à 29 ans et de 52 chez les 10 à 19 ans.

Religion

Épandage des pesticides près d’habitations : « le gouvernement obligé de revoir sa copie »

À la suite des recours déposés par 8 organisations, le Conseil d’État vient de rendre une décision majeure dans la lutte contre les pesticides, en annulant, car insuffisamment protectrices, plusieurs dispositions encadrant leur épandage près des habitations, se réjouit l'association de consommateurs l'UFC Que choisir.

Confinement et absence de quêtes : une perte de plusieurs milliers d’euros pour le Diocèse de Besançon

Fermées lors du premier confinement et une grande partie du second, les églises ont subi de lourdes pertes financières suite à l'absence de quêtes. En France, on estime à plus de 60 millions d'euros de préjudice cette année. Le Diocèse de Besançon, malgré plusieurs généreux donateurs, a lui aussi été impacté à hauteur de plusieurs milliers d'euros, explique Monseigneur Jean-Luc Bouilleret ce mardi 22 décembre.

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.03
nuageux
le 31/07 à 15h00
Vent
2.12 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
21 %

Sondage