Alerte Témoin

Sauvetage d'Alstom par l'Etat en achetant 15 rames de TGV : "Ce n'est pas l'Etat qui les achète pour jouer au petit train électrique"

Publié le 05/10/2016 - 10:38
Mis à jour le 05/10/2016 - 10:38

Le ministre de l'Economie et des Finances Michel Sapin a jugé "incongrue" mercredi 5 octobre 2016 la polémique sur l'importante commande publique de locomotives Alstom pour sauver le site du groupe à Belfort, assurant qu'il ne s'agissait pas pour l'Etat de "jouer au petit train électrique".

capture_decran_2013-08-20_a_11.03.33.png
©https://commons.wikimedia.org

"Le bon calcul, c'est celui que nous faisons. Le calcul qui est respectueux des finances publiques, c'est celui que nous faisons", a assuré M. Sapin sur Europe 1, jugeant "tout à fait incongrue" la polémique concernant l'achat par l'Etat de 15 TGV destinés à la ligne Bordeaux-Marseille.

L'achat de ces 15 rames à deux étages, conçues pour rouler à 320km/h, a suscité de nombreuses critiques, en raison de leur coût (proche de 30 millions d'euros), jugé disproportionné puisque les trains ne pourront de toutes façons pas excéder 200 km/h sur cette ligne, pour l'instant non adaptée à la très grande vitesse.

Il paraît "normal" que l'Etat achète ces rames en son nom propre

"De toutes façons, sur cette ligne entre Bordeaux et Marseille, il aurait fallu acheter des trains. Est-ce qu'il vaut mieux acheter un train cher
aujourd'hui qui sera dépassé dans cinq ou dix ans ou est-ce qu'il vaut mieux acheter dès maintenant le TGV qui roulera sur une ligne à grande vitesse dans dix ans ?", s'est défendu M. Sapin. Le ministre de l'Economie a par ailleurs jugé "normal" que l'Etat achète ces rames en son nom propre, quand bien même il ne fait pas rouler directement les trains. "Ce n'est pas l'Etat qui les achète pour jouer au petit train électrique. L'autorité organisatrice, c'est l'Etat. Et on met à disposition, en l'occurrence de la SNCF, les trains. Ce qui est normal, c'est comme ça qu'on fait", a-t-il dit.

L'annonce par le gouvernement et Alstom d'une pluie de commandes et d'investissements étalés sur quatre ans pour maintenir l'activité de l'usine de Belfort, un temps menacée, a été qualifiée de "bricolage" et de "rafistolage" par la droite et une partie de la gauche, en raison notamment de l'absence de recours à un appel d'offres.

Surveillé par la Commission européenne et les concurrents étrangers d'Alstom, l'exécutif a assuré mardi que ces commandes étaient néanmoins parfaitement légales.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

La SNCF confirme la commande de 15 TGV à Alstom

Le conseil d'administration de SNCF Mobilités a approuvé ce jeudi 23 février 2017  la commande au constructeur Alstom de 15 rames TGV, annoncée en octobre par le gouvernement pour sauver le site de Belfort, a indiqué la SNCF

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Economie

Franck Bertrand, nouveau directeur général du Crédit Agricole Franche-Comté

Il a traversé la France et a choisi la Franche-Comté de Brest à Besançon. Franck Bertrand, 58 ans, succède à Élisabeth Eychennes qui était à la tête de la banque coopérative depuis 10 ans. Le nouveau DG arrive dans un contexte de post-crise sanitaire et souhaite "donner du temps" aux entreprises...

Covid-19 : la Région Bourgogne Franche-Comté prépare un plan de relance de 400 millions d’euros

Les élus de Bourgogne Franche-Comté se sont réunis jeudi 25 et vendredi 26 juin 2020 en Assemblée plénière en mode restreint (53 élus sur 100 en présentiel). Parmi les sujets les plus importants abordés lors des débats, l'élaboration d'un plan de relance de 400 millions d'euros pour intervenir massivement en faveur de l'économie et de l'emploi.

150.000 Billets Doubs pour soutenir le tourisme local

La destination Doubs est une mosaïque de sites, de musées, d'activités de loisirs... fortement impactés par la crise sanitaire et ses conséquences. Afin d'en amoindrir les effets, le Département du Doubs, "conscient de cette richesse touristique et soucieux de la préserver », souhaite encourager les visiteurs comme les habitants à fréquenter massivement ces pépites réparties dans tout le territoire. Il a missionné Doubs Tourisme pour concevoir et mettre en œuvre les 150.000 Billets Doubs. Ils seront disponibles à partir du 1er juillet 2020.

Projet industriel de Général Electric : Marie-Guite Dufay salue une avancée positive, mais reste vigilante 

Après la tenue mardi du 4e comité paritaire de suivi des accords du 21 octobre 2019, la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté parle, après sept mois de négociations, d'une "avancée positive" pour la concrétisation d'un projet industriel. "Il faut maintenant que GE assume enfin ses responsabilités en passant de la parole aux actes" estime-t-elle. "La Région fera tout pour que GE Belfort devienne le centre mondial de la turbine à hydrogène afin d’ancrer cette énergie d’avenir sur son territoire..."

« J’veux du local », pour promouvoir l’alimentation de proximité en Bourgogne Franche-Comté

Le mardi 30 juin 2020, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche- Comté et Christian Decerle, président de la Chambre régionale d'agriculture de Bourgogne- Franche-Comté ont présenté la campagne de promotion des plateformes "J’veux du local" en faveur de l’alimentation de proximité.

Dette publique : la Cour des comptes ne préconise pas « l’austérité » mais un effort de « redressement »

La Cour des comptes ne préconise "en aucun cas l'austérité" pour apurer dans l'avenir la dette générée par la crise du Covid-19, a affirmé mardi 30 juin 2020 son nouveau premier président Pierre Moscovici, tout en appelant le gouvernement à redresser les finances publiques.

Visites gratuites et réductions : 150.000 billets Doubs cet été

Tourisme • Le comité départemental du tourisme du Doubs a présenté lundi 29 juin 2020 au Dino-zoo son plan de soutien au tourisme : 150.000 "billets Doubs" (gratuité ou réduction de 10 €) sur 45 sites emblématiques à destination des touristes et des habitants, une formule "Doubs séjour" à 40 € par personne et une offre "Doubs en groupe" pour séduire une nouvelle clientèle.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     16.53
    peu nuageux
    le 04/07 à 9h00
    Vent
    1.89 m/s
    Pression
    1022 hPa
    Humidité
    84 %

    Sondage