Alerte Témoin

Des médecins de Besançon pour la fin du fichage des gilets jaunes blessés

Publié le 10/05/2019 - 11:43
Mis à jour le 10/05/2019 - 12:06

Plus de cent médecins de France ont appelé ce mercredi 8 mai 2019 à l’arrêt des fichages des gilets jaunes aux urgences. Dont Thinès Laurent, neurochirurgien et professeur à Besançon, et Philippe Humbert, dermatologue. Ils répondent par une « désobéissance éthique » et demandent l’ouverture d’une enquête parlementaire…

gilet jaune
© Hélène Loget

« Nous refusons le fichage des "Gilets jaunes" blessés arrivant aux urgences » clament ces médecins travaillant aux six coins de l’hexagone dans une tribune de l'Express.

Une liste qui recense les gilets jaunes blessés

Selon eux, le dispositif SI-VIC, utilisé à l’origine pour les attentats, est "détourné par l'administration hospitalière et les agences régionales de santé."

Les autorités sanitaires "enjoignent médecins et équipes soignantes à rentrer dans cette base de données les patients "gilets jaunes", à saisir leurs identités et données médicales mais aussi tout élément d'identification physique pour remonter des informations aux différentes autorités. »

Et d’ajouter : « La tenue en temps réel, comme demandée par les autorités, permet une identification et une localisation précise des patients. »

Le secret professionnel remis en cause ?

Selon eux, ces pratiques sont « parfaitement anti déontologiques », d’autant plus qu’« aucune information n'est donnée aux patients sur ce fichage, aucun consentement n'est recueilli. »

Pour justifier cette position, les médecins mettent en avant leur attachement « viscéral » au secret professionnel ;  pour les gilets jaunes blessés, « de même que nous nous opposons à tout autre fichage des patients sans leur consentement, visant à une transmission des données en dehors de l'hôpital à des fins autres que médicales. »

Désobéissance éthique

Pour eux, « nous sommes face à l'institutionnalisation d'une dérive inacceptable: le fichage de patients à des fins possibles d'exploitations politiques ou judiciaires. Cette dérive constitue une faute pénalement répréhensible. »

Face à des « demandes illégales », ces médecins répondent donc par "un devoir de "désobéissance éthique". Nous refusons d'obéir à l'Administration."

Ils demandent enfin « l'ouverture d'une enquête parlementaire pour faire toute la lumière sur l'utilisation dévoyée du logiciel SI-VIC ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Les Gilets Jaunes de retour à Besançon

Ils sont toujours là et ils l'ont à nouveau chanté. Moins d'une semaine après le déconfinement, les Gilets Jaunes ont décidé de poursuivre leur mobilisation ce matin à Chalezeule et en début d'après-midi eu centre-ville de Besançon en soutien aux "premiers de corvée"

Entre 600 et 1.000 manifestants marchent pour le climat à Besançon. Des Gilets Jaunes aux Livres dans la Boucle

"appel à la mobilisation générale" • Entre 600 manifestants et 1.000 manifestants selon la CFDT étaient au rendre-vous de la marche d'Alternatiba ANV (action non violente) Cop 21 au départ du parc Micaud à Besançon. Direction la place Flore pour rejoindre les Gilets Jaunes avec un Die In (mourir sur place). La marche devrait rejoindre les Vaîtes vers 17h avec un village des alternatives en parallèle de la Guinguette des Vaîtes mais le rassemblement s'est scindé. Une centaine de gilets jaunes a décidé de se rendre au centre-ville pour rejoindre les "Livres dans le Boucle". La majorité des marcheurs climatique se sont dirigés en direction des Vaites.

Départ de la présidente de l’UCB : « Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre… »

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu'un bilan, c'est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

Société

Bilan de la délinquance en 2019 en France : une hausse des cambriolages en Bourgogne Franche-Comté

Le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) a publié mercredi 30 septembre 2020 sa 4e édition du bilan statistique "Insécurité et délinquance" pour l’année 2019, dans un contexte exceptionnel : la sortie prévue initialement le 31 mars 2020 en a été décalée suite à la crise sanitaire liée au Covid-19 alors que, de manière inédite, un tableau de bord hebdomadaire de la délinquance enregistrée par la police et la gendarmerie a été publié pendant la période du confinement.

Marche sur l’aéroport de Dole-Tavaux le 3 octobre pour « dénoncer les subventions massives accordées au secteur aérien »

Ce samedi 3 octobre, Alternatiba et ANV-COP21 invitent à marcher sur tous les aéroports français, "avec détermination et non-violence", pour "dénoncer les subventions massives accordées au secteur aérien et demander la reconversion de ces activités, en solidarité avec les salarié.es qui subissent une crise sociale due à des mauvais choix politiques." En Franche-comté, le rendez-vous est donné à 10 heures devant l'aéroport de Dole-Tavaux.

Les jeunes pointés du doigt dans l’épidémie de Covid : le message du préfet du Doubs

En septembre, mois de rentrée universitaire et du retour des soirées étudiantes, les jeunes ont été pointés du doigt et jugés comme co-responsables de l'augmentation de cas positifs à la Covid-19 à Besançon comme dans de nombreuses villes de France. Le préfet du Doubs Joël Mathurin a un message pour eux…

Elevages de visons interdits « sous cinq ans » : un élevage concerné en Franche-Comté

En plus de la prochaine interdiction de la présentation d'animaux sauvages dans les cirques, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé mardi 29 septembre la fin de l'élevage de visons pour la fourrure d'ici 2025. Des décisions très attendues depuis des décennies par tous les défenseurs des animaux. En Franche-Comté, un élevage en Haute-Saône est concerné.

Rassemblements amicaux et familiaux : les conseils du préfet du Doubs

COVID-19 • Depuis lundi 28 septembre 2020, les rassemblements privés de plus de 30 personnes sont interdits, ce qui n'empêche pas les petits repas en famille et les apéros entre amis qui peuvent eux aussi être des sources de propagation de la Covid-19. Entre "bulles sociales" et rencontres rares avec des personnes, le préfet du Doubs donne ses conseils. Il évoque également la présence des personnes fragiles en réunion familiale…

Sondage – Malgré l’épidémie de Covid-19 et les mesures sanitaires, allez-vous au cinéma, voir des spectacles et des concerts en Bourgogne Franche-Comté ?

Les cinémas, les théâtres et quelques salles de concerts sont ouverts au public en respectant des protocoles sanitaires strictes. Malgré tout cela, allez-vous au cinéma, voir des spectacles ou des concerts ? C'est notre sondage de la semaine.

Doubs : rassemblements de plus de 30 personnes interdits à partir de ce lundi

Suite aux annonces du ministre de la Santé Olivier Véran jeudi 24 septembre, le préfet du Doubs Joël Mathurin publie un nouveau décret ce lundi 28 septembre 2020 interdisant notamment les rassemblements de plus de 30 personnes dans le cercle privé. Le port du masque devient obligatoire dans les centres-ville de six communes supplémentaires du département.

Victime d'une cyber-attaque, Besançon appelle à la "vigilance"

Attention aux courriels d'hameçonnage ! •

Le 4 septembre dernier 2020, les infrastructures informatiques de Grand Besançon Métropole, de la Ville et du Centre Communal d’Action Sociale de Besançon, ont fait l’objet d’une cyber-attaque, qui a touché par ailleurs plusieurs collectivités et administrations en France. Une cyber-attaque qui a conduit la maire, Anne Vignot (EELV) à appeler à se montrer "particulièrement vigilant" concernant d'éventuels "mails piégés" envoyés par ces collectivités.

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.58
nuageux
le 01/10 à 3h00
Vent
1.05 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
92 %

Sondage