Une liste dissidente "En Marche" à Besançon ?

Publié le 04/09/2019 - 18:20
Mis à jour le 05/09/2019 - 10:20

Alexandra Cordier va-t-elle mener une liste dissidente face à Éric Alauzet, candidat officiellement investi par LREM le 10 juillet dernier pour l’élection municipale à Besançon ? La question est posée depuis le début de la semaine. La référente départementale « En Marche » dit actuellement ne pas être dans cet état d’esprit et espère qu’Éric Alauzet rassemblera « tous les marcheurs » bisontins.

Alexandra Cordier ©
Alexandra Cordier ©

Ce mercredi 4 septembre 2019  en début de soirée, Cédric Villani devrait se positionner pour les municipales à Paris et devenir candidat dissident face à Benjamin Grivaux, le candidat officiel LREM.

Cela pourrait-il donner des idées à d'autres candidats déçus de ne pas avoir investi par la CNI (commission nationale d'investiture) puis par le Bureau exécutif d'En Marche ? L'Opinion a été le premier à poser la question dimanche dans son article "La Macronie craint d'autres dissidences aux municipales"

Pour rappel, les candidats à l'investiture devaient s'engager dans une charte à soutenir celui qui a été investi officiellement par le mouvement du président Macron.

Mais dans plusieurs villes, les choses ne sont pas si simples. Selon l'Express, le risque de division est palpable à Nice, Lyon (Collomb vs  Kimelfed), Marseille et... Besançon. Soutenue pour l'investiture par le maire sortant LREM Jean-Louis Fousseret, Alexandra Cordier réfléchirait à une candidature. La référence LREM dans le Doubs serait portée par ce mystérieux sondage pour les municipales commandé après les Européennes par le mouvement où elle arriverait à 16 % derrière Eric Alauzet à 18 %. Anne Vignot (EELV) serait à 25% devant le candidat LR  à 20%.

"Je ne peux que déplorer de ne pas avoir été invitée au lancement de la campagne d'Éric Alauzet. Moi, comme d'autres marcheurs bisontins..."

Alexandra Cordier, référente départementale En Marche dans le Doubs 

Une candidature dissidente ? Vraiment ? "Je continue de croire à l'unité. L'étape d'après, c'est de réfléchir à une candidature. Cédric Villani va offrir cette option à beaucoup de marcheurs", a-t-elle déclaré à l'Opinion. 

Alexandra Cordier nous déclare pour l'heure ne pas être dans cet état d'esprit, mais estime qu'Éric Alauzet ne joue pas vraiment le jeu du rassemblement au sein d'"En Marche" et qu'il se coupe de tout un pan des marcheurs à Besançon. "Même s'il existe des désaccords, il ne fait pas oublier que Jean-Louis Fousseret et moi-même, nous nous sommes mouillés dès 2016 pour le mouvement d'Emmanuel Macron. Il faut qu'Éric Alauzet enterre la hache de guerre, que ses proches arrêtent leurs attaques sur les réseaux sociaux à mon égard..."

Rencontre avec Éric Alauzet

Une rencontre qualifiée de "constructive" entre des délégations d'Éric Alauzet et d'Alexandra Cordier s'est tenue samedi après-midi à Granvelle après la conférence de presse en fin de matinée du lancement de la campagne du candidat investi. Alexandra Cordier regrette de ne pas avoir été invitée, elle, comme d'autres marcheurs.

"Je ne peux que le déplorer. C'était un lancement de campagne. Je suis la référente En Marche dans le Doubs et il aurait été logique d'inviter par mon intermédiaire l'ensemble des 1.300 marcheurs de Besançon. Il ne l'a pas fait. J'espère que cela changera et que l'ensemble des marcheurs soit convié. En tant que référente du mouvement, j'appelle à l'unité et au rassemblement."

Et l'idée du téléphérique ?

La conseillère du maire souhaiterait en outre que les idées de son collectif "Besançon Métropole 2020"  soient entendues par Éric Alauzet, notamment sur St Jacques, le vélodrome et le téléphérique. Eric Alauzet dit rester ouvert à condition qu'elles soient "en cohérence" avec son futur programme. "Sur Saint-Jacques, j'ai déjà annoncé un certain nombre d'éléments (salle de musique ...) c'est un projet multifacettes de longue date qui est déjà dans les tuyaux. Sur le vélodrome, le projet est à l'étude à la communauté urbaine. Quant au téléphérique, 50 millions d'euros. À la fin ça se termine par le double, c'est ce qu'il se passe à Toulouse en ce moment. On a tant et tant à faire sur les transports - le développement du tram, améliorer la circulation - qu'il faut faire des choix".

Rappel

  • Le 10 juillet 2019, la commission nationale d'investiture a désigné à l'unanimité Eric Alauzet pour représenter En Marche pour les municipales à Besançon. Mais lors du bureau exécutif, le cas de la ville de Besançon avait fait débat.
  • Marlène Shiappa, la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, était montée au créneau pour soutenir la candidate de 36 ans sur le thème de la parité et du renouvellement.
  • En bureau exécutif, Éric Alauzet avait finalement obtenu 11 voix contre 8 pour Alexandra Cordier. Cette dernière était soutenue par le maire sortant Jean-Louis Fousseret. 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach « inéligible » pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L’heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : “Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition”

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l’élection municipale. Dans un style bien à elle, s’éloignant volontairement des clichés traditionnels des « hommes politiques », elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d’une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L’abstention frôle les 61 %
 

Politique

Écologie, nucléaire, guerre en Ukraine, avenir de l’Europe… : un débat qui n’a pas fait de vague à Besançon

EUROPÉENNES 2024 • Un débat s’est tenu lundi 27 mai 2024 à la salle Jean Zay à Besançon réunissant 10 candidats aux élections européennes ou représentants de listes et de partis politiques. Une idée portée par Jean-Philippe Allenbach, membre du parti fédéraliste, présidée par Jean-Marie Girerd, président du mouvement européen France - Franche-Comté.

Européennes 2024 : salle comble pour le retour de Jean-Luc Mélenchon à Besançon

Devant près d’un millier de personnes réunies lundi 27 mai 2024 au grand Kursaal de Besançon, l’ancien député de La France insoumise est venu soutenir la Bisontine Séverine Vézies, 13e sur la liste de Manon Aubry pour les prochaines élections européennes du 9 juin. 

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Européennes 2024 : Territoires de progrès appelle à voter pour la liste Besoin d’Europe

Dans un communiqué du mois de mai 2024, Jean-Jacques Bougault, délégué régional de Territoires de Progrès, appelle "sans restriction" à voter pour Besoin d'Europe, liste commune Renaissance, Modem, Horizons, Parti Radical et UDI, conduite par Valérie Hayer et comptant notamment le député européen terriforatain, Christophe Grudler.

Audiovisuel public en grève : la maire de Besançon soutient les grévistes

Dans un communiqué du vendredi 24 mai 2024, alors que le projet de loi sur la fusion des médias audiovisuels du service public devait être examiné l’Assemblée nationale jeudi, ce qui a été reporté, la maire de Besançon Anne Vignot exprime son soutien au mouvement de grève et appelle les député(e)s à voter contre cette réforme.

Européennes : Jacques Ricciardetti, candidat sur la liste de Jordan Bardella 

Jacques Ricciardetti, délégué départemental du Rassemblement National du Doubs et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté est officiellement candidat en 51e position sur la liste du Rassemblement National menée par Jordan Bardella pour les élections européennes du 9 juin 2024.

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

La ministre Fadila Khattabi se rendra au Breuil et à Chalon-sur-Saône ce vendredi 17 mai

Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et des personnes handicapées, sera, ce vendredi 17 mai 2024, en visite en Saône-et-Loire, pour visiter l’ESAT du Breuil, faire une déambulation dans le centre-ville de Chalon-sur-Saône, participer à une table ronde sur le Fonds territorial d’accessibilité et assister à un match de playoff de basket fauteuil.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.8
couvert
le 29/05 à 0h00
Vent
0.82 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
89 %