Vaccin : le quart d'heure d'attente après le rappel n'est plus obligatoire

Publié le 06/01/2022 - 17:47
Mis à jour le 06/01/2022 - 17:47

Les personnes qui font leur dose de rappel de vaccin anti-Covid ne sont désormais plus obligées d’attendre sur place un quart d’heure après leur injection si les précédentes se sont passées sans problème, a indiqué ce jeudi 6 janvier 2022 le ministère de la Santé.

La suppression de ce délai de surveillance systématique "va permettre de fluidifier l'organisation des centres de vaccination dans le cadre de la campagne de rappels", a estimé le ministère de la Santé dans une note envoyée aux professionnels.

Ce délai de sécurité est appliqué dès les premières doses: la personne doit rester sur place 15 minutes, pour pouvoir recevoir une assistance médicale au cas où un problème surviendrait (de type allergique, par exemple).

Mais "si ça s'est bien passé" lors des premières injections, "il n'y a pas de raison de maintenir" ce délai lors du rappel, a-t-on commenté au ministère. "Le risque que les personnes n'ayant pas fait de réaction allergique lors de leur primo-vaccination en fassent lors de leur dose de rappel est extrêmement faible", fait valoir la Direction générale de la santé (DGS), qui dépend du ministère, dans la note envoyée aux professionnels.

En revanche, ce délai est maintenu pour les deux premières doses.

Lors du rappel, il est également maintenu pour certaines personnes. Parmi elles, celles qui avaient d'abord été vaccinées avec un vaccin autre que Pfizer ou Moderna, celles qui ont "un terrain allergique connu" ou "un risque accru de faire un choc anaphylactique", les femmes enceintes, les "personnes fragilisées par des maladies chroniques ayant des difficultés éventuelles de mobilité" ou encore celles qui présentent "une anxiété à la vaccination".

Jusqu'à présent, aucun "cas concernant des effets indésirables graves" n'a jamais été signalé aux autorités sanitaires "dans la période de surveillance de 15 minutes post-vaccination", selon la note de la DGS.

Par ailleurs, le ministère a modifié le délai entre les deux premières injections du vaccin pour les enfants. Si l'intervalle de 21 jours reste "optimal", il est désormais possible de prendre rendez-vous "de 18 à 24 jours entre la première et la deuxième dose".

Il s'agit là de "faciliter l'organisation pratique de la vaccination pédiatrique et notamment la prise de rendez-vous", selon la note de la DGS.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : baisse des contaminations et des hospitalisations en Franche-Comté

DERNIERS CHIFFRES • Selon les chiffres officiels de Santé publique France arrêtés le 28 avril, le nombre de contaminations à la Covid-19 continue légèrement de baisser, mais il reste très élevé et dépasse encore le seul d’alerte. En Bourgogne Franche-Comté, le nombre de hospitalisations et de réanimations a légèrement augmenté en une semaine : 1.125 personnes hospitalisées, 71 en réanimation.

Covid-19 : les hospitalisations et réanimations en légère hausse en Bourgogne Franche-Comté

DERNIERS CHIFFRES • Selon les chiffres officiels de Santé publique France arrêtés le 28 avril, le nombre de contaminations à la Covid-19 continue légèrement de baisser, mais il reste très élevé et dépasse encore le seul d’alerte. En Bourgogne Franche-Comté, le nombre de hospitalisations et de réanimations a légèrement augmenté en une semaine : 1.125 personnes hospitalisées, 71 en réanimation.

Santé

Explosion du nombre de demandes d’AMP : appel aux dons de spermatozoïdes et d’ovocytes en Franche-Comté

APPEL AUX DONS • Jusqu’au 30 juin, une grande campagne de sensibilisation au don de gamètes se déroule partout en France pour encourager la population à donner ses spermatozoïdes et ses ovocytes afin de répondre à une demande plus forte que jamais suite à la loi bioéthique votée en août 2021 pour l’assistance médicale à la procréation (AMP). Dr Oxana Blagosklonov, responsable du centre d’études et de conservation des oeufs et du sperme (CECOS) au CHU de Besançon nous en parle…

Allaitement : cachez ce sein ?

Le 2 juin dernier, une jeune maman qui voulait allaiter son enfant alors qu'elle se trouvait au musée du Louvres à Paris n'a pas été autorisée à le faire. Un agente de sécurité lui a indique que cela n'était "pas permis". Notre diéteticienne Chloé Vuillemin se penche sur cette question de l'allaitement en public, le fonctionnement de l'allaitement et ses bienfaits nutritionnels.

Avez-vous la solaire attitude ?

Le vendredi 17 juin 2022 a débuté à l’école primaire Jean Macé de Besançon, une campagne de prévention aux risques solaires. C’est une campagne mise en place depuis 2016 par la Ville de Besançon, associée à l’Asfoder, l’Association des Dermatologues de Franche-Comté. 

Journée nationale de réflexion sur le don d’organes : le CHU de Besançon veut libérer la parole…

A l’occasion de la journée nationale de réflexion sur le don d'organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs, qui a lieu chaque année le 22 juin, le CHU de Besançon met en lumière des témoignages vidéos de proches de donneurs et de receveurs, et rappelle ainsi l’importance de parler du don d’organes autour de soi.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.81
nuageux
le 28/06 à 21h00
Vent
1.06 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
41 %

Sondage