Vaccin : le quart d'heure d'attente après le rappel n'est plus obligatoire

Publié le 06/01/2022 - 17:47
Mis à jour le 06/01/2022 - 17:47

Les personnes qui font leur dose de rappel de vaccin anti-Covid ne sont désormais plus obligées d’attendre sur place un quart d’heure après leur injection si les précédentes se sont passées sans problème, a indiqué ce jeudi 6 janvier 2022 le ministère de la Santé.

La suppression de ce délai de surveillance systématique "va permettre de fluidifier l'organisation des centres de vaccination dans le cadre de la campagne de rappels", a estimé le ministère de la Santé dans une note envoyée aux professionnels.

Ce délai de sécurité est appliqué dès les premières doses: la personne doit rester sur place 15 minutes, pour pouvoir recevoir une assistance médicale au cas où un problème surviendrait (de type allergique, par exemple).

Mais "si ça s'est bien passé" lors des premières injections, "il n'y a pas de raison de maintenir" ce délai lors du rappel, a-t-on commenté au ministère. "Le risque que les personnes n'ayant pas fait de réaction allergique lors de leur primo-vaccination en fassent lors de leur dose de rappel est extrêmement faible", fait valoir la Direction générale de la santé (DGS), qui dépend du ministère, dans la note envoyée aux professionnels.

En revanche, ce délai est maintenu pour les deux premières doses.

Lors du rappel, il est également maintenu pour certaines personnes. Parmi elles, celles qui avaient d'abord été vaccinées avec un vaccin autre que Pfizer ou Moderna, celles qui ont "un terrain allergique connu" ou "un risque accru de faire un choc anaphylactique", les femmes enceintes, les "personnes fragilisées par des maladies chroniques ayant des difficultés éventuelles de mobilité" ou encore celles qui présentent "une anxiété à la vaccination".

Jusqu'à présent, aucun "cas concernant des effets indésirables graves" n'a jamais été signalé aux autorités sanitaires "dans la période de surveillance de 15 minutes post-vaccination", selon la note de la DGS.

Par ailleurs, le ministère a modifié le délai entre les deux premières injections du vaccin pour les enfants. Si l'intervalle de 21 jours reste "optimal", il est désormais possible de prendre rendez-vous "de 18 à 24 jours entre la première et la deuxième dose".

Il s'agit là de "faciliter l'organisation pratique de la vaccination pédiatrique et notamment la prise de rendez-vous", selon la note de la DGS.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

CHU : un site internet dédié aux futurs internes pour les convaincre de choisir Besançon

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.76
légère pluie
le 18/05 à 15h00
Vent
1.99 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
75 %