Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Le curé acquitté du viol d'une paroissienne ne sera pas rejugé

Tribunal de lons-le-Saunier (39) ©LG - cliquez sur l'image pour agrandir

L'ancien curé de Moirans-en-Montagne, acquitté fin février par la cour d'assises du Jura du viol d'une paroissienne, ne retournera pas devant la justice, a-t-on appris mardi auprès du parquet qui a décidé de ne pas faire appel.

Publicité

Au terme des 10 jours de délai légal, le parquet n'a pas fait appel de l'arrêt rendu le 27 février en faveur du père Daniel Lagnien, après deux jours de procès à huis clos. Le prêtre de 69 ans était accusé de viol et d'agressions sexuelles à l'encontre d'une paroissienne de 39 ans, qui souffre de troubles psychologiques et de problèmes physiques.

« Compliqué d’envisager un nouveau procès »

 "La question n'est pas de croire ou pas la plaignante, mais c'est difficile de démontrer la culpabilité" du prêtre dans un "dossier qui met en jeu des personnes et des personnalités", a indiqué la procureure de Lons-le-Saunier, Virginie Deneux.

"La plaignante, qui est d'une extrême fragilité, n'a pas les moyens de répondre de manière pertinente aux questions des jurés" et "le premier procès a été une épreuve qui n'a pas aboutie, c'était compliqué d'envisager un nouveau procès", a ajouté la magistrate.

En juin 2010, lors d'un pèlerinage en Isère, le père Daniel Lagnien avait fait des avances appuyées à cette femme dont la vie était centrée sur la religion. Quelques jours plus tard, la paroissienne s'était rendue au domicile du prêtre à Moirans-en-Montagne et ils avaient eu une relation sexuelle qu'elle a toujours qualifiée de viol.

Randall Schwerdorffer, : «  C’est l’accusation qui est fragile… » 

Le prêtre avait reconnu le viol lors de sa garde à vue, avant d'affirmer que sa paroissienne était consentante, une version qu'il a maintenue lors de son procès. Pour Me Randall Schwerdorffer, avocat du père Lagnien, "c'est l'accusation qui est fragile" . "Il est logique que le parquet ne fasse pas appel après une audience où un doute important a été levé", estime-t-il.

"La culpabilité paraissait évidente à la lecture du dossier, mais l'examen oral précis et soumis au contre-interrogatoire a fait tomber les évidences", souligne l’avocat. Lors du procès, l'avocat général avait requis cinq ans de prison, dont trois avec sursis, à l'encontre du prêtre, estimant que la culpabilité ne faisait "pas de doute", et que la victime n'était "pas consentante".

(source : AFP)

Damien

Votre météo avec

Evénements de lons-le-saunier