En visite en Franche-Comté, Mélenchon appelle à lutter contre la "servitude"

Publié le 04/02/2017 - 17:03
Mis à jour le 05/02/2017 - 10:55

Jean-Luc Mélenchon, candidat de la gauche de la gauche à la présidentielle, a appelé ce samedi 4 février 2017 à un « devoir d’insoumission » contre la « servitude » et les « privilèges », en visitant en Haute-Saône la Maison de la négritude et des droits de l’Homme de Champagney consacré à l’esclavage des Noirs.

Le souvenir de la traite négrière "nous rappelle notre devoir à nous d'insoumission contre les servitudes de notre temps, même si on ne peut pas comparer le crime de l'esclavage à d'autres servitudes", a déclaré M. Mélenchon, qui s'exprimait à la Maison de la négritude et des droits de l'Homme de Champagney. 

Mélenchon : "il reste quand même entre 200 et 250 millions d'esclaves dans le monde"

  • En mars 1789, à l'aube de la Révolution française, les habitants de ce petit village de Haute-Sâone s'étaient singularisés en réclamant à travers leurs "doléances" l'abolition de l'esclavage imposé à leurs "semblables", les Noirs des colonies.

 Aujourd'hui, "il reste quand même entre 200 et 250 millions d'esclaves dans le monde", a déploré M. Mélenchon, dans une déclaration aux journalistes après sa visite du musée, organisée le jour anniversaire de la première abolition de l'esclavage en France, le 4 février 1794.

"Et dans notre pays, nous avons des gens que nous chassons de tous droits sociaux et de tous droits civiques, je pense en particulier aux 145.000 personnes qui n'ont pas de toit, des SDF qui n'existent plus, dans aucun registre", a-t-il fustigé.

Le candidat de la "France insoumise" a également tiré un parallèle entre l'époque contemporaine et celle de la traite négrière, en soulignant que l'esclavagisme, "c'était une mondialisation, le pétrole de l'époque c'était le sucre et un commerce était organisé sur trois continents, et il y avait cette masse immense de souffrance et de servitude".

 Au XVIIIe siècle aussi, "l'accumulation du capital se faisait par quelques personnes" et "des traités inégaux opprimaient une partie du monde sous la coupe de l'autre", a développé M. Mélenchon, pour qui la société d'aujourd'hui se caractérise par une "volonté de se procurer du travail pour pas cher, tellement peu cher qu'on ne le paie plus".

"Le capital est baigné du sang des gens qui ont sué pour le produire et le voir s'accumuler à un endroit", a encore dit le candidat, soulignant que "rien n'est jamais acquis contre les privilèges que par la lutte". 

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

présidentielle 2017

Présidentielle : B. Romagnan salue la victoire de Macron même si elle “ne partage pas ses propositions”

La députée PS,  qui se représente aux prochaines élections législatives dans la première circonscription du Doubs,  salue la victoire d’Emmanuel Macron sur le Front National. Mais pour Barbara Romagnan, la progression du FN, le taux d’abstentions, le nombre de votes blancs et nuls, sont autant d’indicateurs d’une perte de confiance. « C’est en effet, une partie des laissés-pour-compte qui s’est exprimée par ce vote » précise-t-elle dans un communiqué. 

Présidentielle 2017 : la réaction de Jean-Louis Fousseret

A Besançon Emmanuel Macron arrive avec 77,81% des suffrages soit 33.348 voix. Une satisfaction pour Jean-Louis Fousseret. Le maire de Besançon est parti à Paris en fin de journée ce dimanche 7 mai 2017 pour fêter la victoire du « premier président de la Ve République issu d’un mouvement citoyen…« . Au lendemain de l’élection, Jean-Louis Fousseret revient sur une page de l’histoire qui se tourne.  

Présidentielle 2017 : la réaction de Sophie Montel (FN)

La députée européenne et conseillère régionale Sophie Montel se dit satisfaite de voir les scores du FN continuer à augmenter « élection après élection » notamment en Bourgogne Franche-Comté. « Le front républicain est mort (…) les gens vont nous rejoindre » a-t-elle déclaré.

Politique

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.1
légère pluie
le 16/06 à 18h00
Vent
2.16 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
64 %