Affaire Dieterich : le suspect confondu grâce à un témoignage décisif après 21 ans d’enquête

Publié le 18/12/2015 - 15:52
Mis à jour le 15/04/2019 - 12:02

Un suspect mis en examen cette semaine pour le meurtre d'un ami en 1994 à Belfort, resté non élucidé pendant 21 ans, a été confondu grâce au témoignage décisif d'un homme à qui il avait proposé de l'argent pour "tuer quelqu'un", a expliqué ce vendredi 18 décembre 2015 la procureur de Montbéliard, Carine Greff.

6352583825_2de3dff042_o.jpg
image d'illustration © West Midlands Police (Attribution-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-SA 2.0))
PUBLICITÉ

10 coups de couteau pour une relation « houleuse »

Le mis en examen, qui avait 25 ans au moment des faits et en a 46 ans aujourd’hui, a avoué en garde à vue avoir tué Stéphane Dieterich – alors âgé de 24 ans – de dix coups de couteau, car leur relation homosexuelle « passionnelle » était « houleuse » et qu’il ne la « supportait plus« , a précisé la magistrate lors d’une conférence de presse.

Déjà soupçonné en 1994

A l’époque, Christophe Blind avait été soupçonné et placé en garde à vue par les enquêteurs, qui n’avaient finalement retenu aucun élément contre lui. Il y a deux ans, il a cependant été mis en cause par un témoin qui s’est souvenu de lui après avoir lu un tract diffusé par la famille de la victime pour tenter de relancer l’enquête.

A l’époque du meurtre, le suspect était surveillant dans un lycée, et le témoin, qui était alors un « petit caïd« , élève mineur dans cet établissement, affirme que le « pion » lui aurait proposé de « tuer un homme » pour de l’argent, a raconté Mme Greff.

Un acte prémédité ?

Forte de ce témoignage qui a relancé l’enquête, la police a procédé à de nombreux recoupements et vérifications et à une « centaine de nouvelles auditions pendant deux ans« . Elle a finalement convoqué le suspect qui, au bout de quelques heures de garde à vue, est passé aux aveux : il a reconnu avoir acheté un couteau – élément supplémentaire qui lui vaut d’être poursuivi pour « assassinat » -, puis être passé chercher son ami chez lui, avant de le tuer et d’abandonner son corps dans un bois.

Dans cette affaire non élucidée, la juge d’instruction de Belfort, Christine Schlumberger, avait lancé en 1995 un appel lors de l’émission télévisée « Témoin No. 1 » sur TF1. Mais en vain : faute d’avoir pu identifier l’auteur ou le mobile du crime, elle avait rendu en 2001 un non-lieu, décision confirmée l’année suivante par la cour d’appel de Besançon. La famille de la victime, soutenue par plusieurs associations, avait maintenu pendant des années ses efforts pour éviter que l’affaire ne soit prescrite.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.57
ciel dégagé
le 22/05 à 18h00
Vent
2.83 m/s
Pression
1019.37 hPa
Humidité
78 %

Sondage