Affaire Dieterich : le suspect confondu grâce à un témoignage décisif après 21 ans d'enquête

Publié le 18/12/2015 - 15:52
Mis à jour le 15/04/2019 - 12:02

Un suspect mis en examen cette semaine pour le meurtre d'un ami en 1994 à Belfort, resté non élucidé pendant 21 ans, a été confondu grâce au témoignage décisif d'un homme à qui il avait proposé de l'argent pour "tuer quelqu'un", a expliqué ce vendredi 18 décembre 2015 la procureur de Montbéliard, Carine Greff.

6352583825_2de3dff042_o.jpg
image d'illustration © West Midlands Police (Attribution-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-SA 2.0))
PUBLICITÉ

10 coups de couteau pour une relation « houleuse »

Le mis en examen, qui avait 25 ans au moment des faits et en a 46 ans aujourd’hui, a avoué en garde à vue avoir tué Stéphane Dieterich – alors âgé de 24 ans – de dix coups de couteau, car leur relation homosexuelle « passionnelle » était « houleuse » et qu’il ne la « supportait plus« , a précisé la magistrate lors d’une conférence de presse.

Déjà soupçonné en 1994

A l’époque, Christophe Blind avait été soupçonné et placé en garde à vue par les enquêteurs, qui n’avaient finalement retenu aucun élément contre lui. Il y a deux ans, il a cependant été mis en cause par un témoin qui s’est souvenu de lui après avoir lu un tract diffusé par la famille de la victime pour tenter de relancer l’enquête.

A l’époque du meurtre, le suspect était surveillant dans un lycée, et le témoin, qui était alors un « petit caïd« , élève mineur dans cet établissement, affirme que le « pion » lui aurait proposé de « tuer un homme » pour de l’argent, a raconté Mme Greff.

Un acte prémédité ?

Forte de ce témoignage qui a relancé l’enquête, la police a procédé à de nombreux recoupements et vérifications et à une « centaine de nouvelles auditions pendant deux ans« . Elle a finalement convoqué le suspect qui, au bout de quelques heures de garde à vue, est passé aux aveux : il a reconnu avoir acheté un couteau – élément supplémentaire qui lui vaut d’être poursuivi pour « assassinat » -, puis être passé chercher son ami chez lui, avant de le tuer et d’abandonner son corps dans un bois.

Dans cette affaire non élucidée, la juge d’instruction de Belfort, Christine Schlumberger, avait lancé en 1995 un appel lors de l’émission télévisée « Témoin No. 1 » sur TF1. Mais en vain : faute d’avoir pu identifier l’auteur ou le mobile du crime, elle avait rendu en 2001 un non-lieu, décision confirmée l’année suivante par la cour d’appel de Besançon. La famille de la victime, soutenue par plusieurs associations, avait maintenu pendant des années ses efforts pour éviter que l’affaire ne soit prescrite.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.48
ciel dégagé
le 16/10 à 9h00
Vent
2.711 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
74 %

Sondage