Affaire Narumi : le Chilien Nicolas Zepeda jugé en 2022 devant les assises

Publié le 08/06/2021 - 12:04
Mis à jour le 08/06/2021 - 12:04

Le Chilien Nicolas Zepeda, soupçonné d'avoir assassiné en 2016 à Besançon Narumi Kurosaki, une étudiante japonaise de 21 ans dont le corps n'a jamais été retrouvé, sera jugé devant la cour d'assises du Doubs "au 1er semestre 2022", a indiqué mardi le procureur.

 © DR
© DR

Le jeune homme de 29 ans, qui a toujours clamé son innocence dans la disparition de son ancienne petite amie, avait contesté son renvoi devant la cour d'assises devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Besançon, le jugeant "injustifié". Mais la chambre de l'instruction avait confirmé en mai sa mise en accusation pour assassinat.

"M. Zepeda n'a pas formé de pourvoi en cassation. L'arrêt de renvoi devant la cour d'assises est aujourd'hui (mardi) définitif", il sera "jugé devant la cour d'assises du Doubs au 1er semestre 2022", a précisé le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux. L'accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Rappel des faits

Issue d'une famille japonaise modeste, Narumi Kurosaki a disparu en décembre 2016, alors qu'elle faisait une année d'études à Besançon. Nicolas Zepeda, son ancien petit ami qu'elle avait rencontré en 2014 au Japon, a reconnu avoir passé une partie de la nuit du 4 au 5 décembre 2016 avec elle dans la chambre du campus de Besançon où elle résidait, mais affirme avoir quitté la jeune femme qui était alors selon lui en parfaite santé.

Cette nuit-là, plusieurs étudiants avaient entendu "des hurlements de terreur, des cris" mais personne n'avait prévenu la police. Malgré d'importantes recherches, son corps n'a jamais été retrouvé.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Affaire Narumi : l’instruction sur le point d’être clôturée

Le dossier d'instruction de l'assassinat de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, en 2016 à Besançon, dont l'ancien petit ami chilien Nicolas Zepeda est l'unique suspect, a été transmis au procureur de Besançon en vue de la clôture de l'information judiciaire, a-t-on appris jeudi 7 janvier 2021. Le procès devra se tenir dans un délai d'un an.

Justice

Belfort : prison avec sursis requise contre un policier accusé d’avoir tracé une croix gammée sur un toit

Le procureur de Belfort a requis mercredi 16 juin 2021 huit mois d'emprisonnement avec sursis à l'encontre d'un policier, poursuivi pour avoir représenté une large croix gammée avec des tuiles blanches sur le toit du garage de son père à Evette-Salbert, dans le Territoire de Belfort.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.72
légère pluie
le 22/06 à 18h00
Vent
0.99 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
34 %

Sondage