Affaire Narumi : le Chilien Nicolas Zepeda jugé en 2022 devant les assises

Publié le 08/06/2021 - 12:04
Mis à jour le 08/06/2021 - 12:04

Le Chilien Nicolas Zepeda, soupçonné d’avoir assassiné en 2016 à Besançon Narumi Kurosaki, une étudiante japonaise de 21 ans dont le corps n’a jamais été retrouvé, sera jugé devant la cour d’assises du Doubs « au 1er semestre 2022 », a indiqué mardi le procureur.

 © DR
© DR

Le jeune homme de 29 ans, qui a toujours clamé son innocence dans la disparition de son ancienne petite amie, avait contesté son renvoi devant la cour d'assises devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Besançon, le jugeant "injustifié". Mais la chambre de l'instruction avait confirmé en mai sa mise en accusation pour assassinat.

"M. Zepeda n'a pas formé de pourvoi en cassation. L'arrêt de renvoi devant la cour d'assises est aujourd'hui (mardi) définitif", il sera "jugé devant la cour d'assises du Doubs au 1er semestre 2022", a précisé le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux. L'accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Rappel des faits

Issue d'une famille japonaise modeste, Narumi Kurosaki a disparu en décembre 2016, alors qu'elle faisait une année d'études à Besançon. Nicolas Zepeda, son ancien petit ami qu'elle avait rencontré en 2014 au Japon, a reconnu avoir passé une partie de la nuit du 4 au 5 décembre 2016 avec elle dans la chambre du campus de Besançon où elle résidait, mais affirme avoir quitté la jeune femme qui était alors selon lui en parfaite santé.

Cette nuit-là, plusieurs étudiants avaient entendu "des hurlements de terreur, des cris" mais personne n'avait prévenu la police. Malgré d'importantes recherches, son corps n'a jamais été retrouvé.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

La réclusion à perpétuité requise contre Nicolas Zepeda pour l’assassinat de Narumi Kurosaki

L’avocat général Etienne Manteaux a requis lundi devant la cour d’assises du Doubs la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Nicolas Zepeda, jugé pour l’assassinat en 2016 de Narumi Kurosaki, son ancienne petite amie japonaise dont le corps n’a jamais été retrouvé.

"Vous lui avez fait quoi à Narumi ?": Nicolas Zepeda nie et nie encore

Malgré les cris d’épouvante, les images d’un rôdeur qui lui ressemble et sa jalousie maladive, Nicolas Zepeda a continué mardi, au sixième jour de son procès, de nier avoir assassiné son ex-petite amie japonaise Narumi Kurosaki à Besançon en  décembre 2016. La journée de mercredi sera consacrée à l’audition des parties civiles.

Justice

Le Tribunal administratif de Besançon a fait sa rentrée

Le président du Tribunal administratif de Besançon Thierry Trottin a présenté l’audience solennelle de rentrée de la juridiction ce vendredi 16 septembre en fin de matinée. Devant des élus, des magistrats du tribunal et du barreau de Besançon, le président a fait un bilan de ces deux dernières années et présenté les nouveautés.

Importation de véhicules et fraude fiscale : préfecture, douanes et tribunal vont coopérer

Afin de pouvoir lutter plus efficacement contre la fraude fiscale liée à l'importation de véhicules hors Union Européene, le préfet du Doubs, le directeur régional des douanes et des droits indirects de Besançon et le procureur de la République de Besançon ont signé un nouveau protocole de coopération ce lundi 12 septembre.

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.73
légère pluie
le 27/09 à 12h00
Vent
6.17 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
86 %

Sondage