Alain Chrétien intègre la commission nationale d'investiture "En Marche" pour les municipales

Publié le 06/06/2019 - 10:22
Mis à jour le 06/06/2019 - 10:22

Le maire de Vesoul - ex Les Républicains et aujourd'hui membre d'Agir, la droite constructive - fait partie des 16 membres de la CNI en charge d'investir les candidats officiels LaREM pour les municipales de mars 2020.

© a chétien fbk ©
© a chétien fbk ©

Les premières vagues d'investiture "En Marche" pour les municipales seront dévoilées à partir du 16 juin pour les grandes villes (Toulouse, Paris, Rennes, Lyon, Bordeaux...) et vraisemblablement jusque début juillet. Cette commission nationale d'investiture est co présidée par Marie Guévenoux, députée de la 9ème circonscription de l’Essonne et le sénateur Alain Richard (ex PS), tous deux membres du Bureau exécutif de LaREM.

14 autres membres font partie de la CNI En Marche. Parmi eux, on retrouve Alain Chrétien. Maire de Vesoul depuis 2012 et président de Association des Maires de France de Haute-Saône depuis 2014. Ancien membre des Républicain, il a notamment pris part en novembre 2017 à la création d'Agir, la droite constructive. C'est d'ailleurs à ce titre qu'il intègre cette commission amenée à "poursuivre et élargir le rassemblement des partenaires politiques initié lors des élections européennes avec la liste Renaissance qui réunissait, aux côtés de LaREM, le MoDem, Agir et le Mouvement radical".

La CNI proposera au Bureau exécutif de LaREM, des investitures des têtes de liste LaREM ou des soutiens de têtes de liste partenaires, dans chaque commune. Pour les villes de moins de 9.000 habitants, elle sera appuyée au niveau de chaque département avec des commissions départementales d’investitures (CDI) qui formuleront des recommandations.

Six critères

"Nous donnerons toujours la priorité au projet, fidèles à nos valeurs et à nos pratiques, et au renouvellement des visages" indique Stanislas Guerini, Délégué général de La République En Marche. "C’est une nouvelle étape dans l’implantation territoriale de notre Mouvement, pour porter dans le quotidien des Français notre projet de transformation du pays.

  • Les candidats et candidates à l’investiture devront réaliser et présenter une note de projet détaillant leur vision et leur équipe ainsi qu’une note de stratégie politique à la CNI. Les projets seront étudiés autour de six critères : 
  • probité et éthique, cohérence avec les valeurs et les positions du mouvement ;
  • ambition du projet pour la commune et sa faisabilité
  • capacité de rassemblement ;
  • connaissance du territoire communal et sa prise en compte du fait intercommunal ;
  • implantation locale ;
  • capacité à faire le meilleur résultat

Quel candidat "En Marche" pour les municipales à Besançon ?

Eric Alauzet est dans les startings-blocks depuis l'annonce de sa candidature le 6 décembre 2018. Le député du Doubs n'imagine pas ne pas avoir l'investiture du mouvement. Il a notamment reçu le soutien de 9 des 13 conseillers du groupe En Marche au conseil municipal.

Mais un autre projet sera déposé mi-juin auprès de la CNI, celui du collectif "Besançon Métropole 2020" porté par Alexandra Cordier, conseillère au cabinet du maire marcheur de la première heure, Jean-Louis Fousseret qui la soutient. Elle est également aujourd'hui la référente départementale d'en Marche dans le Doubs.

Qui du projet d'Éric Alauzet ou celui de Besançon Métropole 2020 aura les faveurs de la commission nationale d'investiture ? La réponse devrait tomber fin juin début juillet.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Inéligibilité : le président du Mouvement FC fait appel du jugement rendu par le Tribunal administratif  

Le tribunal administratif de Besançon a jugé Jean-Philippe Allenbach "inéligible" pendant ces 18 prochains mois a-t-on appris dimanche 14 mars 2021. Le président du Mouvement Franche-Comté ne pourra donc pas se présenter ni aux élections régionales ni présidentielles. Il fait appel de cette décision.

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d'une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L'abstention frôle les 61 %  

Politique

Castex annonce de nouvelles mesures contre les violences faites aux femmes : les actions déclinées dans le Doubs

Le Premier ministre, Jean Castex, a arrêté jeudi 25 novembre de nouvelles mesures "afin de renforcer la protection des victimes et la lutte contre les violences" à l'occasion de la Journée pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, notamment l'ouverture de nouvelles places d'hébergement. Dans le Doubs, Jean-François Colombet, préfet du Doubs, a réuni en préfecture le groupe de travail départemental sur les violences faites aux femmes du conseil départemental de prévention de la délinquance, d’aide aux victimes, de lutte contre les drogues, les dérivés sectaires et les violences faites aux femmes.

E-santé en Bourgogne Franche-Comté : La Région veut accélérer ses investissements pour la télémédecine

Ce mercredi 24 novembre, une visite des installations de télémédecine du CHU de Dijon, dédiées à la prise en charge et au suivi des patients victimes d’AVC (accident vasculaire cérébral), a été organisée par la Région Bourgogne Franche-Comté, en partenariat avec l’Agence régionale de santé. Ce projet a été financé dans le cadre du Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR).

500 euros de plus par mois pour les sages-femmes hospitalières : « Le protocole d’accord ne nous satisfait pas » (ONSFF en Bourgogne-Franche-Comté)

Une hausse nette de 500 euros en 18 mois. Après les revalorisations du Ségur de la Santé, à l’été 2020, les sages-femmes vont bénéficier de nouvelles améliorations de leurs conditions salariales. En effet, le gouvernement a annoncé lundi 22 novembre la signature d’un protocole d’accord avec une majorité de syndicats hospitaliers sur les sages-femmes.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.15
légère pluie
le 02/12 à 6h00
Vent
3.68 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
99 %

Sondage