Alain Fischer, alias"Monsieur vaccin", table sur 90% de vaccinés en début d'automne

Publié le 02/08/2021 - 11:04
Mis à jour le 02/08/2021 - 11:04

Le président du conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, estime "possible" d'atteindre l'immunité collective, avec 90% de la population vaccinée, au "début de l'automne".

 © Hélène Loget
© Hélène Loget

Interrogé lundi sur RTL sur la date à laquelle la France pourrait atteindre l’immunité collective, le professeur d’immunologie, a déclaré: « C’est une possibilité pour le début de l’automne ».

L'immunité collective est atteinte lorsque 90% de la population des plus de 12 ans est vaccinée ou protégée parce qu'elle a été infectée.

Mais bien que "la vaccination avance très vite ces jours-ci", il "faut finir de convaincre ceux qui, pour l'instant, ne se sont pas fait vacciner", a plaidé le médecin, à la tête de l'organisme chargé de conseiller le gouvernement dans sa stratégie vaccinale.

La couverture vaccinale progresse --près de 53% de la population française dispose d'un schéma vaccinal complet-- mais la pression hospitalière ne cesse d'augmenter, conséquence de la forte contagiosité du variant Delta.

Les hôpitaux comptaient dimanche 7.581 patients Covid contre 6.843 une semaine auparavant. Les services de réanimation accueillaient 1.137 malades gravement atteints contre 886 dimanche dernier.

"Presque la moitié des personnes qui sont hospitalisées en réanimation ont moins de 60 ans, ce qui n'était pas le cas au début de l'épidémie, parce qu'il y a moins de sujets vaccinés dans les moins de 60 ans", a exposé Alain Fischer.

"Personne n'est à l'abri d'une infection grave", a-t-il déclaré, expliquant que les non-vaccinés "font les formes les plus graves" du Covid-19.

Interrogé sur une éventuelle obligation vaccinale, le professeur a estimé qu'il existait "une bonne chance d'y arriver sans obligation" mais "si malheureusement l'épidémie était encore présente à un niveau élevé et avec une immunité de groupe, non loin d'être atteinte, alors peut-être faudrait -il recourir à l'obligation vaccinale".

"C'est un devoir de protection collective", a-t-il argué, "on est en train de protéger la vie des gens, de protéger notre système hospitalier qui peut être à tout moment menacé par une reprise de l'épidémie".

Quant à l'injection d'une troisième dose, "pour l'instant, on n'en est pas là sauf pour pour les personnes les plus fragiles, c'est-à-dire les plus âgés" au-delà de 75-80 ans, les personnes immunodéprimées" et pour lesquelles "il faudra certainement sans attendre dès le début de l'automne mettre en place la vaccination de rappel".

Pour le restant de la population, "on peut attendre un peu et voir quelles seront les données sur la persistance de l'immunité".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : l’épidémie régresse en Bourgogne Franche-Comté. Les autorités restent prudentes

Avec un taux d'incidence à la baisse dans tous les départements et un plateau d'hospitalisations en légère diminution, la situation sanitaire s'améliore. Le virus circule moins même si les autorités se veulent prudente et attentes l'évolution à venir après le brassage des vacances et celui de la rentrée.

Couverture vaccinale : le Doubs à la traîne en Bourgogne-Franche-Comté

La Bourgogne-Franche-Comté suit la moyenne nationale en matière de couverture vaccinale. Elle se situe  même légèrement au-dessus. Dans la région 76% de la population en âge de se faire vacciner, de 12 ans et plus, a au moins reçu une première dose. Un taux de seulement 71 % dans le Doubs qui affiche un écart de plus de cinq points...

Santé

Les défis du Hacking Health de Besançon

Vidéos •
En 48 heures chrono, 400 participants vont se remuer les méninges pour tenter de trouver la meilleure solution à chacune des 22 problématiques soulevées par des patients, professionnels de santé, professionnels du me?dico-social et du handicap, ou jeunes innovateurs désireux de créer un nouveau produit. Voici les 21 défis (+ 1 à venir !) du Hacking Health 2021 de Besançon.

Covid-19 : 73 % des 12-17 ans ont reçu une première injection du vaccin en Bourgogne Franche-Comté

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s'est félicité lundi de la progression de la vaccination des collégiens et lycéens contre le Covid-19, qui dépasse 69% pour la première injection, appelant au "volontarisme" des familles pour poursuivre dans cette dynamique. En Bourgogne-Franche-Comté près de 148.000 adolescents de 12 à 17 ans ont reçu au moins une dose soit 73 % de cette classe d'âge.

Covid-19 : vers un allégement des mesures en Bourgogne-Franche-Comté ?

Un Conseil de défense se penchera prochainement sur une possible adaptation des restrictions liées au Covid-19 en fonction de l'évolution de l'épidémie dans chaque territoire alors qu'"on voit la situation s'améliorer", a indiqué dimanche 19 septembre 2021 le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur BFMTV. Au 20 septembre 2021, 34 départements (dont deux en Bourgogne Franche-Comté) sont déjà sous le seuil de 50 cas pour 100.000 habitants…

Le centre de vaccination de Micropolis réduit progressivement la voilure

À partir du 1er octobre 2021, le vaccinodrome de Besançon-Micropolis  sera ouvert trois jours et demi par semaine au lieu de sept actuellement. La réduction sera progressive. Principale nouveauté : à partir du vendredi 17 septembre 2021, les personnes sans rendez-vous peuvent désormais être reçues pour se faire vacciner.    
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.04
légère pluie
le 26/09 à 18h00
Vent
1.6 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
35 %

Sondage