Alauzet - Cordier : ce n'est plus une rupture, c'est une fracture...

Publié le 17/10/2019 - 17:55
Mis à jour le 22/10/2019 - 15:32

Municipale Besançon 2020 • Actant la rupture, l'équipe du candidat investi Éric Alauzet souhaite "rétablir certaines vérités" et demande la démission d'Alexandra Cordier de sa fonction de référente départementale d'En Marche.

Alexandra Cordier Éric Alauzet
Alexandra Cordier - Éric Alauzet © D Poirier

Depuis l’annonce de la rupture en début de semaine entre Alexandra Cordier et Éric Alauzet, les esprits s’échauffent (déjà) au sein d’En Marche à Besançon à cinq mois de l’élection municipale les 15 et 22 mars 2020. 

PUBLICITÉ

Alauzet - Cordier : ce n'est pas prêt de se rabibocher. Le torchon brûle. Encore et toujours. La rupture est manifeste. Pour rappel, la Bisontine de 36 ans avait fait acte de candidature à l'investiture en vue des municipales à Besançon face au député LREM Eric Alauzet qui l'avait emporté.

Demandant, mais n'ayant pas obtenu la seconde place sur la future liste LREM d'Éric Alauzet, la référente départementale "En Marche" et conseillère du maire sortant a acté sa rupture avec le candidat investi.

Excédé par de récentes déclarations, Frank Monneur souhaite "rétablir certaines vérités". Constatant qu'Alexandra Cordier ne soutient pas le candidat officiellement investi, le directeur de campagne et porte-parole d'Eric Alauzet demande la démission de la référente départementale.

Pourquoi réagir maintenant après les déclarations d'Alexandra Cordier ? 

Frank Monneur : "Nous avons toujours voulu rester discret par rapport à cet emballement parce que ce n'est pas ce qui intéresse les Bisontins, mais il est temps pour nous de restituer des éléments de vérité qu'Alexandra Cordier omet volontairement de décrire.  Je rappelle qu'Éric Alauzet est le candidat officiellement investi par LREM. La référente départementale d'En Marche, son rôle est de le soutenir. Or, elle ne le fait pas. Donc il y a pas de négociation à avoir entre un candidat investi et une référente départementale qui doit soutenir tous les candidats "En marche" du Doubs, dont Besançon évidemment. " 

Alexandra Cordier regrette qu'Éric Alauzet rejette sa proposition de figurer en seconde position sur sa future liste...

Frank Monneur : "Concernant la réunion du 31 août avec Alexandra Cordier, j'y étais, il était question d'une méthode de travail, à savoir comment réaliser le programme ensemble. Il n'a jamais été question de poste ou de liste contrairement à ce qu'elle affirme. Quand elle évoque le poste de première adjointe qui aurait été évoqué le 31 août, c'est faux. 

Lorsqu'elle déclare qu'elle n'a pas peu de nouvelles depuis cette rencontre et qu'elle n'a jamais été invitée et rencontré Éric Alauzet, j'affirme qu'elle a refusé toutes les invitations durant tout le mois de septembre, y compris une invitation à une réunion de travail qui a réuni 150 soutiens d'Éric Alauzet à Battant le 14 septembre dernier. Nous avons des échanges de mail et de SMS, à chaque fois, elle était invitée. 

Je l'ai invitée, elle et ses soutiens à participer aux groupes de travail thématiques. Nous en avons 22. Je lui ai transmis la liste des groupes et dans un second temps un calendrier avec les horaires pour qu'elle puisse venir construire le programme avec nous. Elle n'est jamais venue. Nous n'avons jamais rencontré personne de son équipe malgré toutes nos sollicitations. 

"Les 120 propositions dont elle parle, on aimerait bien pouvoir en débattre, mais on ne les a pas en dehors du Vélodrome, de Saint-Jacques et du téléphérique."  

Est arrivée l'idée qu'il fallait répondre à une demande sur le poste de première adjointe. Nous avons bien compris et à ce moment - et les masques sont tombés -  que tout cela était du mauvais théâtre, une mauvaise comédie puisque, très clairement, seul le poste de première adjointe l'intéressait. Ce qui l'intéresse, c'est son ambition personnelle et son destin personnel. Elle n'a jamais eu l'intention de travailler avec Éric Alauzet.

Il y a quelque chose qu'elle n’a pas compris, c'est qu'elle pense être  dans une négociation comme entre partis politiques au lendemain d’un premier tour. Il y a un candidat investi. Elle devait se ranger derrière lui. Elle ne le fait pas donc il n'y a pas de négociation particulière à avoir. Elle doit en tirer les conséquences...

Quelles conséquences ? 

Frank Monneur : "Si elle ne soutient pas le candidat de son propre parti dans la première ville du département, elle doit démissionner de son rôle de référente d'En Marche. On est dans une contradiction totale. Je précise que 90 % des marcheurs locaux sont derrière Éric Alauzet, sans parler des personnes, sans étiquette politique, qui sont avec lui. Alexandra Cordier, comme le maire, sont isolés dans cette démarche.

Ce qui nous intéresse désormais, c'est le projet que nous allons proposer aux Bisontins, qui, à mon sens, attendent autre chose d'un futur maire. Nous sommes au travail pour un programme ambitieux et de rupture également..."

2 Commentaires

Total soutien à Alexandra Cordier !
Publié le 17 octobre à 18h47 par ORNANS LREM • Membre
La LREM Ornans-Vallée de Loue apporte son total soutien à Alexandra Cordier, référente du mouvement dans le Doubs suite à la campagne de dénigrement orchestrée par le candidat député Eric ALAUZET et son équipe. Nous ne partageons pas ces méthodes d'un ancien monde ! Ce candidat est incapable de rassembler son propre camp et aucune autre force politique autour de lui ! La bienveillance est un mot qui n'existe pas dans son vocabulaire ! Il n'a jamais représenté à nos yeux les valeurs que nous avons défendues lors de notre engagement auprès d'Emmanuel Macron. Les ami(e)s, on nous a volé notre rêve de faire de la politique autrement !
Publié le 17 octobre à 20h54 par ORNANS LREM • Membre

3 commentaires

Laisser un commentaire

municipales 2020 Besançon

Municipales 2020 : « Le rassemblement est une condition de la victoire » (S. Guerini, délégué général LREM)

Stanislas Guerini, délégué général de La République en Marche s'est rendu à Besançon ce samedi 9 novembre 2019 à l'occasion de la l'inauguration de la permanence d'Eric Alauzet, député du Doubs et candidat investi par LREM pour les municipales 2020. Suite aux tensions qui se sont créées après la défaite d'Alexandra Cordier (référente départementale LREM et conseillère de Jean-Louis Fousseret) à l'investiture du parti, nous avons souhaité éclaircir la situation avec le délégué général…

Transports : « enfin un débat politique de fond dans cette campagne ! » (E. Alauzet)

Lors d'une conférence de presse organisée le 19 octobre dernier, Eric Alauzet (député du Doubs et candidat investi par LREM aux municipales 2020) annonçait s'opposait à la gratuité en général et notamment des transports. Certaines variations de prix étaient toutefois proposées. Ce 6 novembre 2019, il souhaite distinguer ses propositions de celles de la France Insoumise…

Modem de Besançon : « Nous serons candidats à l’élection municipale sous une forme ou sous une autre »

Laurent Croizier, conseiller municipal à Besançon a tenu une conférence de presse jeudi 31 octobre 2019 pour annoncer plusieurs propositions de campagne pour l'élection municipale 2020 ainsi que pour déclarer que le Modem sera candidat "sous une forme ou sous une autre". Soit un candidat sera désigné, soit le Modem sera intégré à une liste…

Municipale 2020 : J-P Allenbach pense arriver en tête du premier tour si les autres candidats « sont toujours aussi nuls »

Le candidat régionaliste à l'élection municipale de Besançon Jean-Philippe Allenbach a dévoilé de nouvelles propositions jeudi 31 octobre 2019 pour "une ville qui est en train de crever". Il a également donné son avis sur les candidats à cette élection. Confiant, il a déclaré : "on pense arriver en tête du premier tour s'ils sont toujours aussi nuls" en évoquant ses adversaires politiques…

Municipale 2020 à Besançon : Jacques Grosperrin reproche aux candidats de « manquer d’imagination » dans leur programme

Dans un communiqué de lundi 21 octobre 2019, l'ancien candidat à l'élection municipale en 2014 Jacques Grosperrin dit être "surpris et flatté" par les candidats à l'élection en 2020 qui auraient un programme largement inspiré du sien. Il leur reproche de ne pas "avoir d'imagination".

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Municipale à Besançon : pourquoi Nicolas Bodin (PS) a décidé de rejoindre l'Équipe d'Anne Vignot

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Dans la catégorie

Gratuité des transports collectifs : J. Grosperrin prend l’exemple de Besançon devant le Sénat

Jacques Grosperrin, sénateur du Doubs, est intervenu mercredi 20 novembre 2019 en séance publique au Sénat à l'occasion d'un débat suite au rapport "Gratuité totale des transports collectifs : fausse bonne idée ou révolution écologique et sociale des mobilités ?" Au cours de son intervention, l'élu bisontin cite le cas de la ville de Besançon et de sa métropole.