La remise d'au moins 15 centimes à la pompe entre en vigueur vendredi... mais attention !

Publié le 29/03/2022 - 15:01
Mis à jour le 29/03/2022 - 11:52

Promise par le gouvernement face à la flambée des prix, la remise d’au moins 15 centimes à la pompe entre en vigueur à partir du vendredi 1er avril 2022 pour soulager le budget des automobilistes et devrait être bien appliquée, selon les professionnels.
 

 © © ResoneTIC  CC0
© © ResoneTIC CC0

Face à des prix du carburant qui ont récemment passé la barre des 2 euros, le Premier ministre Jean Castex avait annoncé à la mi-mars cette remise à la pompe, à partir du 1er avril - soit à une dizaine de jours du premier tour de la présidentielle - et pendant quatre mois.

La ristourne promise de 15 centimes montera en réalité jusqu'à 18 centimes TTC par litre de carburant pour les consommateurs de Métropole continentale, une différence qui s'explique par le montant de la TVA appliquée dans les différents territoires français. Elle sera d'environ 17 centimes en Corse où la TVA est moindre et de 15 centimes en Outre-mer, où il n'y a pas de TVA sur les produits pétroliers.

Certains réseaux de distributeurs ajoutent en plus leur propres promotions à la mesure du gouvernement, qui va y consacrer trois milliards d'euros.

Le prix affiché à la pompe inclura la ristourne, alors qu'initialement le gouvernement avait dit que la réduction ne serait pas affichée sur les totems des stations et serait appliquée en caisse. Les distributeurs bénéficient eux-mêmes en amont de la remise, au niveau des centrales d'achat, depuis dimanche, ce qui devrait permettre au dispositif d'être fluide au moment de son entrée en vigueur.

Dans certaines petites stations-service, il n’y aura pas forcément de  remise le 1er avril. Elles pourraient être environ 2500 selon la Fédération française des combustibles à différer l'application de la baisse en raison du temps qu'elles mettent à remplir leur cuve. En effet, le gouvernement accorde cette ristourne au pétrole brut arrivant en France. Toutefois, le gouvernement a prévu une avance pour ces petites stations-service indépendantes, souvent situées à la campagne, qui parfois ne renouvellent leur cuve que tous les 10 voire 20 jours, afin qu'elles puissent appliquer la remise dès le 1er avril.

"Tout est mis en oeuvre pour que ça aille le plus vite possible", juge Francis Pousse, de Mobilians, organisation patronale du secteur automobile, qui avait poussé pour cette dernière mesure. Selon lui, les stations seront sous pression pour proposer la ristourne dès vendredi: "vu le contexte concurrentiel, quand les autres autour de vous vont baisser de 18 centimes, vous avez intérêt plutôt à pouvoir suivre".

Il note toutefois que tous les grossistes n'avaient pas encore mis en place la réduction en début de semaine. "Ça veut dire que les stations dépendantes de grossistes qui tardent un peu vont être entre guillemets pénalisées", souligne M. Pousse.

La mesure profitera aux particuliers mais aussi aux professionnels: agriculteurs, pêcheurs, transporteurs routiers, taxis, professions du BTP.

Mécontents des annonces du gouvernement, certains professionnels avaient toutefois rejoint la semaine dernière des barrages filtrants, blocages de dépôts pétroliers et de raffineries dans toute la France.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Tarifs des péages d’autoroute en hausse : " La mobilité se transforme en luxe " pour " 40 millions d’automobilistes "

L’augmentation moyenne du tarif des péages d’autoroute à hauteur de 4,75 % entrera en vigueur à compter de ce mercredi 1er février 2023. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, c’est "une hausse inadmissible qui s’ajoute au prix délirant des carburants et transforme la mobilité en luxe."

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

Bourgogne Franche-Comté : 3 millions d’euros pour soutenir les boulangeries et les boucheries

CRISE ÉNERGÉTIQUE • En raison de crise énergétique qui sévit actuellement en France comme dans de nombreux pays européens, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté a annoncé mercredi 25 janvier un coup de pouce pour soutenir les boulangeries-pâtisseries et les boucheries-charcuteries à hauteur de 3 millions d’euros.

Région Bourgogne Franche-Comté : un budget à 2 milliards d’euros pour 2023

La présidente de Région, Marie-Guite Dufay, a réuni les élus du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en session plénière mercredi 25 et jeudi 26 janvier 2023. Principal dossier à l’ordre du jour de l’assemblée : le vote du budget régional 2023 d’un montant de 1,967 milliard d’euros (hors gestion active de la dette) dont plus de 1,6 milliard d’euros est dédié au financement des politiques publiques, soit plus de 81 % du budget régional.

La Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté réaffirme ses ambitions pour 2023

Dans un contexte économique peu engageant, la Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté (BP BFC) a tenu une conférence de presse présidée par son directeur général Jean-Paul Julia, afin de dresser le bilan de l’année écoulée et de faire le point sur les ambitions portées par la banque en 2023. 

Bourgogne Franche-Comté : la filière automobile, un secteur encore perturbé en 2022

ÉTUDE INSEE • À la mi-2022, les 370 établissements de la filière automobile de Bourgogne-Franche-Comté employaient 38.530 salariés et 5.540 intérimaires. Malgré une reprise en 2021, cette filière reste perturbée en 2022 par le contexte économique et les mutations en cours du secteur. L’emploi salarié est en baisse sur un an, avec davantage de départs que d’embauches.

Prêt : un ajustement mensuel pour mieux " lisser " les relèvements du taux d’usure dès février

Les taux de l’usure sont, selon la loi, calculés à partir des données collectées sur les taux de crédit au cours du trimestre précédent, comme les 4/3 des taux moyens pratiqués. Ces dispositions permettent de protéger les emprunteurs de taux excessifs et de préserver ainsi un large accès au crédit. La Banque de France, à titre exceptionnel pendant la période de plus forte remontée des taux, propose un ajustement technique pour mieux "lisser" les relèvements du taux de l’usure à partir du 1er février 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.36
couvert
le 31/01 à 3h00
Vent
1.12 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
94 %