Cas d’infection invasive à méningocoque à Chenôve : un traitement antibiotique pour l'entourage

Publié le 04/01/2018 - 10:05
Mis à jour le 04/01/2018 - 10:05

Un jeune homme de 23 ans est décédé d'une infection invasive à méningocoque de type W dans la nuit du 29 au 30 décembre 2017. Les autorités parlent d'un cas isolé : aucun autre cas de méningite de sérogroupe W n’ayant été signalé dans les 3 derniers mois dans le secteur de Chenôve.

PUBLICITÉ

Les premières analyses établissent qu’il s’agit d’un méningocoque de type W. Une comparaison de la souche avec celle en cause sur le campus fin 2016 va être réalisée par le Centre national de référence (CNR). Le jeune homme, âgé de 23 ans et domicilié à Chenove, hospitalisé au CHU de Dijon dans la journée du 29 décembre, est décédé dans la nuit même.

L’ARS a identifié les sujets contacts de l’entourage proche pour leur proposer une antibiothérapie préventive. Ces personnes se verront proposer également une vaccination.L’extension des mesures préventives à une population plus large n’est pas recommandée en présence d’un cas unique. 

En 2017, 19 cas ont été signalés en Bourgogne-Franche- Comté. La majorité des cas survient de manière sporadique. Le sérogroupe B était majoritaire (51,6 %), suivi par le sérogroupe C (26,5%), le sérogroupe Y (12,3 %) et le sérogroupe W (8,9 %). La mortalité était de 12 % pour l’ensemble des cas. Elle est plus élevée en France pour le sérogroupe W (24 % en 2016).

Info +

Le méningocoque est un germe qui se transmet de personne à personne par les gouttelettes de salive par contact rapproché. Ce germe très fragile, ne survit pas dans l’environnement, ce qui ne nécessite pas de désinfection des locaux fréquentés par un malade.

Les infections invasives à méningocoques sont des maladies rares en France. La méningite est la forme la plus fréquente. Elle se traduit par une fièvre, des maux de tête, une raideur de nuque accompagnée de vomissements et une gêne à la lumière. D’autres signes, en particulier digestifs ou articulaires, peuvent survenir, ainsi que l’apparition de taches rouges sur le corps qui progressent rapidement. 

En cas de doute, il faut consulter sans délai son médecin traitant ou appeler le centre 15. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

C’est l’enjeu de recherches menées depuis dix ans déjà par le Professeur Olivier Adotévi et l’UMR 1098 Inserm/EFS/UFC de Besançon. L’équipe qu’il dirige a mis en place un vaccin thérapeutique anti-cancer universel, et non préventif,  appelé UCPVax, breveté en 2012. Les premiers essais cliniques ont été engagé depuis la fin de l'année 2016 au CHRU de Besançon

Canicule : les températures continuent de grimper, ce week-end devrait être tout aussi chaud

Canicule : les températures continuent de grimper, ce week-end devrait être tout aussi chaud

La Franche-Comté est toujours en alerte orange canicule ce mercredi 26 juin 2019. Les prévisions se confirment : il fait déjà 37°C à l'ombre (et plus chaud encore dans les grandes villes, jusqu'à 40°C) et la température n'est toujours pas à son maximal, atteint vers 17h cet après-midi. La chaleur devrait continuer au moins jusqu'à dimanche.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.09
ciel dégagé
le 17/07 à 18h00
Vent
2.85 m/s
Pression
1013.21 hPa
Humidité
55 %

Sondage