Centres hospitaliers locaux : "Une chance pour la stratégie nationale de santé"

Publié le 28/11/2013 - 11:49
Mis à jour le 28/11/2013 - 16:34

La Fédération hospitalière de France (FHF), l’Association des généralistes intervenant en hôpital local (AGHL) et l’Association Nationale des Centres Hospitaliers Locaux (ANCHL) souhaitent que la place des centres hospitaliers locaux soit réaffirmée dans le cadre de la construction du service public territorial de santé. Dans l’attente d’une concertation, la FHF, l’AGHL et l’ANCHL demandent un moratoire sur la fermeture des lits sanitaires dans les centres hospitaliers locaux.

 ©
©

La FHF, l’AGHL et l’ANCHL rappellent que les 300 centres hospitaliers locaux (ex-hôpitaux locaux) répartis sur l’ensemble du  territoire, "assurent des missions de service public indispensables, dans des zones rurales souvent fragiles, au bénéfice d’une population âgée".

Au fil des années, malgré les obstacles réglementaires et financiers, la plupart des centres hospitaliers ont su maintenir une offre de proximité sanitaire et médico-sociale cohérente, sans plateau technique lourd, qui associe médecine, soins de suite et services d’hébergement et de soins aux personnes âgées. Ils assurent une coordination naturelle avec les médecins généralistes libéraux qui y exercent, et coopèrent avec les professionnels de santé, les structures médico-sociales, et les centres hospitaliers de recours ; ils ont pris dans des territoires isolés une place essentielle et peuvent contribuer, en complémentarité avec les maisons de santé, à maintenir et attirer des professionnels.

"Toutefois, alors que le gouvernement promeut une stratégie nationale de santé centrée sur les territoires, les centres hospitaliers locaux, préfiguration du service public territorial, sont, au gré des politiques régionales, souvent ignorés par les ARS voire menacés de transformation en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). 59 centres hospitaliers locaux ont ainsi disparu de 2004 à 2012" indique la Fédération hospitalière de France.

Les association et a FHF craignent une accélération de ce mouvement, compte tenu de la politique de certaines ARS. Elles citent comme exemple en Franche-Comté, "le risque de disparition de la moitié des centres hospitaliers locaux, dans le cadre d’un rapport proposant la mise en œuvre de seuils minimaux de capacité des services de soins de suite".

La FHF, l’AGHL et l’ANCHL souhaitent que la place des centres hospitaliers locaux soit "réaffirmée dans le cadre de la construction du service public territorial de santé". Elles demandent qu’une concertation à cet effet soit menée au niveau national :

  • Pour redéfinir le cadre légal et réglementaire, dans lequel s’exerce l’activité des centres hospitaliers locaux ;
  • Pour élaborer des instructions à l’attention des ARS, en vue d’évaluer leur contribution au dispositif sanitaire et de leur donner leur juste place dans les projets régionaux de santé et les projets de territoire ;Pour déterminer les modalités de financement de leurs activités sanitaires, qui permettent d’assurer la pérennité de leurs activités ;
  • Pour instaurer des dispositifs attractifs d’emploi des professionnels libéraux, médicaux et paramédicaux ;

Dans l’attente de cette concertation, la FHF, l’AGHL et l’ANCHL demandent un moratoire sur la fermeture des lits sanitaires dans les centres hospitaliers locaux.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.62
légère pluie
le 05/03 à 15h00
Vent
3.97 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
77 %