Centres hospitaliers locaux : "Une chance pour la stratégie nationale de santé"

Publié le 28/11/2013 - 11:49
Mis à jour le 28/11/2013 - 16:34

La Fédération hospitalière de France (FHF), l’Association des généralistes intervenant en hôpital local (AGHL) et l’Association Nationale des Centres Hospitaliers Locaux (ANCHL) souhaitent que la place des centres hospitaliers locaux soit réaffirmée dans le cadre de la construction du service public territorial de santé. Dans l’attente d'une concertation, la FHF, l’AGHL et l’ANCHL demandent un moratoire sur la fermeture des lits sanitaires dans les centres hospitaliers locaux.

dsc_8475.jpg
©

La FHF, l’AGHL et l’ANCHL rappellent que les 300 centres hospitaliers locaux (ex-hôpitaux locaux) répartis sur l’ensemble du  territoire, "assurent des missions de service public indispensables, dans des zones rurales souvent fragiles, au bénéfice d’une population âgée".

Au fil des années, malgré les obstacles réglementaires et financiers, la plupart des centres hospitaliers ont su maintenir une offre de proximité sanitaire et médico-sociale cohérente, sans plateau technique lourd, qui associe médecine, soins de suite et services d’hébergement et de soins aux personnes âgées. Ils assurent une coordination naturelle avec les médecins généralistes libéraux qui y exercent, et coopèrent avec les professionnels de santé, les structures médico-sociales, et les centres hospitaliers de recours ; ils ont pris dans des territoires isolés une place essentielle et peuvent contribuer, en complémentarité avec les maisons de santé, à maintenir et attirer des professionnels.

"Toutefois, alors que le gouvernement promeut une stratégie nationale de santé centrée sur les territoires, les centres hospitaliers locaux, préfiguration du service public territorial, sont, au gré des politiques régionales, souvent ignorés par les ARS voire menacés de transformation en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). 59 centres hospitaliers locaux ont ainsi disparu de 2004 à 2012" indique la Fédération hospitalière de France.

Les association et a FHF craignent une accélération de ce mouvement, compte tenu de la politique de certaines ARS. Elles citent comme exemple en Franche-Comté, "le risque de disparition de la moitié des centres hospitaliers locaux, dans le cadre d’un rapport proposant la mise en œuvre de seuils minimaux de capacité des services de soins de suite".

La FHF, l’AGHL et l’ANCHL souhaitent que la place des centres hospitaliers locaux soit "réaffirmée dans le cadre de la construction du service public territorial de santé". Elles demandent qu’une concertation à cet effet soit menée au niveau national :

  • Pour redéfinir le cadre légal et réglementaire, dans lequel s’exerce l’activité des centres hospitaliers locaux ;
  • Pour élaborer des instructions à l’attention des ARS, en vue d’évaluer leur contribution au dispositif sanitaire et de leur donner leur juste place dans les projets régionaux de santé et les projets de territoire ;Pour déterminer les modalités de financement de leurs activités sanitaires, qui permettent d’assurer la pérennité de leurs activités ;
  • Pour instaurer des dispositifs attractifs d’emploi des professionnels libéraux, médicaux et paramédicaux ;

Dans l’attente de cette concertation, la FHF, l’AGHL et l’ANCHL demandent un moratoire sur la fermeture des lits sanitaires dans les centres hospitaliers locaux.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Ski : le président de la station de Métabief préfère penser aux soignants qu’aux loisirs

Jean Castex, le Premier ministre avait confirmé l'ouverture des stations de ski, mais la fermeture des remontées mécaniques après l'allocution du chef de l'État le 24 novembre dernier. Après l'arrivée des premiers flocons dans le Doubs le 1er décembre 2020, nous avons contacté Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d'Or, vice-président du département et maire de Frasne pour connaître son avis sur le sujet...

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Covid-19 : une lente décrue en Bourgogne Franche-Comté

2e vague • Le pic de la seconde vague a été plus élevé cet automne par rapport au printemps 2020 en Bourgogne Franche-Comté avec 1.899 personnes hospitalisées le 23 novembre pour des formes graves du Coronavirus contre 1.380 le 17 avril 2020. Dimanche, on dénombrait toujours plus de 1.700 patients hospitalisés dans la région qui reste dans une situation sanitaire "fragile" selon l'agence régionale de Santé.

Stations de ski : "Monsieur le Président, ne tuez pas la montagne Française"

Grogne •

Une manifestation samedi à Gap, un courrier à Emmanuel Macron. Alors que la Suisse, l'Autriche et la Bulgarie ont décidé d'ouvrir leurs stations  en décembre, des élus exhortent le Président à revenir sur la décision de fermer les remontées mécanique. Dans cette polémique, le régionaliste Jean-Philippe Allenbach y va de son laïus. "Si nous étions un canton suisse, nos stations de ski seraient ouvertes" en Franche-Comté.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.67
couvert
le 03/12 à 18h00
Vent
2.67 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
88 %

Sondage